Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 19 Août 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • lundi 5 juin 2017 16:06

"Nous ne cherchons pas de coupables mais la vérité sur l’assassinat de mon père" -Tarik Khider (Audio-Vidéo)

 Tarik Khider a publié ; L’affaire Khider, histoire d’un crime d’Etat impuni (Ph Ahmed Belghit)

«Nous cherchons pas de coupables mais seulement la vérité sur l’assassinat de mon père », a indiqué, dimanche sur Radio M, Tarik Khider qui vient de publier, aux éditions Koukou, un livre intitulé « L’affaire Khider, histoire d’un crime d’Etat impuni».

 



 

 

Le livre sorti, depuis peu, traite de l’assassinat de Mohamed Khider, l’un des déclencheurs de la révolution algérienne. Après le rôle qu’il a joué durant la révolution et à la tête du Front de libération nationale (FLN), Khider entre en opposition contre le président Houari Boumediène dès l’année 1966.

Selon l’auteur du livre, c’est la raison directe de son assassinat le 3 janvier 1967, en Espagne. Auparavant, il avait été accusé d’avoir détourné le trésor du FLN estimé à plus de cinq milliard de centimes, une manœuvre visant à ternir son image, selon son fils.

 Mohamed Khider était en charge du trésor du FLN et au cours du congrès du FLN d’avril 1964, il avait affirmé qu’il ne remettrait le trésor du parti qu’à une direction légitime élue par un congrès légitime, explique son fils. Une position pour laquelle on lui tiendra rigueur.

 

 

 Dans son livre, Tarik Khider accuse les autorités algériennes de l’époque d’avoir ordonné l’assassinat de son père. Il s’appuie, pour étayer ses dires, sur les rapports d’enquête de la police espagnole. L’enquête a très rapidement identifié l’assassin, un certain Dakhmouche Youcef qui a réussi à quitter le pays avant de décéder dans des conditions étranges en Algérie.

 D’après la police espagnole, Dakhmouche n’a pas agi seul mais sur ordre de l’ambassade algérienne à Madrid. Le nom de l’attaché culturel de l’ambassade, Rabah Boukhalfa, est cité dans l’enquête.

 «Celui-ci aurait commandité le meurtre et plusieurs éléments prouvent qu’il était en contact permanent avec Dakhmouche », assure Tarik Khider. Boukhalfa a été convoqué par la justice espagnole, ce qui a irrité les autorités algériennes qui ont invoqué l’immunité diplomatique. « Cette réaction prouve la responsabilité des autorités algériennes », estime l’invité de Radio M.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Les familles tunisiennes s'endettent de plus en plus : la dette des ménages a plus que doublé depuis 2010

Les tunisiens s’endettent surtout pour l’acquisition ou l’aménagement de logements, soit 80% des crédits alloués aux ménages.

Algérie- Youcef Yousfi veut "intégrer" l’automobile dans le programme des "industries nationales"

  Selon le ministre, la priorité sera accordée aux projets industriels dans la valorisation du phosphate, les engrais, la sidérurgie.  

Bouteflika procède à un important mouvement des cadres de l'administration territoriale

  Ce mouvement "vient suite à la promotion de certains cadres dans d'autres fonctions supérieures au niveau de l'administration territoriale.