Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 21 Septembre 2017

  •   Boualem Alami
  • dimanche 10 septembre 2017 14:53

Maroc: Le Prince Moulay Hicham expulsé de Tunisie pour des raisons ''politiques''

Le prince Moulay Hicham Al Aloui, dit le prince Rouge pour sa farouche opposition au makhzen, a été expulsé de Tunisie samedi. Raisons invoquées: politiques.

 

Le  prince Moulay Hicham a été expulsé samedi de Tunisie où il devait donner une conférence. Selon la presse tunisienne, il se trouvait à la piscine d’un hôtel où il était arrivé samedi lorsque des policiers sont venus lui demander de les accompagner dans sa chambre. Là, ils lui ont  demandé de prendre ses affaires, et a été ensuite emmené au commissariat où son expulsion de Tunisie lui avait été notifiée. Toujours selon la presse tunisienne, il avait été expulsé sur un vol d'Air France vers Paris.  Cependant, le prince marocain avait demandé sans l'obtenir un ordre d’expulsion écrit. La police a accepté cependant de lui expliquer que ''rien ne lui était reproché, si ce n’est que la décision est politique.'' Moulay Hicham Al Aloui devait animer une conférence sur ''la gouvernance et les défis sécuritaires dans trois pays arabes: le Maroc, l’Égypte et le Yémen.'' Cela aurait irrité Rabat, qui aurait demandé son expulsion de Tunisie ? Pourtant, ce chercheur à l'université américaine de Stanford avait une grande estime pour la révolution de Jasmin, qui avait emporté en Tunisie le régime de Benali et fait tâche d'huile dans certains pays arabes, dont le Maroc. Critiquant le régime marocain, il avait estimé que Mohamed VI a abandonné la ''logique démocratique'' et la modernisation pour aller vers un renouvellement de façade avec les islamistes du PJD. Pour Moulay Hicham, ''le palais épuise les élites.'' Dans son livre ''le journal d'un Prince banni'' paru en avril 2014, il avait assuré que la vraie exception politique dans le monde arabe n'est pas le Maroc, mais la Tunisie. ''La vraie exception du monde arabe c'est la Tunisie, et ça le reste. Mais la fascination pour l'autoritarisme dans la région s'est cassée'"', a t-il précisé.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Honte aux dirigeants tunisiens qui ont détourné la révolution du jasmin.Le prince Mouay Hicham dit tout haut ce que tous les marocains pensent tout bas sans oser le dire.Crime de lèse majesté.Le gvt tunisien ne s'honore pas en accédant aux pressions de la monarchie absolue déguisée en démocratie.

    Rapporter Anemlay dimanche 10 septembre 2017 21:17
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La saison 5 du CPP démarre sur la promesse d’une année politique décisive

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Le montant de la masse monétaire dans le circuit informel est surévalué, selon Ferhat Aït Ali (VIDEO)

Pour l'économiste Ferhat Aït Ali, le montant de la masse monétaire circulant dans les circuits informels ou thésaurisée est ''surévalué''. Au mieux, il ne s'agit que de 40 milliards de dinars, ''c'est ce que nous avons dans nos poches actuellement''.

Algérie-Emploi - "Les besoins du marché prennent l’ascenseur, les formations prennent l’escalier" - Mohamed Ali Deyahi (BIT) – Audio-

  Mohamed Ali Deyahi, Directeur Régional Afrique du Nord du Bureau International du Travail (BIT) a fait le constat ce mercredi  sur Radio M d’une évolution «préoccupante » du chômage des jeunes en Algérie qui atteint les 29% en 2017 contre 24% en 2016. La grande faille est dans l'écart entre le marché de l'emploi et la formation.

Tunisie: L'homme d’affaires Slim Riahi interdit de voyager (juge)

Une décision d’interdiction de voyage a été émise mardi par le juge d’instruction près le pôle judiciaire financier contre le président de l’Union patriotique libre (UPL) et homme d’affaires Slim Riahi, a annoncé mercredi le porte-parole du pôle financier, Sofiène Selliti.