Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 14 Décembre 2017

  •   Karim Sabeur
  • lundi 4 décembre 2017 13:35

Algérie : Près de 22.000 accidents de la route en 10 mois

Outre les campagnes de sensibilisation, une nouvelle entité dédiée à la sécurité routière sera installée prochainement conformément à la nouvelle loi sur la sécurité et la prévention routières.

 

Durant les dix premiers mois de l'année en cours, 3.120 personnes ont trouvé la mort et 31.540 autres ont été blessées dans 21.670 accidents de la route enregistrés au niveau national. C’est ce qu’a indiqué lundi le Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR), lors d’une rencontre tenue à Alger.

Par rapport à la même période de l'année précédente, le CNPSR note une baisse du nombre d'accidents de 13.81%, du nombre de morts de 10.03% et du nombre de blessés de 41.18%, ajoute la même source. A ce rythme, le nombre de morts sur les routes sera de moins de 4000 à la fin de l’année, a expliqué Ahmed Naït El Hocine, DG du Centre.

L'objectif de la rencontre est de sensibiliser sur le fléau des accidents de la circulation, selon Naït El Hocine.

Le directeur du Centre avait déjà annoncé auparavant que des suggestions sont avancées pour prévoir que toute assurance et contrôle technique ne peut se faire sans le paiement des amendes.

Cette disposition permettrait également au Centre de disposer de ressources financières pour ses chantiers en matière de lutte contre l’hécatombe routière. Selon le projet de loi de finances 2018, le Centre disposera de 20% du total de la recette engendrées par les amendes permettant de financer les campagnes de prévention.

Selon le DG du Centre, la réduction du nombre d’accidents passe par une meilleure sécurité routière. Le CNPSR élabore chaque année un plan d’action basé essentiellement sur des campagnes de sensibilisation touchant les différentes composantes de la société afin de lutter contre la violence routière.

Outre les campagnes de sensibilisation, une nouvelle entité dédiée à la sécurité routière sera installée prochainement conformément à la nouvelle loi sur la sécurité et la prévention routières. Cette entité dénommée « délégation nationale de la sécurité routière » regroupera le CNPSR et le Centre national du permis à points. Cette délégation sera chargée d’élaborer une stratégie nationale de prévention routière en concertation et en collaboration avec toutes les parties prenantes notamment la Sûreté nationale, la Gendarmerie nationale, le ministère chargé des Transports, le ministère de l’Intérieur ainsi que les compagnies d’assurance.

Le DG du CNPSR informe qu'outre les nombreuses vies qu’ils fauchent chaque année, les accidents de la route mettent à rude épreuve les finances publiques. Il cite une étude réalisée par l’Université de Batna selon laquelle 100 milliards de dinars ont été déboursés en 2015 pour la prise en charge des nombreuses victimes de la route. 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.

La liaison en fibre optique Oran-Valence réévaluée de près de 58% à cause des retards

 Le délai d’exécution du projet a été prorogé d’une durée supplémentaire de 12 mois à travers l’avenant n°2 au contrat du marché.