Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Nadir Allam
  • lundi 11 décembre 2017 15:48

Algérie: Plus de 14.000 demandes d’accès au foncier industriel rejetées depuis 2016

L’ANIREF indique que la structure des transactions est désormais dominée par la concession du foncier public qui totalise 85% des transactions totales observées sur l’exercice 2016.

 

Un premier bilan de la réforme de la gestion du foncier industriel vient d’être rendu public par les services de l’ANIREF (Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière).  Selon cette agence, depuis l’entrée en vigueur des nouvelles mesures concernant le foncier industriel en 2016, plus de 21.000 dossiers ont été déposés au niveau des wilayas. Toutefois,  les demandes satisfaites ont été  faibles par rapport à demandes exprimées. En effet, sur les 21000 dossiers reçus, seuls 6510 ont été acceptés, dont plus de 3.200 projets industriels, soit 31%, contre 14490 rejetés, ce qui représente 69% du nombre total. L’ANIREF explique également dans sa note-bilan que  « les concessions ont connu une très grande avancée, avec plus de 3.100 lots alloués, totalisant 2.700 ha ».

Concernant le marché du foncier industriel, qui continue toujours à balbutier tant sa gestion dépend exclusivement de l’Etat,  l’ANIREF  explique que le prix moyen national, estimé à 5.956 DA/m², semble marquer un tournant du marché et enregistre, depuis 2016,  une baisse par rapport à 2015 où il était à 7.326 DA/m². Elle précise que le facteur « localisation géographique » impacte fortement la différentiation des prix qui varient d’un minimum de 25%, soit la moyenne de 2.322 DA/m² à un maximum de 95%, soit de 15.500 DA/m².

L’ANIREF indique aussi que la structure des transactions est désormais dominée par la concession du foncier public qui totalise 85% des transactions totales observées sur l’exercice 2016. Elles souligne, en outre, que « l’offre foncière sous forme de cession se rétrécit et affiche des prix relativement plus élevés que ceux pratiqués par l’offre publique sous forme de concession (+40%) et l’offre foncière des régions du Nord se rétrécit entraînant une remontée de la demande vers les régions des Hauts-plateaux et du Sud où les prix sont particulièrement modérés »

Pour mettre fin à cette situation de déficit en foncier industriel, plusieurs chefs d’entreprises ont plaidé, rappelons-le, pour une loi qui permet au privé national d’aménager er de gérer des parcs industriels. L’ex-ministre de l’Industrie, Abdesslame Bouchouareb, a même introduit un article dans le Code d’investissement qu’il a élaboré pour encourager l’industrie nationale. Toutefois, cet article a été retiré à la dernière minute peu avant que le ministre lui-même soit démis de ses fonctions.  Depuis, bien des eaux ont coulé sous les ponts, mais l’accès au foncier industriel reste très limité et la preuve criante en est le rejet par l’ANIREF de 14490 dossiers sur les 21000 qu’elle a reçu depuis 2016.

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Article inutile si vous ne dites pas la raison de ce rejet,et pourquoi le foncier manque et où.

    Rapporter Mobencous mercredi 13 décembre 2017 23:46
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...