Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 20 Février 2018

  •   Amar Ingrachen
  • mardi 5 décembre 2017 18:13

Rencontre Macron-Bouteflika : le doute persiste toujours

L’entrevue entre les deux chefs d’Etat,prévue et annoncée par plusieurs médias, n’a été confirmée par aucune source officielle jusque-là, y compris l’APS.

 

Le président français, Emmanuel Macron, effectue, demain, une visite d’amitié et de travail à Alger après sept mois de son élection.  C’était une promesse lors de sa compagne électorale. Il arrive en fin de matinée et repart en fin de journée vers Doha. Il sera accompagné, selon l’Elysée, du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et du ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, ainsi qu’un nombre d’élus, d’artistes,  d’écrivains et de start-uppeurs.

L’Elysée a précisé que cette visite, considérée par Paris comme « importante » parce qu’elle intervient à la veille de la réunion à Paris du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), « sera suivie ultérieurement par une autre visite d’Etat » sans donner de date. Toutefois, du côté algérien, une certaine incertitude  plane toujours sur l’agenda de Macron à Alger, notamment sa rencontre avec le président Abdelaziz Bouteflika.  On sait,selon certaines sources recoupées, que le président français sera accueilli à l’aéroport par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah et aura un entretien avec le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et le chef d’Etat-Major, Gaid Salah.

On sait aussi qu’il fera une visite à Alger-Centre au cours de laquelle il aura à visiter la Librairie du Tiers-Monde avant de se rendre à la Fac centrale pour, dit-on, donner une conférence aux étudiants.  Toutefois, bien que sa rencontre avec le président Bouteflika, prévue et annoncée par plusieurs médias, n’ait pas été démentie par qui que ce soit, aucune source ne l’a confirmée, y compris l’Agence officielle, alors que moins de 20 heures nous séparent de l’arrivé du président français à Alger, ce qui laisse entendre que la rencontre Macron-Bouteflika est encore incertaine ou, tout au moins, suspendue à des conditions qui risquent de ne pas se réunir.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Mince, il aurait du ramener Merkel avec lui, elle a été invité "personnellement" trois fois cette année par Bouteflika...

    Rapporter derdour mercredi 6 décembre 2017 08:26
  • Mr. Macron a été invité par le président Bouteflika . La date a été agréée d'un commun accord . Il est impensable que le président algérien fasse un faux bon au président français . A moins d'un empêchement exceptionnel de dernière minute . Ce qui signifierait la fin prématuré du 4ème mandat du président Bouteflika . L'article 102 de la constitution sera de facto appliqué .

    Rapporter Genzeric mardi 5 décembre 2017 19:59
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les médecins résidents demandent l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et non sa suppression" (Yassine Balhi)

Sondage

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les réformes économiques préconisées actuellement risquent de ne pas aller loin, selon Hamid Temmar

L’ancien ministre  dira que si l’Etat ne comptait que « sur la planche à billets, les risques inflationnistes seront importants »

"L’ouverture du fret maritime au privé est une aventure" (Ferhat Ait Ali)

 Il était question, selon des déclarations officielles de l’ancien ministre du Transport Boudjemaa Talai, que la CNAN acquière 27 navires entre 2016 et 2022 pour renforcer sa flotte.

Algérie : "La grève du secteur de l’éducation a atteint un taux de suivi de 80%" (Cnapeste)

Le conseiller au ministère de l'Education nationale a déclaré que le calendrier scolaire annoncé au début de l'année sera respecté en dépit du mouvement de grève enclenché notamment dans les wilayas de Blida et Béjaïa.