Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 15 Décembre 2017

  •   Boualem Alami
  • lundi 19 juin 2017 15:27

Maroc - Rif: À al-Hoceima, le grand dauphin "negro" est "l'ennemi" des pêcheurs


Dans le rif marocain, à Al Hoceima, les pécheurs sont en colère contre le grand dauphin, le ''negro'' qui fait des ravages dans les filets de pêche. Les prises de sardines ont baissé de moitié. Mais est-il vraiment le "coupable"?


Les pêcheurs à la sardine au port de pêche d'Al Hoceima dépriment à cause disent-ils du grand dauphin dit le Negro, nom que les espagnols lui donnent en raison de sa robe d’un gris foncé, allant vers le noir.

"Depuis toujours à Al-Hoceïma, l’économie c’est la pêche'', explique Saïd Shaib, 44 ans, patron d'un sardinier, selon lequel les pêcheurs de la région cohabitaient avec le dauphin.

 ''Mais à partir de 2010, les attaques du negro ont explosé. Quand il attaque, il ne nous reste parfois que 10 à 20 caisses de sardines, avec à chaque fois de gros dégâts dans les filets. Réparer les trous, le filet immobilisé, le carburant dépensé… la facture monte vite'', raconte Saïd à un journaliste du site ''La Lettre.ma''.

''Il y a un problème avec ce dauphin, la pêche a beaucoup souffert'' dans cette partie de la Méditerranée'', estiment les autorités de la région.Parmi les espèces de dauphin, qui vivent dans la mer d’Alboran,  le  grand dauphin ''Tursiops truncatus''peut atteindre 4 mètres et plus de 400 kilos


''Sa taille lui donne une grande force pour déchirer les filets. Cet animal est très intelligent. Il attaque pour se nourrir. Mais peut-être aussi pour libérer les sardines'', explique un spécialiste de la faune locale. Saïd ajoute : ''il nous voit arriver, sait exactement quand et comment attaquer le filet.''

Faut-il tuer le Négro ?

Depuis 2011, les prises à Al-Hoceïma ont baissé de moitié, passant de 8.972 tonnes à 4.576 tonnes par an. A elle seule, la sardine représente 210.680 T, avec une part de 60% du total des captures du Maroc au 1er semestre 2016, et 42% du 1,6 milliard de DH de chiffre d'affaires à la même période.

Le Négro est-il vraiment le responsable de la baisse des prises dans le nord du Maroc ? Pas si évident, selon des experts. ''Avec la surpêche, il y a aujourd’hui moins de ressources, et donc plus de concurrence'', selon le responsable local des Eaux et forêts, Mohamed Jabran.

Al Hoceima, outre la contestation sociale et politique, menée par le Hirak contre l'Etat, le Negro est un sujet de discussion important.  Il concurrence les habitants dans leur principale activité économique, le tourisme étant moins développé dans la région.

La situation délicate dans la région a eu pour effet une absence de réaction des responsables de la province devant le retour des filants dérivants qui sont interdits. Les autorités ont choisi de fermer les yeux dans ce contexte tendu dans le Rif.



Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.