Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 15 Décembre 2017

  •   HuffingtonPost- Algérie
  • dimanche 9 juillet 2017 18:16

Ahmed Ouyahia essuie de vives critiques après des propos racistes sur les migrants subsahariens (vidéo)

Tout comme Farouk Ksentini, Ahmed Ouyahia a déclaré samedi 08 juillet 2017 que les migrants subsahariens sont "une source de drogue et de criminalité" en Algérie. Les propos du cabinet de la présidence, qualifiés de "choquants" et "scandaleux", suscitent ce dimanche l'indignation des associations de protection des droits de l'Homme et de certains partis politiques.

 

Ahmed Ouyahia, par ailleurs SG du Rassemblement national pour la démocratie (RND), est revenu dans une déclaration à la chaîne de télévision privée Ennahar sur la situation des migrants et réfugiés subsahariens, ciblés par une campagne raciste depuis plusieurs semaines en Algérie.

Le chef du cabinet de la présidence de la République, rappelant que "ces gens sont rentrés dans le territoire algérien de manière illégale", appelait les autorités algériennes à régulariser la situation des migrants subsahariens. Il se serait néanmoins bien passé de certains propos jugés "racistes" et suscitant le courroux de la société civile.

M. Ouyahia a ainsi déclaré que ces migrants "sont une source de criminalité, de drogue et de plusieurs autres fléaux", estimant nécessaire de "protéger le peuple algérien de cette anarchie".

Des propos confirmés ce jeudi par le RND sur sa page Facebook. Son parti a ainsi réitéré les propos de son secrétaire général avant de les atténuer, en appelant les autorités à régulariser la situation de ces migrants afin de mettre fin à "tous types de fléaux qu'ils pratiquent".

A propos des réactions de certaines associations de protection des droits de l'Homme, le même responsable a déclaré que "l'Algérie est souveraine". Il a ensuite jugé pertinent de justifier ses propos en évoquant volonté des Etats-Unis, dont le président Donald Trump aspirait à construire un mur aux frontières mexicaines afin d'empêcher l'immigration clandestine.

"Choquants", "scandaleux" et "racistes"

Ces déclarations ont provoqué de très vives réactions chez la société civile, associations et internautes notamment, mais également chez le Parti des Travailleurs de Louisa Hanoune.

Amnesty International Algérie a dénoncé dans un communiqué de presse des propos "choquants et scandaleux". Cette ONG a accusé Ouyahia "d'alimenter le racisme et favoriser la discrimination et le rejet de ces personnes".

"Nous rappelons à M. Ouyahia que ces personnes ont fui les guerres, la violence et la pauvreté. Ils sont venus en Algérie chercher la paix et la sécurité. Il est de notre responsabilité de les accueillir, conformément aux textes internationaux signés et ratifiés par l'Algérie", a affirmé cette association.

La Ligue algérienne de Défense des droits de l'Homme (LADDH) a de son côté dénoncé une "campagne racistes et xénophobe". Son président, Nourredine Benissad, appelant à "démystifier ce phénomène", a martelé que "le migrant n’est ni un délinquant, ni un criminel ou porteur de maladies" comme l'a déclaré le chef du cabinet de la présidence.

La LADDH, qui souligne que des délinquants et des criminels font certes partie de ces migrants, a appelé à appliquer la même procédure régulière contre eux, semblable au traitement pratiqué aux criminels et délinquants algériens".

Le PT de Louisa Hanoune a dénoncé par le biais de son député Ramdane Tâzibt une "campagne xénophobe". Le Parti, se disant "horripilé" par les propos de Ouyahia, a également appelé "l’État à prendre ses responsabilités devant la tragédie qui frappe nos frères africains" et régulariser leur situation.

"Ouyahia-Marine Le Pen"

Sur Twitter, les internautes ont également rejeté les propos "honteux" du SG du RND. Certains twittos se sont "amusés" à comparer ou incruster un portrait de M. Ouyahia à la place des visages de Jean-Marie et Marine Le Pen, ex-président et actuelle présidente du Front National, parti de l'extrême droite française.

D'autres restaient perplexes que de telles déclarations puissent être émises de la part d'un chef du cabinet de la présidence…Lire la suite sur le Huffington Post Algérie


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • Des pleurnicheries, toujours des pleurnicheries pour nous faire avaler la couleuvre de l'invasion par des populations de mendiants qui fondent sur l'Algérie par familles entières, à croire que notre pays est un pays de Cocagne.
    La société civile, c'est deux pelés et trois tondus d'Amnésie Internationale sioniste et de la LAADH qui ne représentent qu'eux mêmes et un certain nombre de journaleux approchés par l'Union Européenne qui les a travaillés au corps pour en faire des humanitaires européens wannabe ( oui, j'ai trouvé leurs directives sur Google, la marche à suivre et tout et tout pour mettre les Algériens leaders d'opinion au pas)
    Le " tollé général " de ces pleureuses professionnelles impressionne le peuple algérien autant que la vision d'une puce sautillante sur la queue d'un chien. Les Algériens ne s'en laissent pas compter, ils voient ce qui est arrivé aux peuples européens, il n'y a aucune raison pour que l'Algérie et toute l'Afrique du Nord servent de déversoir à la folie démographique africaine.
    Les chiens aboient etc...

    Rapporter LHomme de Méchta mardi 11 juillet 2017 17:42
  • SVP ! Taisez-vous Ouyahia et dégagez !Vous un fonctionnaire de la politique,un SDF politique prêt à soutenir l'homme fort du moment quel qu'il soit.Votre parti est né de la plus grande fraude du siècle dernier (1997).Honte à vous. C'est le degré zéro de la pratique politique.Vous êtes sur mode monologue vous n'avez jamais en face de vous un contradicteur pour débattre démocratiquement. Houhou chker rouh-ou !

    Rapporter AKSIL lundi 10 juillet 2017 17:49
  • Il ne s'agit pas d'être ou de ne pas être raciste. Dans ce domaine tout le monde est servi et les noirs ne sont pas les derniers. Il s'agit de répondre à un seule question: notre pays est il en mesure de les intégrer ou non? Attention la réponse engagé si oui hébergement ; sécurité sociale; regroupement familial et plus tard citoyenneté.

    Rapporter Nasser lundi 10 juillet 2017 14:13
  • Apres sa haine viscérale sur les bi-nationaux, son zèle à écarter les bi-nationaux des postes à responsabilités, voilà que Mr Ouyahia, qui a bradé le pays dans les années 90 en vendant au dinar symbolique les fleurons des entreprises Algériennes, mis en prisons des cadres brillants, faits exilés les meilleurs cerveaux d'entre nous, mis le peuple algérien à la disette sans que l'on en voit les fruits économiques, il récidive avec des propos nauséabonds dignes des partis d'extrêmes droites les plus durs. Honte à lui et sur nous, d'avoir un représentant officiel à la tête d'un parti important et de plus représentant personnel du Président de la République! Il devrait être remercié sur le champs. Quand on voit aussi les pires décisions économiques prises dans le pays, elles ont été prises par cet odieux personnage: la règle 49/51, les lois de régulations concernant les banques pour l'importation,.... Il est un frein et une honte pour le pays. NON, ce personnage ne pourra jamais être notre Président, il n'en a pas les capacités intellectuelles, la hauteur de vue nécessaire à un homme d'Etat, la dignité et la fierté de l'Algérien juste un populiste et un démagogue qui se nourrit à la mamelle de l'Etat pour ses intérêts personnels.

    Rapporter Mouloud Benacef lundi 10 juillet 2017 10:44
  • lorsqu'on analyse le problème des migrants sous l'angle coûts/avantages c'est à dire à l'aune de critères purement économiques, on ne peut qu'aboutir à de tels propos racistes, au rejet des personnes en détresse qui ont fuis qui la guerre qui la misère, laissant derrière eux foyer, amis et famille pour tenter de survivre et de rebâtir une vie décente ailleurs, de préférence dans des pays ayant un état de droit.Beaucoup d'algériens ont connu et connaissent cette expérience de migration.Ils sont satisfaits lorsqu'ils trouvent de la compassion et de la compréhension et furieux et malheureux lorsqu'on les accablent d'être porteurs de tous les maux et même de "manger le pain" des autochtones - pour ne pas citer les mots de Bourvil dans le skectch " j'aime pas les étrangers...ils mangent le pain des français"
    M. Ouyahia, vous ne faites rire personne! Si on veut que l'Afrique dont l'Algérie est partie prenante, nous regarde comme un pays leader, il faut ABSOLUMENT ne pas laisser le phénomène de la migration des populations issues des pays africains se faire de façon informelle et sans intervention de l'état algérien et de la société civile y compris des ONG internationalé Regardez l'expérience internationale humaniste et ne vous inspirez pas de Trump et consorts qui sont hantés par le perte inéluctable de leur leadership sur le monde

    Rapporter LAHLOU lundi 10 juillet 2017 02:35
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.