Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 23 Février 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • dimanche 9 avril 2017 17:03

"Un débat sur un nouveau projet de société doit être lancé en Algérie"-Soufiane Djilali (audio-vidéo)

Soufiane Djilali, président du parti Jil Jadid / Ph: Y. Abba

Quatre valeurs devraient être les bases de la nouvelle société algérienne : la responsabilité, la justice, l’innovation et la solidarité.  Cette dernière valeur qui a toujours existé dans la société traditionnelle devrait être maintenue et renforcée, soutient Soufiane Djilali.

 

« Il faut lancer un débat sur le projet de société dont nous voulons mettre les bases en Algérie, afin de se défaire de l’emprise de la société traditionnelle qui s’est effritée mais qui n’a pas totalement disparu ». C’est ce que pense Soufiane Djilali, président du parti Jil Jadid, invité de Radio M, jeudi dernier, pour parler de son essai : « La société algérienne, choc de la modernité, crise des valeurs et des croyances ».

D’après Soufiane Djilali, l’Algérie est désormais à l’abri des violences internes ou d’une guerre civile telle que vécues durant les années 1990. Pour lui, c’est précisément la confrontation de la structure sociale traditionnelle avec les valeurs modernes qui a provoqué les troubles qu’a connus le pays durant la décennie noire. Les convictions religieuses n’auraient  pas été au centre de ce conflit mais plutôt à sa périphérie. « La religion a été employée, pendant longtemps, pour consolider des valeurs traditionnelles et  la volonté de  moderniser l’Algérie a donné lieu à une violente confrontation », explique-t-il, ajoutant que ce sont les valeurs modernes qui se sont imposées.

D’un autre côté, le conformisme religieux exagéré et le ritualisme outrancier sont employés, explique-t-il,  pour compenser le phénomène du « refroidissement de la foi » qui existe actuellement. Les imams et les représentants de la religion ne jouissent plus du même respect qu’ils avaient auparavant et le ritualisme  de certains d’entre eux provoque moqueries et plaisanteries, poursuit le président de Jil Jadid. Il constate, en même temps, la montée, en Algérie, de l’athéisme et de la conversion religieuses. En rejetant le modèle de la société traditionnelle, beaucoup rejettent les valeurs religieuses employées pour le soutenir, soutient-il.

Le rôle de l’élite

Soufiane Djilali pense que l’élite qui a mené l’Algérie vers son indépendance et qui a dirigé le pays, par la suite, a voulu opérer une ouverture à laquelle la société n’était pas encore préparée. Le changement des structures sociales n’aurait pas dû être le seul fait d’une élite puisqu’il est supposé émaner de la société elle-même. L’élite, notamment politique, ne devrait être présente que pour accompagner et orienter ce changement, assure-t-il.

« Je pense que les valeurs de la société traditionnelle ont été vaincus par la modernité, mais il faudra encore des années pour que le changement vers une société moderne s’opère réellement », indique l’invité de Radio M. Selon lui, l’Algérien est encore tiraillé entre les deux modèles de société, ce qui explique les nombreuses contradictions qui se bousculent dans son esprit. C’est essentiellement pour cette raison qu’un débat sur un nouveau projet de société s’impose, selon lui.

Quatre valeurs devraient être les bases de la nouvelle société algérienne, soutient-il. Il s’agit de la responsabilité, de la justice, de l’innovation et  de la solidarité.  Cette dernière valeur qui a toujours existé dans la société traditionnelle devrait être maintenue et renforcée, dira-t-il. Soufiane Djilali estime, en outre, que la jeune génération est plus décomplexée que ses aînées et accepte, de ce fait,  plus facilement les valeurs modernes. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Je n'ai qu'une ceci à dire: Bravo pour votre essai Sofiane Djilali. Je vous savais vétérinaire et chef d'un parti politique, mais pas essayiste dans un domaine aussi pointu que complexe

    J'ai juste un reproche à vous faire, Monsieur Sofiane Djilali et que voici: Le choix de DJIL EL DJADID pour nom de parti n'est pas heureux. Vous devriez trouver à votre parti un autre nom, comme par exemple Pari Social Démocrate Algérien (PSDA) c'est un nom qui n'est pas restrictif et qui indique une orientation politique qui encourage l'entrepreneuriat, l'innovation et la solidarité

    Cordialement, GUENZET SOFIANE

    Rapporter GUENZET SOFIANE lundi 10 avril 2017 11:42
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le pain, le lait, le mini krach boursier de Wall Street et les paris de 2018

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite de la cacophonie sur les subventions et le sens du mini krach boursier qui menace le capitalisme mondial. 

Algérie : Des stations de péage de l’autoroute est-ouest seront livrées en octobre prochain

    Le gouvernement a réservé une rallonge financière pour la prise en charge des travaux supplémentaires du projet de l’accès entre Mascara et l’autoroute est-ouest.

Le Maroc fera partie des cinq pays d'investissement de la BERD

Le président de la BERD, Suma Chakrabarti a souligné que sa banque est engagée et prête à continuer à soutenir le Maroc.