Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 14 Décembre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mardi 5 décembre 2017 12:31

La protestation des étudiants se poursuit à Béjaia en faveur de Tamazight

Dans un communiqué rendu public, lundi, le collectif des étudiants de Tamazight a dénoncé « l’administration (qui) avec ses pratiques traditionnelles porte gravement atteinte au caractère Amazigh de l’Algérie ».

 

Les étudiants de l’université Abderrahmane Mira de Béjaia ne décolèrent pas. Après le rejet par les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) d’un article dans la loi de finances 2018 proposé par la députée du parti des travailleurs (PT) Nadia Chouitem et portant sur « la promotion de Tamazight et sa généralisation progressive à tous les établissements scolaires au niveau national», les étudiants ont établi un véritable programme de manifestations sur trois jours, à partir d’hier.

Le mouvement de contestations contre les députés de l’APN, initié par les étudiants du département de langue et culture Amazigh et soutenues par les comités des étudiants, a commencé lundi avec la fermeture des deux campus, Aboudaou et Targa-Ouzemour. Un meeting a été tenu au niveau du campus d’Aboudaou, un autre meeting a été organisé, aujourd’hui, au niveau du campus de Targa-Ouzemour et enfin l’action sera clôturée, demain mercredi, avec l’organisation d’une grande marche populaire.

Dans un communiqué rendu public, lundi, le collectif des étudiants de Tamazight a dénoncé « l’administration (qui) avec ses pratiques traditionnelles porte gravement atteinte au caractère Amazigh de l’Algérie ».

Dans leur communiqué, les étudiants de Béjaia appellent à « assurer une formation de qualité pour les étudiants de la langue Amazigh, ainsi qu’à l’élargissement de son champ de recherche en dotant cette langue d'instituts et d'institutions qui travaillent pour sa promotion, mais aussi sa généralisation immédiate ». Ils exigent des autorités de « mettre en place des réformes de l'éducation nationale, déjà sinistrée et dogmatique, pour donner place à une éducation adéquate à notre culture et civilisation et socialisante sur les valeurs de la personnalité nord-africaine et méditerranéenne ».

 

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Les kabyles ils n ont aucun soucis dans la vie.par contré le soucis majeur qui leur reste c la langues tamaz ira.

    Rapporter Azul mercredi 6 décembre 2017 14:08
  • Nadia Chouitem et portant sur « la promotion de Tamazight et sa généralisation progressive à tous les établissements scolaires au niveau national»

    Gardez votre charabia pour vous

    Rapporter larbi mercredi 6 décembre 2017 00:35
  • Il est vrai que thamazighthe mérite bien plus d'efforts aussi bien des instutitions (scurtout enseignement et medias) que du peuple pour sa generalisation rapide. Je salut cette action

    Rapporter Youyou mardi 5 décembre 2017 14:03
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.

La liaison en fibre optique Oran-Valence réévaluée de près de 58% à cause des retards

 Le délai d’exécution du projet a été prorogé d’une durée supplémentaire de 12 mois à travers l’avenant n°2 au contrat du marché.