Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Lynda Abbou
  • dimanche 8 octobre 2017 17:00

Algérie-APN : Les partis de l’opposition rejettent en chœur le recours à la planche à billets

Malgré le vote contre le projet de Loi sur la monnaie et le crédit par tous les partis de l’opposition, le recours à la planche à billet a été validé par la majorité parlementaire.

 

Les partis de l’opposition ont rejeté catégoriquement le projet de Loi sur la monnaie et le crédit soumis ce dimanche au vote à l’Assemblée populaire nationale (APN). Néanmoins, ce texte de loi qui autorise le recours à la planche à billet a été adopté à par l’Assemblée, majoritairement dominé par les partis au pouvoir.

Les députés du Front des Forces Socialistes (FFS) ont rejeté l’amendement de la loi sur la monnaie et le crédit, et considèrent « que le financement non conventionnel est une technique qui ne peut être efficace que dans un contexte de gouvernance efficace soumise à la reddition de comptes, à une justice indépendante et à des contre-pouvoirs institutionnels performants. »  Selon le communiqué rendu public par le FFS,  toute les conditions précédentes sont absentes et rendent totalement inopérantes les mesures de « prétendu contrôle exercé dans le cadre d'une gouvernance qui a échoué au temps de l'aisance financière et qui va gâcher ce qui reste de souveraineté, de stabilité et d'opportunités de redressement du pays. »

Le groupe parlementaire du Parti des Travailleurs (PT), considère, lui,  que cet amendement  est une « dangereuse fuite en avant qui va aggraver la situation financière du pays et provoquer l’hyperinflation ».  Pour le PT, la solution n’est pas dans  l’assouplissement quantitatif mais dans la remise en cause de tous les choix politiques et économiques qui ont menés le pays à  l’impasse actuelle ».    

Dans un communiqué, le Rassemblement pour Culture et la Démocratie (RCD) a qualifié le recours à la planche à billets de « porteur de dangers », de solution de  facilité et d’une fuite en avant.  Les députés de ce parti reprochent au gouvernement de « ne pas débattre de solutions alternatives pour amorcer une politique économique  adossées à des ressources durables. »   

Pour le Mouvement de la société pour la paix (MSP), a voté contre le projet de loi.  «  L’amendement en lui-même  est acceptable, nous a déclaré  le député Nasser Hamdadouche.  Nous refusons les conditions qui accompagnent la procédure » a-t-il souligné.

Notons que tous les amendements proposés au projet de Loi sur la monnaie et le crédit ont été rejetés par la Commission des finances.  Au nombre de six, ces amendements proposés par les députés de l’opposition portaient notamment sur l’introduction de restrictions sur le recours à la planche à billet, voire l’annulation de l’article 45 bis qui introduit le financement non conventionnel.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.