Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 22 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mercredi 13 septembre 2017 10:39

Tunisie- L’expulsion du chercheur Hicham el Alaoui rappelle "les pratiques scandaleuses de l’Ancien régime" (associations)

Le même jour de la diffusion du communiqué de ces associations, c’est-à-dire hier, la porte-parole de la présidence tunisienne a indiqué sur sa page Facebook que le président Béji Caïd Essebsi était « mécontent » de l’expulsion du prince Hicham El Alaoui et que celle-ci avait été « effectuée suivant une procédure administrative automatique, sans qu’il en soit référé aux responsables ».

 

 

Dans un communiqué publié hier, plusieurs associations et organisations tunisiennes agissant notamment dans les domaines des droits humains, des libertés académiques et des droits des femmes ont condamné l’expulsion de Tunisie, le 8 septembre dernier, du prince marocain Moulay Hichem, également chercheur en politologie, qui devait prendre part à un colloque portant sur les obstacles entravant les réformes politiques dans trois pays arabes : la Tunisie, le Yémen et l’Egypte.

Les signatures de ce communiqué (voir leur liste en fin d’article) ont dénoncé « une nouvelle violation (…) des droits et des libertés garantis par la Constitution tunisienne et particulièrement son article 31 ». Ils ont qualifié l’expulsion du chercheur marocain de tentative de « renouer avec les pratiques scandaleuses qu’on croyait disparues avec l’Ancien régime ».

Le communiqué exige du gouvernement tunisien « qu’il précise les véritables raisons qui l’ont poussé à prendre une pareille décision bafouant les principes des droits de l’homme, la liberté d’expression et les libertés académiques adoptés par la Révolution tunisienne ».

Pour rappel, hier également, la porte-parole de la présidence tunisienne, Saïda Garrach, a indiqué sur sa page Facebook que le président Béji Caïd Essebsi était « mécontent » de l’expulsion du prince Hicham El Alaoui et que celle-ci avait été « effectuée suivant une procédure administrative automatique, sans qu’il en soit référé aux responsables ».

 

------------------------------

 

Les organisations et associations signataires du communiqué sont : L’Association arabe des libertés académiques, l’Association Beity, l’association tunisienne pour la défense des valeurs universitaires, l’Association tunisienne des femmes démocrates, l’Association Lam Echaml, l’association Vigilance pour la démocratie et l'Etat civique, le Centre de Tunis pour la liberté de la presse, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie, la Fédération générale de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Union générale tunisienne du travail), le Forum tunisien des droits économiques et sociaux, la Ligue tunisienne de défense des droits de l'homme, l’Organisation tunisienne contre la torture.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le Chinois Doogee assemble ses téléphones à Aïn Benian en partenariat avec Matos Algérie

La ligne d’assemblage verra la sortie, en mai prochain, des premiers téléphones assemblés localement. Quatre modèles seront commercialisés dans un premier temps (Doogee MIX, MIX Lite, Doogee X30 et X55). Quant au Doogee X9S, un mobile 4G entrée de gamme, il sera bientôt disponible sur le marché au prix de 17.000 dinars, selon le responsable communication et marketing de Doogee Algérie.

D’ici 2022 Sonatrach recrutera 12.000 personnes et, à compétence égale, priorisera les candidats du Sud

Ces milliers de recrutements, a expliqué le directeur exécutif des RH de Sonatrach, sont destinés à remplacer les effectifs « perdus » ces dix dernières années. Depuis 2008, a-t-il indiqué, 23.000 travailleurs ont pris leur retraite, soit « la moitié des effectifs », et les cinq dernières années ont connu une véritable saignée, avec 15.000 départs à la retraite.

Flash d’infos de Radio M.

Nous vous présentons le flash d’informations de Radio M., la web radio de Maghreb Emergent.