Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 14 Décembre 2017

  •   Lynda Abbou
  • lundi 20 novembre 2017 16:27

Algérie : Rassemblement pour soutenir la directrice d’Al Fajr

 La création d’un comité de soutien pour Hadda Hazem et la mobilisation des journalistes est un pas en avant.

 

L’affaire du journal arabophone Al Fajr et de sa directrice de publication,  Hadda Hazem, en grève de la faim depuis lundi 13 novembre, pour exiger la levée du monopole de l’Etat sur la publicité publique, a donné lieu  rassemblement de soutien, organisé aujourd’hui, à la maison de la presse  Tahar Djaout où se trouve le siège du journal.

Des journalistes, des représentants des partis politiques, des citoyens, et des militants de l’organisation des  droits de l’Homme  ont répondu a l’appelle du Comité de soutien à Hadda Hazem. Parmi les présents, la députée du parti de l’opposition RCD, Mme Fatta Sadat, le militant et activiste  Samir Belarbi et  la présidente d'Amnesty International Algérie, Hassina Oussedik. Lors de ce sit-in, des journalistes et des patrons de presse ont pris la parole pour exprimer leur soutien à Mme Hazem.

Malika Abdelaziz, journaliste et membre du comité de soutien  a souligné que « le comité est ouvert à toutes les bonnes volontés », ajoutant  qu’il fallait être nombreux afin de pouvoir mettre « la pression (sur les autorités) et sortir avec des solutions ».

Elle a insisté sur la nécessité de la mobilisation afin de « faire barrage au chantage exercé sur les titres et sur les journalistes ».  De son côté, le directeur éditorial de Maghreb Emergent, Ihsane EL Kadi, a expliqué que la  fausse ouverture en faveur de la presse en Algérie arrivait à sa fin. «  Il faut s’organiser et se mobiliser pour achever ce système (fausse ouverture) qui est en train de mourir. Il faut qu’on maintienne la pression sur les autorités et sur le ministre de la Communication qui doivent trouver des solutions aux problèmes de la presse algérienne», a-t-il martelé.   Le directeur du quotidien El Watan, Omar Belhouchet, a expliqué qu’il existait une volonté de «casser les voix libres et indépendantes ». « Nous, les journalistes  sommes des facilitateurs dans la société  nous ne sommes pas subversifs  ni les ennemis de l’Algérie », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la  présidente d'Amnesty International Algérie, Hassina Oussedik, a estimé que « les journalistes doivent se mobiliser pour travailler dans les meilleures conditions». Elle a considéré la mise en place d’un comité de soutien et la présence importante de journalistes au  rassemblement  est un pas en avant pour la presse algérienne.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.