Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 25 Septembre 2017

  •   Lynda Abbou
  • lundi 27 mars 2017 19:40

Face à "l'école de l'échec", le Pr Chemseddine Chitour appelle à une "révolution des jeunes"

Le professeur Chitour a appelé à une révolution des jeunes par le savoir (capture)


Les industriels étaient absents au Forum de l'industrie algérienne (FIA) mais cela valait le détour avec un Chemssedine Chitour très pessimiste qui a changé de thème pour dénonçant "l'école de l'échec" et appeler à une "révolution des jeunes".


Prévu au Centre International de Conférences d'Alger (CIC), Le Forum de L’industrie algérienne (FIA) s’est finalement déroulé à l’hôtel Sheraton d’Alger.  Ce n’est pas le seul changement : le forum se déroulera en deux jours seulement au lieu de trois jours comme prévu.  

L’absence des acteurs de l’industrie - Issad Rebrab, Aderrahmane Benhamadi, Slim Othmani, Lies Kerrar a occasionné un troisième changement : celui du programme.

Un changement logique puisque les intervenants étaient d’accord pour dire qu’il était difficile de parler de l’industrie dans les conditions actuelle. L’économiste, Alexandre Kateb a appelé à une nouvelle réglementation, le professeur Chemssedine Chitour a mis l’accent sur ce qu’il a appelé l’école de l’échec.

 "Il n’y aura pas de développement de l’industrie ni d’aucun autre domaine avec la réglementation actuelle" a souligné Alexandre Kateb qui estime qu’il faut passer d’une conception verticale à une politique qui qui associe les acteurs privés.

Chemssedine Chitour, professeur émérite, ne cachait pas son pessimisme. "Il n’y a ni politique énergétique, ni politique industrielle. Il n’y aura pas d’avenir sans investissement sur les hommes" a-t-il martelé.

 

"L'industrie n'a aucun avenir dans les conditions actuelles"



Le professeur a décidé d’opérer d’autorité un changement dans le thème. "Je ne vais pas parler d’industrie qui n’a aucun avenir en Algérie dans les conditions actuelles … Je change de thème, je parlerai du développement humain durable qui serait une solution efficace" a-t-il déclaré dans une intervention tonitruante.

Le professeur a fustigé le système éducatif, l’absence de formation d’ingénieurs qui seront si utiles à l’économie du pays. Il rétorquera même à Alexandre Kateb au sujet de l’ouverture sur le monde extérieur : "l’OMC n’est pas l’évangile ! Il faut avoir les moyens de s’en affranchir !"

Le professeur Chitour a appelé à une "révolution des jeunes" qui sont l’Algérie de demain, une révolution qui emprunte la voie du savoir et de la connaissance.  Il n’y a pas de miracle, a-t-il insisté, seuls les meilleurs passent et ce n’est pas avec "l’école de l’échec" que l’Algérie avancera.



LIRE AUSSI: Ratage : Un Forum sur l’industrie algérienne sans les industriels nationaux

:


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Chitour est un grand prof, il doit être écouté.

    Rapporter AMER YAHIA mardi 28 mars 2017 21:25
  • ouach men industrie
    EL MENDBA KBIRA OUEL MAYITE FAR

    Rapporter LA SOURIS lundi 27 mars 2017 21:06
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "Le gouvernement Ouyahia n’a aucune intention de faire des réformes" - Abdesselam Ali-Rachedi

 L’ancien député Abdesselam Ali-Rachedi estime que l’impasse était prévisible depuis 2012.  Selon lui, le pouvoir cherche « plus à camoufler le déficit qu’à le juguler ».

Algérie- Au moins 600 000 postes d’emploi inoccupés dans l'agriculture (ministre)

Quelque 600 000 postes d’emploi se rapportant à l’agriculture sont encore inoccupés sur le territoire national faute de postulants, a affirmé dimanche à Sidi Lakhdar (Aïn Defla), le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki, appelant les jeunes à opter pour ce créneau d’activité porteur.

Tunisie : Le projet de loi de finances 2018 annonce des jours encore plus durs aux tunisiens

 L'augmentation des taux d'imposition et notamment des différents taux de la TVA, du droit de consommation et la création d’une Contribution Sociale Généralisée, semblent être les grandes orientations prévues dans le projet de loi de Finances 2018, commentées par l'expert comptable, Walid Ben Salah.