Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 14 Décembre 2017

  •   De M’Sila, Aboubaker Khaled
  • lundi 4 décembre 2017 16:18

Lafarge Holcim Algérie lance une nouvelle technique de traitement des chaussées

A partir de 2018, LafargeHolcim Algérie assurera des formations au profit des personnels des différentes directions des travaux publics de toutes les wilayas du pays.

 

LafargeHolcim Algérie a lancé lundi une nouvelle technique innovante de revêtement des routes en  béton compacté routier (BCR) en partenariat avec l’entreprise Razel. Cette nouvelle solution permettra de construire des routes plus vite, moins cher, tout en réduisant l’empreinte environnementale, a-t-on expliqué sur place.

Le tout premier essaie de la technique BCR a été réalisé pour la rénovation de la route reliant la RN60 à la RN45 sur 3.6 km au niveau de la commune de Hammam Delaa connue par le passage d’un grand nombre de véhicules lourds. Cette technique « est particulièrement recommandée pour les tronçons routiers fortement sollicités afin de garantir leur longévité », a-t-on également indiqué.

Pour ce qui est des champs de son application, « le BCR est recommandée pour la construction des routes, des plateformes ferroviaires (des terminaux de transport), des plateformes portuaires, des plates-formes industrielles et les plateformes aéroportuaires », a expliqué un ingénieur de LafargeHolcim. Et d’ajouter que « le BCR est composé des mêmes matières premières que le béton classique mais dans des proportions ajustées. L’étude de la formulation de ce matériau est réalisée en fonction du cahier des charges du client au sein de notre laboratoire de la construction LafargeHolcim à Rouiba ».

Des coûts peu élevés

Intervenant en présence du Wali de M’Sila, le directeur des travaux publics, Djamel-Eddine Bouhameda a indiqué que « pour l’instant les tarifs de cette technique restent élevés par rapport aux méthodes classiques de traitement des chaussées ». Il a ajouté que l’intérêt de cette solution « c’est le fait qu’elle soit appliquée avec des intrants 100% algériens, mais aussi en raison de sa longévité (20 ans) et de la rapidité de réalisation. Néanmoins, pour les tarifs, il est important de souligner que la technique sera très économique sur les longues distances et surtout après sa pleine maîtrise par les entreprises locales ».

A partir de 2018, LafargeHolcim Algérie assurera des formations au profit des personnels des différentes directions des travaux publics de toutes les wilayas du pays. Ces formations seront assurées par les spécialistes du groupe Lafarge et se fera au niveau de son centre de formation à Rouiba (Alger). Selon Ammar Triche, directeur des routes chez LafargeHolcim Algérie, « les formations concerneront principalement les solutions de ARDIA 600 que le groupe avait testé dans plusieurs wilayas du pays au courant de l’année 2017 ».


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.

La liaison en fibre optique Oran-Valence réévaluée de près de 58% à cause des retards

 Le délai d’exécution du projet a été prorogé d’une durée supplémentaire de 12 mois à travers l’avenant n°2 au contrat du marché.