Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Mars 2017

  •   Maghreb Emergent
  • lundi 20 mars 2017 12:21

Sonatrach: Mazouzi limogé. Ould Kaddour désigné et réhabilité



Le ministre de l'Energie Noureddine Bouterfa a mis fin aux fonctions du PD-g du groupe Sonatrach par intérim Amine Mazouzi lundi 10 mars suite aux "bilan négatif" de ce dernier, à l'issue du conseil d'administration de l'entreprise à Alger.

 

M. Bouterfa a par ailleurs désigné Abdelmoumen Ould Kaddour comme PD-g de Sonatrach.

M. Ould Kaddour, ex-PD-g de la joint-venture algéro-américaine de droit algérien Brown and Rooth Condor (BRC), a été condamné le 26 novembre 2007 à 30 mois de réclusion par le tribunal militaire de Blida en novembre 2007 pour divulgation d'informations classées secret défense.

Ould Kaddour a été remis en liberté en mars 2009 après avoir bénéficié d'une liberté conditionnelle.

BRC, une entreprise spécialisée dans l'ingénierie pétrolière, a été dissoute en janvier 2007 sur instruction du président Bouteflika. Suite à l'enquête d'une inspection de l'IGF (Inspection Générale des Finances), il a été découvert que la compagnie a bénéficié de "privilèges et de complaisance" pour obtenir des contrats en Algérie, notamment avec Sonatrach.

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

5 Commentaires

  • C'est une orientation pro américaine qui se profile, des intérêts étroits sont en jeu, force est de constater que le désormais ex PDG de sonatrach n'a pas obtempéré aux injonctions de la tutelle.

    Rapporter bernou123 mardi 21 mars 2017 09:45
  • Mon commentaire n'a pas été publié. Par solidarité régionale ?

    Rapporter Truc mardi 21 mars 2017 06:50
  • c'est une nouvelle capitale merci mr bouterfa la suite des limogeage est tres attendu vive outeflika

    Rapporter harou lundi 20 mars 2017 23:22
  • Donc ce Monsieur qui a été condamné pour espionnage et qui était à la tête d'une firme spécialisée dans les détournements et dont la victime principale était Sonatrach est maintenant nommé à la tête de sa victime...

    En définitive, on est réellement une république bananière sans contre pouvoir et sans pouvoir non plus...

    Rapporter Truc lundi 20 mars 2017 14:22
  • Le fils de l'ancien ministre du travail sous Boumediène,(Md-Saïd Mazouzi,un grand monsieur) n'est sûrement pas un homme à accepter les magouilles et les passe-droits;les marchés illégaux.Il paie certainement les frais de sa droiture, car c'est un homme qui a sûrement des principes avec lesquels il ne badine pas.Amine Mazouzi digne fils de son père, n'est pas le caméléon Ouyahia,ni le renégat A. Benyounes ! Ce départ est louche et intervient après celui du vice-président Md-Akli Remini,un autre kabyle,fils de chahid et non malléable comme ces KDS que je viens de citer.

    Rapporter AKSIL lundi 20 mars 2017 14:09
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Face à "l'école de l'échec", le Pr Chemseddine Chitour appelle à une "révolution des jeunes"

Les industriels étaient absents au Forum de l'industrie algérienne (FIA) mais cela valait le détour avec un Chemssedine Chitour très pessimiste qui a changé de thème pour dénonçant "l'école de l'échec" et appeler à une "révolution des jeunes".

Ratage : Un Forum sur l’industrie algérienne sans les industriels nationaux

   Ce devait être un grand événement réunissant les grands noms de l’industrie algérienne. Cela n'a pas été le cas. Aucun industriel n’a été présent ou représenté. Le "Forum sur l'industrie algérienne est devenu une simple rencontre d’experts.

Mahieddine Tahkout, le punching ball de l’échec industriel algérien (Opinion)

  La controverse autour de l'usine Tahkout a révélé l’indigence du projet industriel du gouvernement de M. Abdelmalek Sellal, mis en musique par Abdesslam Bouchouareb.