Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Lynda Abbou
  • jeudi 4 janvier 2018 15:34

Algérie- Les médecins résidents durcissent le ton après la violente charge policière

La répression sanglante du sit-in des médecins résidents au Centre hospitalo-universitaire Mustapha Pacha à Alger, hier  mercredi, a suscité un élan de soutien rarement vu ces derniers temps.

 

Après la répression violente du rassemblement national organisé par les médecins résidents au CHU Mustapha Pacha à Alger, les médecins résidents s’organisent. Réuni mercredi soir, le Collectif  Autonome des Médecins  Résidents Algériens (CAMRA) a décidé des actions à entreprendre pour les prochains jours. Selon un communiqué du CMARA, il s'agit  de rendre  justice à tous  les  blessés du rassemblement  qui a eu lieu  au sein  du CHU  Mustapha, par la voie légale,  boycott  de  tous les cours dans les facultés et travaux  pédagogiques dans les  services, pour toutes  les  années  de résidanat et appel au boycott  de l'examen DEMS 2018, pour toutes les spécialités.

Un sit -in sera organisé  dans  la  wilaya  d'Oran  la semaine prochaine, ajoute le communiqué, appelant  toute la corporation  médicale à soutenir concrètement leur mouvement.  Outre ces décisions, le CAMRA et après  la libération de tous les médecins retenus lors du  sit -in, a déclaré que  le service minimum est repris. Ce dernier a été  boycotté pendant quelques heures hier afin de  démontrer la colère  des  résidents  vis à vis  de la violente répression  qu'ils ont subie.

Les médecins résidents ont eu le soutien  de  plusieurs  organisations et/ou personnalités  publiques. A l'instar du, Syndicat National des Praticiens  de Santé  Publique (SNPSP). Le  Syndicat National  des  Enseignants Chercheurs Hospitalo-universitaire  (SNECHU) et l'ancien  ministre  de  la  Culture  et  Communication, Abdelaziz  Rahabi.

Elan de soutien

Le SNPSP a   dénoncé  ce qu'il  a appelé  « dérapages graves ».  Dans un communiqué rendu  public  le syndicat a exprimé  «  sa profonde inquiétude  devant  les dérapages  graves  constatés  dans la gestion  des forces  de l'ordre public de la protestation  pacifique des médecins  résidents. »

Pour le  dialogue  et les négociations  avec  les  grévistes  « le SNPSP réitère  son appel à l'intervention des plus hautes autorités  du pays », lit-on dans le même  communiqué.

« Les brutalités policières dont les médecins résidents ont été victimes, sont choquantes » a souligné le SNCHU. Ce syndicat a jugé les revendications des résidents sont « légitimes » et peuvent être « aisément satisfaites ».

Enfin, l’ancien ministre de la Culture et communication, Abdelaziz Rahabi a choisi le réseau social Twitter pour dénoncer la répression des médecins. « Quand les voies du dialogue et de la concertation font défaut, on réprime ses médecins pour déprécier les valeurs du savoir et du mérite. On prépare ainsi ses élites à l’exil et au désespoir pour mieux installer au pouvoir les moins qualifiés d’entre les Algériens » écrit Rahabi dans son Tweet.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • LA VIOLENCE CONTRE LE SAVOIR?? LA BRUTALITE CONTRE LA SAGESSE??? LES FONCTIONNAIRES CONTRE DES FONCTIONNAIRES????? POUR PLAIRE AUX PITRES DE FAKHAMATOU???

    Rapporter SULTAN samedi 6 janvier 2018 12:13
  • Pour un flic, recalé frustré de l'école faoudhamentale, tabasser sans risque des médecins doit être particulierement jouissif, on entre ici dans le domaine de la psychanalyse.
    Ceci dit, pour agir de la sorte, c'est qu'ils en ont reçu l'ordre, par un nervi de ce pouvoir honteux, mafieu, inique incompétent et impéritique pour qui le langage de la matraque fait figure d'acte civilisationnel

    Rapporter sam24 jeudi 4 janvier 2018 17:59
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.