Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 20 Février 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • mardi 5 décembre 2017 12:31

La protestation des étudiants se poursuit à Béjaia en faveur de Tamazight

Dans un communiqué rendu public, lundi, le collectif des étudiants de Tamazight a dénoncé « l’administration (qui) avec ses pratiques traditionnelles porte gravement atteinte au caractère Amazigh de l’Algérie ».

 

Les étudiants de l’université Abderrahmane Mira de Béjaia ne décolèrent pas. Après le rejet par les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) d’un article dans la loi de finances 2018 proposé par la députée du parti des travailleurs (PT) Nadia Chouitem et portant sur « la promotion de Tamazight et sa généralisation progressive à tous les établissements scolaires au niveau national», les étudiants ont établi un véritable programme de manifestations sur trois jours, à partir d’hier.

Le mouvement de contestations contre les députés de l’APN, initié par les étudiants du département de langue et culture Amazigh et soutenues par les comités des étudiants, a commencé lundi avec la fermeture des deux campus, Aboudaou et Targa-Ouzemour. Un meeting a été tenu au niveau du campus d’Aboudaou, un autre meeting a été organisé, aujourd’hui, au niveau du campus de Targa-Ouzemour et enfin l’action sera clôturée, demain mercredi, avec l’organisation d’une grande marche populaire.

Dans un communiqué rendu public, lundi, le collectif des étudiants de Tamazight a dénoncé « l’administration (qui) avec ses pratiques traditionnelles porte gravement atteinte au caractère Amazigh de l’Algérie ».

Dans leur communiqué, les étudiants de Béjaia appellent à « assurer une formation de qualité pour les étudiants de la langue Amazigh, ainsi qu’à l’élargissement de son champ de recherche en dotant cette langue d'instituts et d'institutions qui travaillent pour sa promotion, mais aussi sa généralisation immédiate ». Ils exigent des autorités de « mettre en place des réformes de l'éducation nationale, déjà sinistrée et dogmatique, pour donner place à une éducation adéquate à notre culture et civilisation et socialisante sur les valeurs de la personnalité nord-africaine et méditerranéenne ».

 

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Les kabyles ils n ont aucun soucis dans la vie.par contré le soucis majeur qui leur reste c la langues tamaz ira.

    Rapporter Azul mercredi 6 décembre 2017 14:08
  • Nadia Chouitem et portant sur « la promotion de Tamazight et sa généralisation progressive à tous les établissements scolaires au niveau national»

    Gardez votre charabia pour vous

    Rapporter larbi mercredi 6 décembre 2017 00:35
  • Il est vrai que thamazighthe mérite bien plus d'efforts aussi bien des instutitions (scurtout enseignement et medias) que du peuple pour sa generalisation rapide. Je salut cette action

    Rapporter Youyou mardi 5 décembre 2017 14:03
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les médecins résidents demandent l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et non sa suppression" (Yassine Balhi)

Sondage

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les réformes économiques préconisées actuellement risquent de ne pas aller loin, selon Hamid Temmar

L’ancien ministre  dira que si l’Etat ne comptait que « sur la planche à billets, les risques inflationnistes seront importants »

"L’ouverture du fret maritime au privé est une aventure" (Ferhat Ait Ali)

 Il était question, selon des déclarations officielles de l’ancien ministre du Transport Boudjemaa Talai, que la CNAN acquière 27 navires entre 2016 et 2022 pour renforcer sa flotte.

Algérie : "La grève du secteur de l’éducation a atteint un taux de suivi de 80%" (Cnapeste)

Le conseiller au ministère de l'Education nationale a déclaré que le calendrier scolaire annoncé au début de l'année sera respecté en dépit du mouvement de grève enclenché notamment dans les wilayas de Blida et Béjaïa.