Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Mouloud Hedir (*)
  • lundi 17 avril 2017 11:39

Lettre ouverte à M.Pascal Lamy: "Non vous n'avez pas aidé l'Algérie, vous l'avez enfoncée"

 

 Pascal Lamy, ancien commissaire européen et ancien DG de l'OMC

 

Mouloud Hedir, économiste et consultant en commerce extérieur réagi dans une lettre ouverte aux propos de Pascal Lamy sur l'Algérie affirmant qu'il avait "tant fait" en tant qu'ancien directeur de l'OMC pour l'aider à y entrer. Faux, réplique Mouloud Hedir, en citant exemple à l'appui, comme Lamy en tant Commissaire européen au commerce avait saisi l'aubaine d'une période de faiblesse politique pour imposer des conditions exhorbitantes à l'Algérie.  Voici la lettre de Mouloud Hedir:

 Vous venez de publier un livre avec le titre «Où va le monde ? Le marché ou la force ?». Je n’ai pas encore eu l’opportunité de le lire. Mais si j’en crois certains extraits dont de nombreux journaux algériens ou étrangers ont fait état, vous y déclarez à propos de mon pays : " l’Algérie n’a pas fait le choix de l’intégration économique car elle travaille avec un logiciel qui n’est pas celui de l’ouverture sur le monde" et vous ajoutez ceci : " regardez le temps qu’elle prend pour négocier son entrée à l’OMC alors que depuis 20 ans, j’ai en tant qu’ancien directeur de cet organisme tout fait pour l’aider ".  

 

Je dois dire que, sur la première partie de cette citation, moi-même ainsi qu’un grand nombre de mes concitoyens partageons totalement cette partie de votre analyse. L’actualité au quotidien illustre parfaitement cette vérité que l’Algérie peine à s’insérer plus intelligemment, comme elle le devrait, dans le système des échanges mondiaux.

Nous en payons le prix en termes de faiblesses de l’investissement, de qualité de la croissance, de performances de nos entreprises et d’opportunités chaque jour perdues pour notre jeunesse. Nous mesurons particulièrement les affres de la faible diversification de notre économie depuis trois années maintenant que le retournement des marchés pétroliers est venu amputer de plus de la moitié les recettes d’exportation de notre pays. Il n’y a donc pour nous aucune difficulté à partager votre opinion à ce sujet.

 

En revanche, quand vous affirmez avoir tout fait pour aider, vous êtes beaucoup moins crédible. Certes, la déshérence dans laquelle est tombé le dossier de notre accession à l’OMC et la légèreté avec laquelle sont abordées nos négociations, nous blessent et nous désespèrent, tant elles nous paraissent en décalage avec la haute idée que nous nous faisons de notre pays et de son renom.

C’est le choix et la responsabilité de notre propre gouvernement et, en tant que directeur général de l’OMC, vous n’y êtes pour rien. Mais, quant à aider l’Algérie à mieux orienter sa politique commerciale externe, vous en aviez eu parfaitement l’opportunité en tant que Commissaire européen au commerce puisque ce fut sous votre autorité que l’Union européenne a négocié l’accord de libre-échange qui la lie à ce jour à l’Algérie. Non seulement vous ne l’avez pas aidé, mais vous avez, bien au contraire, déployé tout votre talent pour l’enfoncer.

 

Une action complètement nocive

 

Ayant été impliqué dans le volet purement technique de cette négociation, côté algérien, je sais positivement que votre action personnelle a été complètement nocive pour les intérêts économiques à long terme de mon pays. J’ai en tête deux exemples précis qui le prouvent et qu’il est loisible à tout un chacun de vérifier.

 

Je voudrais d’abord vous rappeler, dans le cas où vous l’aurez oublié, que les négociateurs européens, sous votre férule, ont imposé à l’Algérie la consolidation de ses tarifs agricoles alors que rien ne les y obligeait, la zone de libre-échange la liant à l’Union européenne ne portant que sur le volet industriel.

Cette consolidation imprudente, dont vous saviez parfaitement qu’elle serait extensible par la suite à tous les pays membres de l’OMC, s’est faite, de plus, à un taux maximal de 30% là où l’Union européenne, véritable citadelle du protectionnisme agricole dans le monde, a consolidé pour sa part des taux allant jusqu’à 182%. Le moins que l’on puisse dire est que si votre intention était d’aider, vous auriez pu éviter de pousser les algériens à accepter un engagement aussi contraignant, sachant par ailleurs les handicaps naturels de l’économie agricole dans notre pays.

 

Mais, surtout, je n’oublie pas que vous êtes intervenu personnellement pour imposer dans cette même négociation un compromis en matière de services qui consiste pour l’Algérie à concéder le traitement national généralisé aux entreprises européennes. A ma connaissance, aucun membre de l’OMC n’a jusqu’ici accepté une concession aussi exorbitante et c’est donc un autre obstacle énorme que vous avez ainsi contribué à dresser devant les négociateurs algériens à l’OMC, le jour où notre pays se résoudra finalement à y entrer.

Vous ne pouvez ignorer ce fait puisque vous c’est vous-même qui aviez arraché ce compromis à un ministre algérien inconsistant et qui n’y comprenait goutte lors d’une rencontre que vous aviez improvisée avec lui en marge de la conférence ministérielle de l’OMC à Doha, en novembre 2001.

 

Il est vrai qu’à cette époque, les dirigeants algériens tenaient à tout prix à sortir de l’isolement politique et diplomatique dans lequel le pays était plongé à la suite d’une décennie sanglante. Dans un tel contexte politique, il n’y avait pas de véritable place pour la négociation technique proprement dite.

 

Vous avez tiré profit d'une aubaine politique

 

Certes, tout cela, ce sont des choix faits en toute autonomie et en toute indépendance par les dirigeants d’un pays souverain. Et pour notre part, nous sommes trop attachés à cette souveraineté pour venir nous plaindre en quoi que ce soit, y compris quand les décisions de nos dirigeants nous coûtent. Mais vous-même, comme dirigeant politique européen, rien ne vous obligeait à tirer parti de leur crédulité ou des difficultés politiques dans lesquelles ils se débattaient. C’est pourtant ce que vous avez bel et bien fait. Vous aviez agi en tirant profit de l’aubaine. Et vous êtes bien à vos fins, sans songer un seul instant que dans une négociation aussi importante, rien ne sert d’humilier et d’écraser son partenaire, du simple fait qu’il se trouve momentanément affaibli.

 

C’est en cela que ce commentaire que vous faites figurer dans votre livre est choquant.  Avec les compromis que vous lui aviez arrachés en matière de tarifs agricoles et en matière de concessions sur les services, vous saviez très bien, comme professionnel des négociations commerciales internationales, que l’Algérie allait plus tard se faire tailler en pièces lorsqu’elle entamerait ses négociations à l’OMC. Alors, de grâce, ne dites surtout que vous avez fait ou tenté quoi que ce soit pour l’aider.

 

Soyons clairs. Vous avez bien travaillé à défendre les positions commerciales de l’Union européenne. Au plan strictement marchand, vous aviez sans doute raison d’agir comme vous l’avez fait. D’un point de vue politique, c’est plus douteux, un bon accord étant finalement celui qui dure et celui que chaque partie applique avec enthousiasme parce qu’elle y retrouve en bout de course ses intérêts.

 

Pour nous autres, de ce côté de la Méditerranée, il y a une Europe que nous aimons et que nous admirons, celle fraternelle, de la paix et du droit. Celle de l’élargissement et de l’ouverture aux pays du voisinage. Celle d’Erasmus et du partage des savoirs. Celle de la coopération et de la prospérité partagée. Nous doutons fort que ce soit cette Europe-là que vous avez servie.

 

Mouloud HEDIR -Alger, le 16 avril 2017

 

(*) Economiste et consultant en commerce extérieur

Le titre et les intertitres sont de la rédaction

 


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

13 Commentaires

  • Cher Monsieur,

    J'ai lu avec intérêt votre « lettre ouverte » du 17 avril qui porte sur des commentaires d'un récent ouvrage que j'ai co-écrit avec Nicole Gnesotto (« Où va le monde ? », Editions Odile Jacob, février 2017).

    Vous y soulignez le retard de l'Algérie à s'insérer dans le système des échanges mondiaux qui se manifeste notamment par sa non adhésion à l'OMC, point sur lequel nous sommes d'accord.

    Vous m'accusez par ailleurs d'avoir, lorsque j'étais Commissaire européen, « arraché » à l'Algérie des conditions léonines dans l'accord bilatéral qui fut négocié à l'époque avec l'Union européenne.

    Vous avancez à l'appui de votre thèse deux arguments factuels, dont j'ai le regret de vous faire savoir qu'ils sont tous deux inexacts.

    · L'ouverture algérienne en matière agricole résultat de cette négociation, fut limitée à certaines positions tarifaires (environ 200 sur 743), y compris en y incluant certaines restrictions quantitatives. Nulle trace d'une consolidation à un taux maximal de 30%, contrairement à ce que vous écrivez.

    · En matière de services, les engagements de traitement équitable pour les entreprises européennes figurant dans l'accord au titre du régime de investissements ne s'appliquent qu'aux entreprises établies en Algérie et sont identiques aux garanties données à d'autres partenaires, tels que la Chine, l'Iran, la Jordanie ou l'Egypte. Nulle trace d'une concession algérienne exceptionnelle, donc.

    Je tiens à porter ces précisions à l'attention de vos lecteurs.

    Rapporter Pascal Lamy jeudi 11 mai 2017 16:04
  • @ saidoDZ, le harki, tu parais être très content de ta prose.

    Et je ne descends pas au niveau du caniveau où tu es et où tu vis.

    Il y a des temps où l'on ne doit dépenser le mépris qu'avec économie, à cause du grand nombre de nécessiteux

    Rapporter Vangelis jeudi 27 avril 2017 16:32
  • @ VENTgelis

    Heyy petit voyou arrête de péter, tu pues

    Rapporter SaidoDZ jeudi 27 avril 2017 10:08
  • anannuki, fermes ton clapet de délinquant et vas demander avis à ton agent de probation afin qu'il maitrise tes envies de voyou drogué.

    Là où je suis tu n'auras même pas les moyens de m'atteindre et encore moins d'obtenir un visa car on ne délivre plus de visa pour les narco trafiquants de ton genre.

    Je n'aime pas les gens de ton genre narco trafiquant qui ne savent que sortir le couteau en raison de leur analphabétisme qui ne leur a pas appris les règles de la vie en société.

    Taré, vas donc jouer avec tes gens de ta sale espèce infréquentable.

    Et dire que je perds mon temps à répondre à un véritable con qui n'a rien dans la caboche. Changes de pseudo tu fais honte au pharaon du même nom.

    Rapporter Vangelis lundi 24 avril 2017 10:24
  • Ou et quand bouffon, ou et quand?

    Rapporter Anunnaki samedi 22 avril 2017 22:39
  • C'est qui Pascal Lamy ?

    Un haut fonctionnaire, donc un rond de cuir, comme il en existe partout dans le monde, dont la place à la tête de l'OMC a été négociée, pire, imposée par la fRANCE comme celle obtenue à la tête du FMI par DSK, le zobsédé sexuel qui a fini en taule et celle pour Christine Lagarde qui a été reconnue coupable par la Cour de la ripoublique française.

    En quelle circonstance, ce Lamy qui a été viré de l'OMC a prononcé son venin à l'égard de l'Algérie ?

    A Rabat, bien évidemment, afin de plaire à ses maîtres de la Mamounia, lui qui, maintenant à un âge avancé, a besoin d'un point de chute pour arrondir ses finances et maintenir en forme sa prostate.

    Bizarre quand même que des caciques et autres retraités français soient tous des véreux et des "amoureux" du makhrib.

    Ceci expliquant cela, car il n'y a jamais de fumée sans feu.

    L'OMC, tout le monde se rend à l'évidence, est une connerie sans nom, que tous les pays sans repère, ont suivi sur recommandation des grands maîtres de l'Occident. Il y a même comme pays fondateurs en 1995, le Makhrib et le Koweit excusez du peu, hahahahaha ! C'est dire le sérieux de cette organisation qui acceptait n'importe qui en son sein et qui devenait de plus en plus exigeante envers ceux qui n'en voulaient pas tout au début, dont l'Algérie qui, il faut le rappeler était en pleine décennie noire à la grande satisfaction de son voisin de l'Ouest qui abritait les terroristes, les finançait donc et les armait en laissant passer par cette maudite frontière ces criminels accomplir leurs actes et retourner coucher chez et avec les marocaines.

    Aujourd'hui tous les pays se rendent compte que l'oncle Sam, dominateur du monde au sens large, incluant surtout l'économie et la finance et secondairement la politique internationale qui n'est elle-même dirigée que par les militaro-industriels américains et consorts.

    L'Algérie ferait mieux de rester à l'écart de cette organisation qui lui apportera que déboires et siphonnages de son sous-sol et de ses caisses. L'exemple de l'accord d'association avec la C.E est là pour tirer les conclusions qui s'imposent puisque l'Algérie est considérée comme mono exportateur, pour l'instant.

    L'avenir est fait pour nous dire ce que sera le lendemain et ce ne sont pas quelques crétins d'intervenants qui assurément ne connaissent rien à rien qui y changeront les choses.

    A l'image du simplet extra terrestre "anunnaki" qui se veut pharaon et qui prétend détenir la vérité en faignant d'oublier que c'est son makhnez qui le lui a enseignée, à supposé qu'il soit allé loin dans des études en bonne et due forme, ce qui n'est pas le cas, vu le niveau au raz des pâquerettes de son commentaire, qui ne contient que grossièreté, insulte et invective alors même, il faut le dire avec certitude, il n'y connaît rien à l'Algérie et encore moins à la finance internationale.

    Aidé du harki "saïdoDZ" qui n'arrête pas de vomir sa haine de son propre pays, lui qui doit vivre dans une cabane réservée à sa race de traîtres dans le sud de la fRANCE.

    A ce duo de crétins finis, il ne faut pas oublier le "truc"' qui, lui est, dans le secret des dieux puisqu'il s'aventure à lire l'histoire à sa façon, dans une boule de cristal, et qui lui indique que les mandats présidentiels ont été négociés avec le FMI et autre Banque Mondiale. Il aurait dit que ceux-ce l'étaient avec le diable, il ne s'y serait pas tout aussi fourré le doigt dans l’œil car personne ne croit à ces balivernes.

    Je hais les makhribis de mauvaise foi mais je le répète j'adore les marocaines et je hais par dessus tout les traîtres à leur patrie du genre saïdo DZ qui s'associent avec l'ennemi de toujours pour accentuer le trait en déversant leur venin même si la caravane passe pendant que ces chiens aboient.

    Rapporter Vangelis samedi 22 avril 2017 12:13
  • Bravo M Hedir. Vous explicitez clairement le coût économique pour les générations futures des "accords et concessions politiques".

    @Truc: M. Hedir n'est pas si naif. Il dévoile le coût de cet accord politique pour nos enfants.

    Rapporter Moh mardi 18 avril 2017 05:27
  • Excellente démo ''l'ami''- L'obsession algerienne a de beaux jours encore. A suivre. NY

    Rapporter Hamid Louni lundi 17 avril 2017 20:49
  • HAHAHA..... LA PUISSANCE REGIONALE...DIAL TECHRAG LFOM
    Apres toutes ces annees vous venez pleurnicher sur Pascal Lamy parcequ'il a trop bien defendu les interets de l'Europe!!!????
    Vous blamez le Francais pour ne pas avoir agit comme votre "REGENT" durant les negotiations pour l'accord de libre echange.
    Vous vouliez du Nassrani de menager une algerie "affaibli" qui PETE PLUS HAUT QUE SON CUL.
    Donc Medelci a dit vrai quand il parlait de l'algerie European si ce n'etait pour un accident de parcours; le "OUI" du referendum.
    Ajouter celle la a la fable de " C'est la faute des Tunisiens et Marocains qui ont negocier separement avec l'UE".
    Toujours a blamer "l'autre" pour ne pas avoir un jour a ce regarder dans un mirroir et faire face a la triste verite.
    Le commerce international est une guerre entre les "NATIONS" digne de ce nom et ils ne ce font pas de quartier. Il n'y a point de place dans ce combat a la Mort pour les proses du genre:
    "Pour nous autres, de ce côté de la Méditerranée, il y a une Europe que nous aimons et que nous admirons, celle fraternelle, de la paix et du droit. Celle de l’élargissement et de l’ouverture aux pays du voisinage. Celle d’Erasmus et du partage des savoirs. Celle de la coopération et de la prospérité partagée".

     

    Rapporter Anunnaki lundi 17 avril 2017 19:13
  • Toujours à reporter vos échecs, légeretés de gestion et le manque de rigueur sur le dos des autres.

    Vous vous en prenez à un monsieur dont le premier role est de défendre les vanatges de son continent européen.

    comme premier l'algérie n'avait jamais montré une volonté d'adhérer à l'OMC. Toutes les réunions avec l'OMC, les và-et-vient des négociations n'étaient que des opérations de marketing pour faire croire au peuple que nos responsables étatiques travaillent pour la mise en place d'une économie réfléchie.

    En second et dernier point, l'objectif de la mise en place de l'accord de libre échange avec l'Europe, dont le journaliste semble découvrir "l'arnaque" qui aurait été conduite par, un lecteur (Mr. Truc) l'a très bien expliqué... généraux, 4ème mandat etc..

    Que votre journaliste réécrive son papier sous l'angle des deux derniers détails pour bien fixer la responsabilité de cet énorme gachis et qu'il ne nous prenne plus pour des navets

    Rapporter SaidoDZ lundi 17 avril 2017 18:34
  • Ce genre d'individu, imbu de sa personne avec un ego sur dimensionné mais sans intelligence, arrogant, bureaucrate pur et dur à toujours favorisé le Maroc (bien nourri à la Mamoinnia par M6 ! !!) au détriment de l'Algérie. Mais l'avenir proche démentira ses propos, nous apprenons de nos erreurs mais notre futur est prometteur.

    Rapporter Mouloud Benacef lundi 17 avril 2017 16:35
  • M Lamy dit avoir aidé l'Algerie pour l'OMC et M Hedir lui reproche d'avoir fait son boulot quand il négociait pour l'accord d'association avec l'Europe. On peut penser naivement que l'un n'empeche pas l'autre...

    Par contre, là où M Hedir est plus que naif, c'est en occultant totalement le volet politique de l'accord d'association qui lui n'a pas été negocié par Lamy mais par les services: le soutien à boutef et l'assurance que jamais les géneraux Algeriens ne soient poursuivis en Europe, ce d'ailleurs pourquoi boutef a été ramené au pouvoir. Ce volet est autrement plus important que quelques produits agricoles.

    Cet accord (peut etre même pas explicite) a été scrupuleuseument respecté par les Europeens et on va le constater, boutef vivant jamais cet accord d'association ne sera remis en cause...

    Rapporter Truc lundi 17 avril 2017 16:10
  • tout simplement BRAVO "يعطيك الصحة يا سي مولود"

    Rapporter zawali_wafhel lundi 17 avril 2017 14:46
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

L'application de l'accord OPEP-non OPEP "globalement excellente" (Guitouni)

Le ministre a exprimé la volonté de l'Algérie de coopérer avec les pays OPEP et non OPEP « dans un esprit de continuité ».

Le FMI maintient inchangées ses prévisions de croissance mondiale 2017-2018

Si le récent repli des cours du pétrole se maintenait, il risquerait de peser davantage sur les perspectives des pays exportateurs de brut de la région, relève le FMI.

La Russie estime nécessaire l’implication du Nigeria et de la Libye dans l’accord pétrolier

Quelque 700.000 barils/jour supplémentaires ont été mis sur le marché par ces deux pays au cours de ces derniers mois.