Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent
  • dimanche 16 juillet 2017 20:45

Grande mosquée d’Alger : Un nouveau directeur à la tête de l’ANRGMA pour accélérer la cadence des travaux

Badreddine Defous qui remplace Mohamed Guechi à la tête de l’ANRGMA a été nommé  pour rattraper le retard dans la réalisation de la Grande mosquée d'Alger.

 

Badreddine Defous a été nommé, dimanche, Directeur de l'Agence nationale de réalisation et de gestion de la Grande mosquée d'Alger (ANRGMA), a indiqué un communiqué du ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville.

Cette nomination fait suite au retard accusé dans les travaux de réalisation de la Grande mosquée d'Alger, l'objectif étant d'en accélérer la cadence pour livrer une partie (minaret, esplanade et salle de prière) dans les délais fixés, soit fin 2017, et ce, en application du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, précise le communiqué repris par l'APS. Cadre supérieur du secteur et ingénieur en chef en travaux publics et construction, Badreddine Defous est titulaire d'un ingéniorat d'Etat en travaux publics et construction.

Il a occupé plusieurs postes, dont celui de Directeur de l'urbanisme, de la construction et de l'habitat dans la wilaya de Batna, directeur de l'habitat dans la wilaya de Constantine, directeur de l'habitat et des équipements publics dans la wilaya d'Alger et directeur des équipements publics dans la wilaya d'Alger.

M. Defous qui remplace Mohamed Guechi qui a été démis de ses fonctions, a contribué à plusieurs projets d'envergure nationale, notamment la mosquée de l'Emir Abdelkader dans la wilaya de Constantine, le lancement du projet de réalisation de la ville nouvelle Ali Mendjeli dans la wilaya de Constantine et la réalisation de la faculté des sciences politiques et de l'information de l'Université Alger 3 (7000 places pédagogiques), la faculté de droit de l'Université Alger 1 (10.000 places pédagogiques) et la faculté de médecine de l'Université Alger 1 (10.000 places  pédagogiques).

Pour rappel, la nomination de M. Defous intervient au lendemain de la visite de travail et d'inspection du projet de réalisation de  la Grande mosquée d'Alger,  effectuée samedi par le premier ministre Abdelmadjid  Tebboune lors de laquelle il avait donné des instructions fermes pour l'accélération de la cadence de réalisation du projet de la Grande mosquée d'Alger pour son ouverture aux fidèles en décembre prochain.

Insatisfait de la cadence des travaux, Tebboune avait  insisté sur l'impératif de "respecter les délais impartis de concert avec la présidence de la République, à savoir décembre 2017, ce qui exige un travail en 3X8 pour rattraper le retard enregistré".


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia ont été tous acquittés

  Le FFS avait  interpelé  par le biais  d’une question orale le ministre de la justice garde des sceaux, Tayeb Louh, le 09 janvier  passé, sur  la présentation  de ces cadres et militants du FFS à Ghardaia devant le tribunal criminel.

Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)

Initialement prévue pour juillet dernier, cette réforme, qui vise à élargir la fluctuation du dirham marocain, avait été retardée par le gouvernement pour "des études supplémentaires".  

Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations

Le FLN, le RND et même le FCE sont d’accord pour respecter la décision du président subordonnant à son accord les privatisations.