Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • vendredi 8 septembre 2017 16:37

Aïd: Après l'Algérie, le Maroc touché par le scandale des engraissements douteux du cheptel ovin

                      

Après l'Algérie, c'est au tour du Maroc de vivre une scabreuse histoire d'engraissement douteux d'ovins. Pour cet Aid El Fitr, beaucoup de marocains se sont aperçus avec stupeur que la viande de leur mouton, qu'ils viennent de sacrifier, avait vite fait de tourner au vert, avec des signes de putréfaction.

 

Au lendemain de cette fête religieuse, la presse locale tout comme les réseaux sociaux avaient publié des photos de carcasses de moutons ayant une étrange couleur verdâtre. Alertées, les autorités ont fait état de 670 plaintes de propriétaires de moutons dont la carcasse s'est putréfiée.

Selon l’Office marocain de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), ''la coloration superficielle de la viande ou sa putréfaction est due à une contamination bactérienne de type pseudomonas, clostridies, coliformes et staphylocoque (contenue) en grand nombre dans l’appareil digestif de l’animal”.

Mais, aucune enquête n'a été annoncée par le ministère de l'Agriculture et des pêches maritimes sur ce phénomène. Pourtant, le débat fait rage entre l'association des vétérinaires et les pharmaciens.

Les pharmaciens accusent

Intervenant dans ce débat, Mohamed Lahbabi, président de la confédération des syndicats de pharmaciens du Maroc, a souligné jeudi 7 septembre que ''des injections de produits chimiques destinés à faire grossir les animaux'', seraient à l’origine de la putréfaction de la viande.

Plus explicite, il affirme que ''le Megamax est un concentré de protéines, de lactosérum et de protéines de lait qui, en l'associant avec des hormones concentrées dans le Minidril, aiderait dans l’engraissement''. Dans une déclaration à l'hebdomadaire Telquel, il précise que ''le bétail devient plus actif. Il enfle, prend du volume, mais ne gagne pas en poids.'' Et, dès qu’on l’égorge, des infections se manifestent et la viande change de couleur''.Pour lui, la consommation d'une telle viande conduit à la mort.

Mais, l'ONSSA dément l’utilisation de produits d’engraissement chimiques. Pour l'Office, il s'agit de mauvaises conditions de conservation de la viande avec une période de fortes chaleurs, et le changement de couleur serait dû à une infection de certaines bêtes par des "bactéries de type clostredies".

L'ONSSA rappelle ainsi les cas observés en 2016 à Fès, à Safi et à Tanger, mais en proportion infime, et parle également des ''engraissements intensifs des derniers jours avant l'Aïd". Dans un premier temps, l'Office avait indiqué que "la teinte verdâtre de la carcasse ou sa putréfaction sont liées au non-respect des règles d’hygiène durant l’abattage et à l'écorchage du mouton et aux conditions de conservation de la carcasse".

Les vétérinaires répliquent

Se sentant visés par les déclarations du président de la fédération des pharmaciens, les vétérinaires marocains se défendent. Le Comité national de l'ordre national des vétérinaires (CNONV) indique dans un communiqué que les quelque 1000 vétérinaires du secteur privé, ''travaillent tout au long de l’année dans toutes les régions du royaume à travers les campagnes menées par l’ONSSA''.

Ils surveillent donc ''aussi les opérations d’engraissement des cheptels d’ovins, de caprins et de vaches dans les grandes comme dans les petites fermes.''

Le CNONV ajoute que ''ces éleveurs utilisent les médicaments autorisés en respectant les prescriptions des vétérinaires, avec le respect total de la période de pause avant le sacrifice'', et, sur les informations faisant état de l’utilisation de médicaments non autorisés, le Comité ''adresse des courriers aux autorités compétentes à chaque fois pour combattre ce fléau.''

Pour les vétérinaires, il n'y a pas eu de viandes contenant des matières interdites, car ''ils ont adressé des échantillons aux laboratoires nationaux pour des analyses ayant affirmé que la viande ne contient aucune matière interdite'', selon le communiqué du CNONV. Bref, verte ou rouge, la viande de l'Aïd fait jaser les marocains.

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.