hassnaoui
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Boualem Alami
  • samedi 7 octobre 2017 22:50

Maghreb: Rabat envoie des signes de dégel de ses relations avec Nouakchott en expulsant des opposants

A Nouakchott, des fuites dans les médias annoncent déjà la réouverture de l'ambassade mauritanienne à Rabat.

Des signes de dégel entre la Mauritanie, accusée par Rabat de soutenir le Front Polisario, et le Maroc ont été perçus ces derniers jours: un opposant Mauritanien installé au Maroc a été prié de ''plier bagages''.   

L'opposant Mauritanien Mohamed Ould Bouamatou, sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé par Nouakchott, a été prié par les autorités marocaines de quitter le territoire national, selon ''alakhbar.info''. ''Les autorités de Rabat ont accordé un délai d’un mois à l’homme d’affaire pour se conformer à la décision'', a indiqué une source autorisée, citée par le site ''yabiladi.com'' . L'opposant Mauritanien est détenteur d'un passeport français avec lequel il est entré au Maroc. D'autre part, deux autres opposants Mauritaniens sont installés au Maroc, il s'agit de Mustapha Ould Limam Chafi, un spécialiste sécuritaire  et un milliardaire, Abdallahi Ould Noueigued. Pour le moment, ils ne sont pas concernés par une expulsion, indique-t-on.

A Rabat, on s'interroge si le geste marocain d'accéder à la demande de Nouakchott d'expulser un opposant n'a pas été associé à l'accréditation d'un nouvel ambassadeur du Royaume en Mauritanie. Une source officielle citée par ''Yabiladi.com'' explique que ''le premier pas a été donné par le président mauritanien il y a quelques semaines à New York. A l’occasion de son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, Mohamed Abdel Aziz n’a pas soulevé la question du Sahara occidental. Un silence en rupture comparé aux précédentes interventions à partir de la même tribune''. Le geste de Rabat est également associé à une éventuelle participation de la Mauritanie au tour de table sur  le projet de gazoduc Nigéria-Maroc. A Nouakchott, des fuites dans les médias annoncent déjà la réouverture de l'ambassade mauritanienne à Rabat, avec comme chef de mission l’ancien Premier ministre Moulay Mohamed Ould Laghdaf, qui avait fait ses études au Maroc.

Relations tendues

Les relations entre la Mauritanie et le Maroc étaient toujours tendues en raison du soutien des Mauritaniens au Front Polisario. Mais, c'est en décembre dernier que les relations exécrables entre les deux pays avaient atteint un point de non retour après des propos blessants d'un chef de parti Marocain à l'égard de la Mauritanie. La soudaine crispation entre les deux pays avait été provoquée par le SG de l'Istiqlal fin décembre 2016 lorsqu'il avait déclaré lors d'une réunion avec des syndicalistes de l'UGTM que ''la Mauritanie est une terre marocaine et que les enclaves du Maroc s’étendent de Ceuta au fleuve Sénégal.

'' Ce que la Mauritanie considère comme ''une atteinte à sa souveraineté.'' Le lendemain dimanche 25 décembre, le parti mauritanien l'Union pour la république (UPR, au pouvoir), déclare dans un communiqué que ''le comportement de Hamid Chabat est symptomatique de la dégénérescence et de la faillite politique au Maroc". Cela ''trahit le manque de vision stratégique des élites marocaines", ajoute l'UPR. A Rabat, c'est l'affolement, et le monarque s'empresse de "reconnaît l’intégrité territoriale de la République Islamique de Mauritanie, conformément au Droit international'' lors d'un entretien téléphonique avec le chef de l'Etat Mauritanien. 

 

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • A quoi conduit une déclaration farfelue,surtout d'un chef de parti,imposant et puissant,Il a fallu l'intervention du Roi lui même pour réparer les dégâts,c'est la 2eme erreur ,( la 1ere il a poussé les Istiqlaliens à quitter le gouv..du PJD)Maintenant,il a payé ,lui,et son parti va mettre bcp de temps à se remettre

    Rapporter Namnami lundi 9 octobre 2017 15:20
  • Il y a anguille sous roche.
    Ça sent l'entour loupe du roitelet.

    Rapporter Anonyme lundi 9 octobre 2017 08:01
  • A parler de "projet de gazoduc Nigéria/Maroc", tant qu'à faire vous auriez pu aussi bien nous annoncer en lieu et place "projet Nigéria/Maroc de voyage sur la Lune" !
    Ce projet - et vous le savez fort bien - est une chimère. Juste une annonce à but politique... Rien d'autre. Il ne verra d'autant jamais le jour que :
    1) il nécessite plus de 20 milliards de dollars donc aucun des deux pays dispose (le Maroc étant actuellement pressé par la banque Mondiale et le FMI - voir leurs sites...- à rembourser sa dette s'élevant à plus de...55 milliards quand il ne peut même pas honorer les intérêts !) ;
    2) Le Nigéria (son Gouvernement et Chef d'Etat compris) non seulement ne se sont jamais prononcé sur le sujet mais encore s'oppose fermement à l'adhésion du Maroc - considéré comme un cheval de Troie...- à la Cedeao mais encore soutient résolument la cause Sahraouie comme ce pays vient de l'illustrer ces dernières heures à la Tribune de l'Assemblée Générale des Nations Unies, demandant "de fixer une date pour la tenue du référendum d’autodétermination pour le peuple sahraoui, qui doit figurer parmi les priorités de l'agenda de l'ONU".
    http://www.un.org/press/fr/2017/agcol3311.doc.htm

    Rapporter Chaoui lundi 9 octobre 2017 04:06
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.