Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 27 Juin 2017

  •   Boualem Alami
  • lundi 19 juin 2017 15:27

Maroc - Rif: À al-Hoceima, le grand dauphin "negro" est "l'ennemi" des pêcheurs


Dans le rif marocain, à Al Hoceima, les pécheurs sont en colère contre le grand dauphin, le ''negro'' qui fait des ravages dans les filets de pêche. Les prises de sardines ont baissé de moitié. Mais est-il vraiment le "coupable"?


Les pêcheurs à la sardine au port de pêche d'Al Hoceima dépriment à cause disent-ils du grand dauphin dit le Negro, nom que les espagnols lui donnent en raison de sa robe d’un gris foncé, allant vers le noir.

"Depuis toujours à Al-Hoceïma, l’économie c’est la pêche'', explique Saïd Shaib, 44 ans, patron d'un sardinier, selon lequel les pêcheurs de la région cohabitaient avec le dauphin.

 ''Mais à partir de 2010, les attaques du negro ont explosé. Quand il attaque, il ne nous reste parfois que 10 à 20 caisses de sardines, avec à chaque fois de gros dégâts dans les filets. Réparer les trous, le filet immobilisé, le carburant dépensé… la facture monte vite'', raconte Saïd à un journaliste du site ''La Lettre.ma''.

''Il y a un problème avec ce dauphin, la pêche a beaucoup souffert'' dans cette partie de la Méditerranée'', estiment les autorités de la région.Parmi les espèces de dauphin, qui vivent dans la mer d’Alboran,  le  grand dauphin ''Tursiops truncatus''peut atteindre 4 mètres et plus de 400 kilos


''Sa taille lui donne une grande force pour déchirer les filets. Cet animal est très intelligent. Il attaque pour se nourrir. Mais peut-être aussi pour libérer les sardines'', explique un spécialiste de la faune locale. Saïd ajoute : ''il nous voit arriver, sait exactement quand et comment attaquer le filet.''

Faut-il tuer le Négro ?

Depuis 2011, les prises à Al-Hoceïma ont baissé de moitié, passant de 8.972 tonnes à 4.576 tonnes par an. A elle seule, la sardine représente 210.680 T, avec une part de 60% du total des captures du Maroc au 1er semestre 2016, et 42% du 1,6 milliard de DH de chiffre d'affaires à la même période.

Le Négro est-il vraiment le responsable de la baisse des prises dans le nord du Maroc ? Pas si évident, selon des experts. ''Avec la surpêche, il y a aujourd’hui moins de ressources, et donc plus de concurrence'', selon le responsable local des Eaux et forêts, Mohamed Jabran.

Al Hoceima, outre la contestation sociale et politique, menée par le Hirak contre l'Etat, le Negro est un sujet de discussion important.  Il concurrence les habitants dans leur principale activité économique, le tourisme étant moins développé dans la région.

La situation délicate dans la région a eu pour effet une absence de réaction des responsables de la province devant le retour des filants dérivants qui sont interdits. Les autorités ont choisi de fermer les yeux dans ce contexte tendu dans le Rif.



Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Le Nobel d'économie Jean Tirole à Alger parmi de prestigieux conférenciers de la Société d’économétrie

La Banque d’Algérie a apporté son concours logistique à cet événement académique, le premier de ce niveau mondial en Algérie pour la théorie économique quantitative qui se tiendra le week-end prochain.

Belkacem Boukherouf, économiste : "Avec plus de 800 milliards de dollars dépensés, on aurait pu construire un Portugal"

  L’économiste Belkacem Boukherouf souligne dans un entretien à Maghreb Emergent l’ampleur de la défaillance de la gouvernance algérienne qui dépense – beaucoup – sans gérer. Le fait que ce soit le gouvernement qui parle de diversification de l’économie au lieu des entreprises est révélateur d’une grave distorsion. C’est le gouvernement qui empêche les "entreprises de se diversifier et de renforcer...

L'indien Dodsal signe un contrat de 1,1 milliard de dollars pour la réalisation d'une centrale à Hassi-Messaoud

  Le groupe indien Dodsal basé à Dubaï a signé avec Sonatrach un contrat de 1,1 milliard de dollars portant sur la réalisation d'une centrale à Hassi Messaoud. L'information révélée par les médias du Golfe a été confirmée par Sonatrach, selon le journal El Moudjahid.