Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 24 Février 2018

  •   Younes Saadi
  • mardi 7 novembre 2017 18:37

Algérie : Une marche d’un million de personnes pour soutenir Cevital en perspective

Une délégation s’est rendue au Palais du gouvernement pour déposer une demande d’audience au Premier ministre, Ahmed Ouyahia.

 

Le comité de soutien aux travailleurs du plus grand groupe privé d’Algérie Cevital compte passer à la vitesse supérieure dans sa démarche visant à débloquer les projets de cette entreprise à Bejaia et ailleurs. Réunis aujourd’hui mardi à Alger, les membres de comité ont décidé de lancer un défi majeur qui consiste à mobiliser un million de personnes dans les rues de la ville de Tizi Ouzou le 11 janvier prochain, a-t-on appris du porte-parole du comité Mourad Bouzidi. « Nous avons décidé d’aller vers une action grandiose pour dénoncer le blocage injustifié des projets du groupe Cevital à Bejaia et ailleurs », a-t-il déclaré, avant d’ajouter : « Après discussion, on a retenu d’idée de faire sortir un million de personnes dans les rues de la ville de Tizi Ouzou le 11 janvier 2018 ». Une date qui coïncide avec la fête de Yennayer célébrée par les populations locales.

Le recours à la rue est justifié, selon notre source, par la persistance du blocage qui frappe les projets de Cevital notamment celui d’implanter une usine de trituration de graines oléagineuses au port de Bejaia bloqué depuis des années, sans aucun motif légal. «Nous serons un million de personnes dans la rue pour dire non au blocage, non à la politique de deux poids, deux mesures et pour la libération des initiatives privées dans le domaine économique », affirme Mourad Bouzidi. Ce dernier nie l’implication du parton de Cevital Issad Rebrab dans cette démarche. « Issad Rebrab n’à rien avoir avec le comité de soutien aux travailleurs de son groupe. C’est une décision propre à nous. Il n’est même pas au courant de notre réunion d’aujourd’hui », a-t-il dit.

Pour réussir ce défi majeur de rassembler un million de personnes à Tizi Ouzou, un travail de préparation a été déjà lancé. « Nous avons déjà des comités de soutien à Cevital opérationnels dans plusieurs wilayas du pays. La liste va s’allonger au fur et à mesure », a-t-il indiqué. Une coordination regroupant ces comités a été installée également aujourd’hui à Alger. Elle est composée entre autres de députés et de personnalités politiques de taille. On peut citer : Les députés du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Leila Hadj Arab et Noura Ouali ou encore la figure emblématique du Mouvement culturel berbère (MCB), durant les années 80 et début 90 Djamel Zenati.

Notons que ce même comité s’est rendu mardi matin, au Palais du gouvernement pour déposer une demande d’audience au Premier ministre, Ahmed Ouyahia. « On a déposé à la réception du Palais du gouvernement une demande d’audience au Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Nous voulons le rencontrer pour lui demander d’agir pour lever les blocages dont souffre le groupe Cevital. On attend la réponse », affirme la députée Noura Ouali.

 


Évaluer cet élément
(34 Votes)

Laissez un commentaire



10 Commentaires

  • Cevital interesse toute l'Algérie et pas une seule région.regionalisation des intérêts ?

    Rapporter Rustic mardi 14 novembre 2017 09:57
  • VOUS LES k VOUA AVEZ MANGER CE PAYS

    Rapporter DINDIN mercredi 8 novembre 2017 13:23
  • Ce monsieur , monsieur ISSAD REBRAB est un intellectuel un grand économiste et un surtout un enfant de l'Algérie qu'il n'a jamais quitté , c'est un véritable Patriote, un grand économiste , tout ce qu'il touche réussi , c'est un magicien de l'économie, c'est un cerveau.Regarder toutes les sociétés qui coulent en France il les rachètent et les refait marcher et bien sur exporte vers chez nous le savoir faire et installe des usines chez nous dans toute l'Algérie.Voici le monsieur qui peut redonner a l'Algérie sa dignité son honneur et son indépendance réelle.Il devrait être Président de notre Pays et je pense que si le Peuple le sollicite clairement, il ne peut que accepter.Tout mon respect monsieur REBRAB.Bravo

    Rapporter ALLOUCHE mercredi 8 novembre 2017 13:10
  • " Quand on bâillonne trop de rêves,
    C'est comme quand on ajoute bois dur bois sur le bûcher,
    À la fin, il suffit du bout de bois d'un esclave,
    Pour faire,
    Dans le ciel de dieu,
    Et dans le cœur des hommes
    Le plus énorme incendie. "
    Mouloud Mammeri

    Rapporter LHomme de Méchta-Afalou mercredi 8 novembre 2017 10:45
  • C'est immoral …même aux USA, pays par excellence du Capitalisme des gens ne se sont pas mobilisés pour le compte d'un Patron d'entreprise… et tu trouves toujours d'autres gens à justifier cette aberration par l' " opposionisme " au Pouvoir…
    A propos …y a-t-il de syndicats dans les entreprises Cevital… ?

    Rapporter HKHELIFA mercredi 8 novembre 2017 07:18
  • Salam je soutiens cevital Parceque c'est de la hogra pure et simple mais je suis contre amazirer cette démarche et que les personnes sortent de tiziouzou seulement ça n'a rien de problème berbère

    Rapporter Zitouni mercredi 8 novembre 2017 06:48
  • Très bonne initiative. Dommage qu'à Alger c interdit. Mais ce comité doit communiquer mieux,en mettant l'accent sur l'injustice de ce blocage qui commence par l'interdiction même d'accostage de navires transportant équipements cevital spécialement et uniquement. Des équipements payés donc ayant eu toutes autorisations.

    Rapporter Mobencous mercredi 8 novembre 2017 00:01
  • Si Algeria avait 10 Issad (1), 20 Abed (2), 50 Ehsane (3) et 100 Abdou (4), elle serait un pays normal.
    Mais avec une centaine de (1), 200 (2), 500 (3) et 1000 (4) je vous laisse la joie de deviner de quel bois elle se chaufferait. Je ne dis pas que les pays qui se respectent en comptent ces personnes par milliers si ce n’est pas par millions.
    A titre d’exemple, l’Inde a quelques 50 millions de millionnaires en Dollars.

    Rapporter Faro Laz mardi 7 novembre 2017 23:10
  • TIZI ou BEJAIA ou est le problème?IL n'y a pas de lieu spécifique pour combattre l'injustice.

    Rapporter diogene mardi 7 novembre 2017 22:37
  • Le problème est à Bejaia et la marche à Tizi Ouzou...

    Je pense que même pendant le mouvement berbère, il n'a pas eu une marche de un million à Tizi, alors pour un milliardaire qui veut le devenir encore plus, c'est un peu présomptueux...

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan mardi 7 novembre 2017 19:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.