Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 24 Septembre 2017

  •   Ihsane El Kadi
  • jeudi 17 août 2017 20:55

Trois raisons qui empêcheront Ahmed Ouyahia de faire avec Bouteflika le "coup" de Benali avec Bourguiba (Analyse)

 

 

Officiellement, l’agenda du «nouveau» Premier ministre, est d’abord économique. L’arrière-pensée de la succession présidentielle est pourtant partout. Revue des possibilités.

 Ahmed Ouyahia sera très probablement en poste au palais du gouvernement lorsqu’à la fin de l’été prochain devra se décider formellement la question de la candidature « officieuse » du système à la présidence de la république en avril 2019.

 Son rôle dans cette délibération peut devenir plus important que celui d’un premier ministre «habituel » dans la gouvernance algérienne. L’option d’un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika est encore celle qui arrive en premier. Elle bénéfice toujours d’un soutien, certes plus faible, mais réelle au cœur du système. C’est d’abord le choix d’Abdelaziz Bouteflika lui=même. Il veut être président au moment de quitter la vie.

 C’est ensuite l’option « naturelle » pour son premier cercle, son frère Saïd, c’est aussi le cas pour le patron du FLN, premier parti du pays, Djamel Ould Abbes, et pour Ali Haddad le président du FCE, principale organisation patronale. Le vice de la défense et chef d’Etat-Major Ahmed Gaid-Salah se gardera bien de se mettre en travers de ce projet de 5e mandat s’il était mis sur la table au moment des arbitrages.  Il a déjà été un acteur pressant dans l’emballage du 4e mandat à l’automne 2013. Il doit à sa fidélité à Bouteflika, sa longévité à la tête de l’opérationnel dans l’ANP. Reste le premier ministre, chef au quotidien de l’exécutif. 

 Une ressemblance qui s’accentue avec la Tunisie de 1986-87

 Abdelmalek Sellal a joué tous les rôles dans l’avènement du 4e mandat. Celui de lièvre d’abord, puis celui de porte-parole et grand maitre de cérémonie de la candidature du président absent. C’était à l’hiver-printemps 2014. Avant le contre choc pétrolier et l’entrée en crise des finances publiques algériennes. Ahmed Ouyahia va-t-il jouer la même partition dans un peu plus d’une année ?  Les scénarios sont ouverts. Car l’option du 5e mandat est, de toutes, celle qui est la plus menacée par le temps. 

 La présidence par délégation de pouvoir à produit cet été son plus grave bug-système depuis le 27 avril 2013, date de l’AVC de Abdelaziz Bouteflika, qui a affecté ses capacités personnelles. Le dispositif s’est, avec Abdelmadjid Tebboune, trompé de Premier ministre du point de vue de ses intérêts et de sa feuille de route. Cette dégénérescence du mécanisme décisionnel par délégation risque de s’aggraver dans les mois qui viennent.

 Le président ne parle pas, son frère ne peut pas être l’unique détenteur-interprète de sa volonté, et l’appareil de l’Etat doit rendre des arbitrages tous les jours face aux périls qui montent sur le front économique et social. Même si le tableau clinique est différent avec Abdelaziz Bouteflika, la ressemblance politique est devenue frappante avec la situation tunisienne de 1986-1987 et l’aggravation de la démence sénile du président Habib Bourguiba.

 Les premiers ministres Mohamed Mzali puis Rachid Sfar étaient en conflit ouvert avec Saida Sassi, la nièce du président devenue, au palais de Carthage, la dépositaire de sa volonté supposée. Le scénario d’une mise à l’écart d’Abdelaziz Bouteflika de l’échéance d’avril 2019, va devenir, dans ce contexte un scénario pressant de survie politique du système. Il faudra alors le transformer en actes institutionnels. Ahmed Ouyahia, incarne depuis deux décennies, la continuité « politico-sécuritaire» de l’Etat Profond Algérien.

 Au poste de Premier ministre tous les regards « amis » se retourneront vers lui pour envisager son « mouvement du 7 novembre 1987 », de Zine El Abidine Benali dans une mouture algérienne soft. Il s’agirait juste de dissuader Abdelaziz Bouteflika de se porter à nouveau candidat à la présidence de la république, et de rassurer son clan sur l’avenir de ses intérêts. Conséquence, Ahmed Ouyahia aura, pour cela, à se vendre comme le candidat d’un 5e mandat de Bouteflika sans Bouteflika. Dans l’intérêt vital de la continuité du système autocratico-marchand algérien. 

 Ce scénario va se nourrir de l’évolution des nombreux paramètres, l’incapacité présidentielle, la conjoncture économique, les tensions sociales, le climat politique, l’appréciation des partenaires étrangers. In fine, il devra, s’il advenait, se concrétiser par un « coup », une interdiction négociée ou imposée d’une nouvelle candidature Bouteflika.  C’est ce « coup » qu’Ahmed Ouyahia ne pourra pas faire.

 Bien sûr, Ahmed Ouyahia y pense

 Entendons-nous tout d’abord sur ceci. Ahmed Ouyahia prétend à la magistrature suprême. Il estime même que, pour l’ensemble des services rendus au système autocratico-marchand, elle lui revient légitimement. En janvier 1996, surpris par la proposition que lui a faite le président Zeroual de succéder à  Mokdad Sifi au poste de chef du gouvernement  il a hésité une demi-journée avant de lâcher devant des amis : « J’y vais. Après tout si Réda Malek l’a fait pourquoi pas moi ».

 La formule se veut sarcastique, elle dit surtout la hiérarchie des valeurs chez le jeune personnage : entre action et analyse, tactique et vision, l’ordre est vite établi. Cela cristallise une suffisance dense qui l’amène à ne douter devant aucun challenge, y compris celui de succéder à Abdelaziz Bouteflika en contexte de crise économique, « si lui l’a fait avec un AVC… ». 

 Autre postulat à considérer, Ahmed Ouyahia, le moment venu, se détachera sans état d’âmes du soutien à un nouveau mandat de Bouteflika, ligne de conduite qu’il a pourtant tenu depuis 18 ans.  Le groupe des généraux janviéristes Mohamed Lamari et Khaled Nezzar en particulier, s’est considéré trahi par le protégé de l’ANP en 2004 lorsqu’à la tête de son parti, le RND, il a choisi de soutenir le second mandat de Abdelaziz Bouteflika face à la candidature de Ali Benflis.

 Il aura eu tout le loisir de rétorquer à la haute hiérarchie de l’armée qu’elle devait d’abord accorder ses violons en interne. Son soutien à Bouteflika était alors conforme à celui de sa véritable maison mère, le DRS du général Toufik.

 Se placer dans la succession, facteurs contraires

 Mais alors si le nouveau Premier ministre, contrairement à ses deux prédécesseurs, porte une véritable ambition présidentielle, et qu’il a déjà « trahi » par le passé, pourquoi ne serait-il pas, dans quelques mois, l’homme du « coup » à la Zine El Abidine Ben Ali  face à Bourguiba ? Trois raisons devraient l’en empêcher.

 La première est Abdelaziz Bouteflika.  Il s’en est accommodé sans jamais l’apprécier. Jusqu’au bout il ne souhaitera pas le voir lui succéder. Le président a toujours eu recours à Ahmed Ouyahia, comme un pis-aller pour les passages à gué. 

 En 2012, après la nomination de Sellal à sa place, Ouyahia constatait désabusé « le président a autorisé en quelques semaines plus de décisions du premier ministre que pour moi durant quatre ans ». Pas de confiance.

 Les choses ont échappé des mains présidentielles au profit de son frère ? Si le nouveau premier ministre veut exister politiquement en vue d’incarner un prochain chef d’Etat, il devra faire du « soft Tebboune », se démarquer de Saïd Bouteflika ou en donner l’illusion. La cohabitation entre les deux hommes ne peut pas reproduire le standard de celle avec Abdelmalek Sellal.

 Deuxième obstacle, son agenda de Premier ministre. Ahmed Ouyahia est de retour pour tenter un auto-ajustement économique. Sa loi de finance pour 2018 va être très impopulaire. Il aura à se déployer politiquement pour justifier une austérité qui va toucher plus largement les algériens sans que les effets d’un autre modèle de croissance n’arrivent d’ici longtemps, années perdues sous Sellal et les lignes rouges de Bouteflika en matière de réformes.

 Zine El Abidine Benali est arrivé au poste de premier ministre en octobre 1987, comme « un homme neuf ». Il a fait son « coup » en novembre puis a engagé un plan d’ajustement structurel pour solder les déficits extérieurs de la Tunisie et relancer la croissance sur de nouvelles bases. C’est la ligne de vie à rebours d’Ahmed Ouyahia. Il n’est pas neuf et il a déjà ratiboisé l’économie algérienne sous programme FMI. Il aura fort à faire au palais du gouvernement pour espérer avoir la marge de se donner une stature politique de président « prêt à l’emploi », dans l’après Bouteflika.

 Compter aussi avec le retour des Algériens vers la politique

 La troisième raison qui empêchera sans doute Ahmed Ouyahia de devenir l’instrument interne d’un « coup » du système contre la folie de la présidence à vie de Abdelaziz Bouteflika est la plus importante. Il lui faudra pour cela gagner un consensus large dans le système en course pour préserver sa survie en l’état.

 Le contexte politique en voie de dégradation des 20 prochains mois qui séparent les Algériens de l’élection présidentielle du printemps 2019, joue contre lui. Ahmed Ouyahia  va devenir encore moins le recours rassurant pour l’avenir.

Visage placide des années de guerre civile (plusieurs milliers de disparus pendant son gouvernement), incarnation de la paupérisation violente du plan d’ajustement structurel (1995-1998),  protecteur docile de la délinquance en col blanc des années Bouteflika  (Khelil, Bouchouareb- Ghoul, ect…)… Exécutant impersonnel du contre ajustement (anti-printemps arabe) avec l’explosion des dépenses publiques de fonctionnement en 2011-2012  (cause aujourd’hui d’un budget insoutenable),  le dernier Premier ministre de Bouteflika est même, sans doute,  la plus belle promesse pour aider la colère populaire montante à trouver une incarnation politique à ses frustrations. 

 Au moment des arbitrages sur la succession, cela comptera aussi.  Dans les situations de crise, le système a toujours cherché à surprendre avec des hommes reconnus mais peu pratiqués récemment par l’opinion : Boudiaf en janvier 1992, Bouteflika à l’automne 1998. Ahmed Ouyahia sait lire le code interne de L’Etat Profond.

S’il sent que sa candidature (Bouteflika sans Bouteflika) ne diffuse pas le sentiment de sécurité recherché pour continuer le système, il fera son travail de Premier ministre et rentrera à la maison. Comme il l’a déjà fait par trois fois. A la fin des années Bouteflika il y aura une élection présidentielle et si le vieux président malade n’y figure pas, les Algériens pourraient bien y décréter leur retour vers la politique.


Évaluer cet élément
(31 Votes)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • Trop optimiste mon ami. Non seulement les algériens ne reviendront pas de si tôt vers la politique, mais même s'ils le faisaient ils n'auront aucun rôle à y jouer car les jeux seront fait et les urnes bourrées comme d'hab. A moins qu"ils y retournent par l'émeute et là c'est le quitte ou double vers le chaos.

    Rapporter MHamed lundi 21 août 2017 08:12
  • Bravo pour cette belle synthèse et si élégante démonstration. cependant, il reste 3 inconnues: 1- les réserves énergétiques et les recettes qui en découlent, -2 la réaction des sphères d'influence qui ont installé un système de siphonnage des ressources financières publiques, notamment la manne en devise,dont ils sont les friands amateurs, -3 le role de l'armée nationale et de son équilibre et son homogénéité face à la baisse des revenus et à la hausse des risques d'implosions internes et extérieures...

    Rapporter aziz mouats vendredi 18 août 2017 15:49
  • BENALI ,ancien militaire a été chef de la police ,ensuite ministre de l'interieur avant d'etre PM .
    au contraire d' OUYAHIA qui est quelqu'un de l'administration ,ancien diplomate de surcroit !
    c'est toute la différence de culture de l'Etat !

    Rapporter nour-eddine vendredi 18 août 2017 11:05
  • Le système est en fin de vie ...et même en décomposition avancée.celui qui dit ou écrit que le printemps arabe n'a pas touché le pays ,n'a rien compris.
    Le printemps arabe ,c'est la mort d'une certaine philosophie de gouvernance qui a animé presque tous tous les états arabes ( avec des variations locales )
    Les dictatures laïcs ont lamentablement échouées .en Égypte ,le pouvoir a décidé de continuer sur ce chemin avec encore plus de coups bâtons et de répression...l'avenir nous dira combien de temps le peuple peut subir cela sans révolte
    La tunisie s'essaye à une sorte d'expérience démocratique mais doit faire face à des forces anti révolutionnaires interne et externe
    En Algérie, le système rentier conjugué à la culture socialiste est un élément de plus qui contribue au blocage.
    Pour retrouver de la viabilité et non se reposer (voir entretenir) sur le traumatisme des années 90, il faut énormément de réformes économiques,politiques....et culturelles
    Bref,il faut une nouvelle algerie avec un nouveau projet de société.on peut déjà écarter la possibilité que les vieux dinosaures soient capables de changer à ce point.
    L'autre soucis ,c'est que la logique rentiere et socialisante a créé une élite de très bas niveau ...même comparé à certains pays africains.la diaspora pourrait là ,être d'un très grand secours.
    On devine bien l'étendu du problème et les solutions faciles n'existent pas ,mais rien n'est impossible dans la vie

    Rapporter Sam vendredi 18 août 2017 10:08
  • Il y'a quand même une petite différence entre les scenarii évoquées ici et la Tunisie. Dans cette dernière, c'est le général Gaid Salah qui a fait le coup d'Etat et pas Mzali ou Sfar.
    En faite, le plus vieux soldat du monde s'y verrait bien et on aura une indication les prochains jours: qui réussira à avoir la peau de l'autre le premier, Gaid Salah ou Said.
    Le 3eme obstacle que voit Elkadi Ihsen est un pur phantasme de sa part. On peut traiter Bouteflika de touts les maux sauf celui de connaitre profondément les préoccupations de ses administrés: strictement alimentaires. Il n'est pas resté 19 ans à la tête de ces nids de serpents pour rien.

    Rapporter Hayy ibn Yaqdhan vendredi 18 août 2017 08:00
  • Vous etes en plein délire, Ouyahia c'est Said qui l'a ramené on va le dépouiller définitivement du R N D et il aura juste Une année dans son dernier poste de premier ministre par diversion d'un clan , c'est l'heure du nettoyage préparant Said à remplacer l’aîné, même Gaid Salah sera dégommé bientôt. autrement s'ils se croient des hommes forts , alors qu'ils tentent le scénario Tunisien , ni ni trop lâches et puis seul une issue à la libyenne se profil dans les état majors de la région, que de délires

    Rapporter medag vendredi 18 août 2017 02:28
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Poids de l’informel : Ouyahia corrige Sellal, Benkhalfa… et la Banque d’Algérie

Jusqu’à fin 2016, l’informel représenterait officiellement environs 3700 milliards de dinars. Or, Ahmed Ouyahia parle de 1700 milliards de dinars, chiffre qui, selon les experts, est plus proche de la réalité.

Algérie- La récolte des céréales a légèrement augmenté durant la campagne 2016-2017

Durant la campagne 2016-2017, la superficie moissonnée a été de 2.353.253  hectares (ha), soit 91% de la superficie déclarée à moissonner (2.578.672  ha), contre 2.206.055 ha lors de la campagne précédente.

Tunisie : Signature de l’accord sur la majoration salariale dans la presse écrite et électronique

L’augmentation salariale concerne quelque 4500 professionnels, selon, le président de la FTDJ. Ils  bénéficieront d’une augmentation de 6% sur les salaires de base et indemnités, à compter du mois d’août 2016.