Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 22 Février 2018

  •   Noreddine Izouaouen
  • mercredi 6 décembre 2017 12:48

Les syndicats autonomes se plaignent des autorités algériennes auprès du BIT

Les syndicalistes évoquent les conventions relatives la liberté syndicale et au droit d’organisation et de négociation collective ratifiées par l’Algérie le 19 octobre 1962.

 

Suite à l’interdiction de leur mouvement de protestation le 25 novembre dernier à Alger, le Collectif des syndicats autonomes a adressé une plainte pour violation des droits syndicaux, au Comité de la liberté syndicale auprès du bureau International du travail (BIT).

 "Nous avons le regret de vous transmettre la présente plainte pour violation des droits syndicaux et ce en vertu des conventions n°87 et 98 respectivement relatives la liberté syndicale et le droit d’organisation et de négociation collective ratifiées par l’Algérie le 19 octobre 1962, (et nous) vous sollicitons de la prendre en considération", peut-on lire sur le document adressé au BIT.

"En effet, en date du 25 novembre 2017 à la place des fusillés sise à Ruisseau (Alger), où nous avons tenté d’organiser un sit-in pour protester contre la non prise en charge de nos revendications légitimes", expliquent les syndicalistes. 

"Nous regrettons et dénonçons énergiquement les agissements et les dépassements du gouvernement algérien à l’égard des syndicats autonomes" en recourant à "la violence et au matraquage systématique comme réponse à nos revendications légitimes", poursuivent les signataires du document. "Par voie de conséquence, ajoutent-ils, nous exigeons que les conventions sus mentionnées et la Constitution algérienne soient respectées, conclue les syndicalistes". 

À noter que 11 syndicats ont signé cette plainte. Il s'agit notamment de l'Unpef, Snpsp, Satef, Cnes, Snte, Cnapeste, Snapeste, Sntfp, Cela, Snap et Cani. 

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le Chinois Doogee assemble ses téléphones à Aïn Benian en partenariat avec Matos Algérie

La ligne d’assemblage verra la sortie, en mai prochain, des premiers téléphones assemblés localement. Quatre modèles seront commercialisés dans un premier temps (Doogee MIX, MIX Lite, Doogee X30 et X55). Quant au Doogee X9S, un mobile 4G entrée de gamme, il sera bientôt disponible sur le marché au prix de 17.000 dinars, selon le responsable communication et marketing de Doogee Algérie.

D’ici 2022 Sonatrach recrutera 12.000 personnes et, à compétence égale, priorisera les candidats du Sud

Ces milliers de recrutements, a expliqué le directeur exécutif des RH de Sonatrach, sont destinés à remplacer les effectifs « perdus » ces dix dernières années. Depuis 2008, a-t-il indiqué, 23.000 travailleurs ont pris leur retraite, soit « la moitié des effectifs », et les cinq dernières années ont connu une véritable saignée, avec 15.000 départs à la retraite.

Flash d’infos de Radio M.

Nous vous présentons le flash d’informations de Radio M., la web radio de Maghreb Emergent.