Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mercredi 13 septembre 2017 10:39

Tunisie- L’expulsion du chercheur Hicham el Alaoui rappelle "les pratiques scandaleuses de l’Ancien régime" (associations)

Le même jour de la diffusion du communiqué de ces associations, c’est-à-dire hier, la porte-parole de la présidence tunisienne a indiqué sur sa page Facebook que le président Béji Caïd Essebsi était « mécontent » de l’expulsion du prince Hicham El Alaoui et que celle-ci avait été « effectuée suivant une procédure administrative automatique, sans qu’il en soit référé aux responsables ».

 

 

Dans un communiqué publié hier, plusieurs associations et organisations tunisiennes agissant notamment dans les domaines des droits humains, des libertés académiques et des droits des femmes ont condamné l’expulsion de Tunisie, le 8 septembre dernier, du prince marocain Moulay Hichem, également chercheur en politologie, qui devait prendre part à un colloque portant sur les obstacles entravant les réformes politiques dans trois pays arabes : la Tunisie, le Yémen et l’Egypte.

Les signatures de ce communiqué (voir leur liste en fin d’article) ont dénoncé « une nouvelle violation (…) des droits et des libertés garantis par la Constitution tunisienne et particulièrement son article 31 ». Ils ont qualifié l’expulsion du chercheur marocain de tentative de « renouer avec les pratiques scandaleuses qu’on croyait disparues avec l’Ancien régime ».

Le communiqué exige du gouvernement tunisien « qu’il précise les véritables raisons qui l’ont poussé à prendre une pareille décision bafouant les principes des droits de l’homme, la liberté d’expression et les libertés académiques adoptés par la Révolution tunisienne ».

Pour rappel, hier également, la porte-parole de la présidence tunisienne, Saïda Garrach, a indiqué sur sa page Facebook que le président Béji Caïd Essebsi était « mécontent » de l’expulsion du prince Hicham El Alaoui et que celle-ci avait été « effectuée suivant une procédure administrative automatique, sans qu’il en soit référé aux responsables ».

 

------------------------------

 

Les organisations et associations signataires du communiqué sont : L’Association arabe des libertés académiques, l’Association Beity, l’association tunisienne pour la défense des valeurs universitaires, l’Association tunisienne des femmes démocrates, l’Association Lam Echaml, l’association Vigilance pour la démocratie et l'Etat civique, le Centre de Tunis pour la liberté de la presse, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie, la Fédération générale de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Union générale tunisienne du travail), le Forum tunisien des droits économiques et sociaux, la Ligue tunisienne de défense des droits de l'homme, l’Organisation tunisienne contre la torture.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Aucune victime dans l’incendie de l’usine Cevital, selon le groupe

Cevital « rassure tous les consommateurs que les stocks de sucre à disposition permettront de servir le marché national sans aucune perturbation ».  

Algérie : Création d'un poste de diplomate chargé d'aider les investisseurs à l’étranger

Messahel a évoqué d’une nouvelle dynamique marquée par l’actualisation du cadre juridique afin de permettre aux opérateurs algériens d’investir les marchés étrangers.

Tunisie : Les pièces de rechange, habits et cosmétiques à 80% contrefaits (OTIC)

Le chiffre d’affaires du marché des contrefaçons avoisine les 500 milliards de dollars annuellement et enregistre une évolution annuelle de 10%.