Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Oussama Nadjib
  • lundi 13 mars 2017 18:44

Lamamra veut des aides financières de l’UE à la hauteur de celles accordées aux partenaires "de taille comparable à l’Algérie"

 Le point de presse Lamamra-Mogherini-Johannes Hahn (Twitter)

  

L’Algérie respectera sa signature au sujet de l’accord d’association avec l’Union Européenne et ne jettera pas le "bébé avec l’eau du bain" a indiqué Ramtane Lamamra.  Mais l’Algérie réclame dans le cadre de la politique de voisinage des dotations financières de programme au moins à la hauteur de ce qui est accordé aux partenaires de « taille comparable ».

 

 La dixième session du Conseil d'association UE-Algérie tenue lundi à Bruxelles n’est «à nulle autre comparable » a déclaré lundi le chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra dans un point de presse commun avec Federica Mogherini, haute représentante de l'Union Européenne pour les affaires étrangères et Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement.

 

 

 

Cette session, a-t-il indiqué, clôt une année d’évaluation et a permis de «dégager une culture et une lecture commune » sur le fait que l’accord d’association doit profiter «davantage » au développement de l’Algérie.  L’accord d’association a été appliqué jusque-là dans une « asymétrie structurelle » au détriment de l’Algérie pendant dix ans.  Si «asymétrie structurelle il y a dans l’avenir, cela doit se faire en faveur de l’Algérie et de l’économie algérienne » a ajouté Lamamra.

Mais si nous «avons évalué" l'accord, il n’est pas question pour l'Algérie de "jeter le bébé avec l’eau du bain" a ajouté le chef de la diplomatie algérienne. L'’Algérie « respecte sa signature » et fera tout pour « tirer le meilleur de cet accord » pour un « avenir qualitatif » pour les deux parties, a-t-il poursuivi.

 

Federica Mogherini: "un saut qualitatif"

 

S’agissant des priorités du voisinage, elles devraient, a-t-il estimé, déboucher au plan financier sur des dotations de programmes que l’Algérie développera souverainement dans le cadre de ses réformes. Ces dotations doivent être «substantielles » et du moins «à hauteur de celles qui sont consenties à des partenaires de taille comparable à notre pays" a-t-il précisé.

 

De son côté Federica Mogherini, a souligné que la 10 ème session du conseil d'association a été «concret et positif ». Les deux parties ont pris des "décisions importantes" et ont adopté les priorités du partenariat dans le cadre de la politique européenne de voisinage (PEV). Il s’agit, a-t-elle dit, d’un «saut qualitatif » et c’est le second document cadre depuis l’accord d’association entre l'Algérie et l'Europe.

 Federica Mogherini a pris note des "avancées démocratiques" introduites par la révision de la constitution. L’Union européenne est prête à envoyer une mission d'expertise électorale pour les prochaines législatives en Algérie. 

 La haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères a noté qu’il y avait des progrès dans tous les domaines et que l’on s’engageait dans un « partenariat fort, substantiel, plus affirmé que dans le passé ».

 

40 millions d'euros pour trois projets 

 

La session a été l’occasion de la signature d’une série de projets d’un montant global de 40 millions euros. 10 millions d’euros sont affectés à un programme d’aide au développement des énergies renouvelables et de soutien à la promotion de l'efficacité énergétique en Algérie.

 Dix autres millions d’euros seront affectés à l’appui au » programme de réforme des finances publiques» qui, indique un communiqué de l’UE, est « au cœur du nouveau modèle de croissance prôné par l'Algérie ».

 Vingt millions d’euros sont affectés au « programme d'appui à la mise en œuvre de l'accord d'association».  Ce programme « poursuivra la consolidation du cadre juridique et réglementaire de l'Algérie » et au « renforcement de ses capacités institutionnelles dans les principales politiques publiques pour que le pays puisse saisir les opportunités offertes par l'accord d'association ».

 Pour rappel l’accord d’association Algérie-UE qui doit déboucher sur la mise en place d’une zone de libre-échange est entré en vigueur en 2005. L’accord d’association fait en général l’objet d’appréciations négatives en Algérie.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • " l'Algérie respectera sa signature ... " dixit Lamamra.

    C'est de l'auto flagellation pure et dure car l'Europe comme tous les autres pays regardent d'abord l'intérêt de leur pays avant tout, y compris avant le respect d'une signature qui au demeurant et dans ce cas d'espèce, celui de l'Algérie, est suffisamment flagrant de "asymétrie", terme diplomatique frileux qui consiste plutôt à dire du vol caractérisé.

    Et lorsque je parle de vol, je fais référence aux nombreuses affaires de surfacturations faites à dessein par des complices européens d'algériens qui importent tout et n'importe quoi, à l'exemple des voitures Peugeot qui s’élevaient à plus de 1milliard de $ annuels mais qui ne faisaient payer par le concessionnaire de ladite marque que peanuts au titre de l'impôt sur les sociétés faisant croire qu'il vendait pratiquement à prix coutant les véhicules vendus en Algérie.

    Comment accepter que sur une aussi longue durée, un déficit chronique s'installe sans réagir afin de niveler ses effets dans un équilibre bien compris. Personne ne peut vivre à crédit aussi longtemps, ni dépenser ses finances, comme le fait l'Algérie, sans aucune contrepartie même politique. La diplomatie du chèque est apparemment ignorée par les tenants du pouvoir algérien et comme ils ne sont pas contrôler par les beni oui-oui qui ne savent que lever le bras, le pays se retrouve à rechercher des compensations médiocres du genre à celles accordées "royalement" par la CE.

    40 millions comparativement aux 250 milliards d'imports de cette communauté, il n'y a pas photo, c'est vraiment se foutre du monde et cela sans même compter les quelques 8 milliards de droits de douane effacés par l'effet de cet accord de libéralisation à sens unique.

    Même Mogherini le précise : « s’engageait dans un partenariat fort, substantiel, plus affirmé que dans le passé ».

    Espérons seulement que les représentants de l'Algérie, éclairés par la lucidité de la représentante européenne, reviendront à plus de raison, en devenant prioritairement des patriotes qui défendent le pays et se citoyens avant toute autre chose.

    Rapporter Vangelis mardi 14 mars 2017 12:04
  • oui c'est injuste! mais l’Algérie est considérée chez les européens comme un pays riche: pétrole ...pas comme le Maroc ,aussi, les européens tiennent compte de la corruption qui fait ravage dans les deux pays et aussi le détournement de l'aide vers une course d'armement dans les deux pays qui sont aux bords d'une guerre et d'une guerre civile ...d’un autre côté,les européens ont leur petit jeu qui n'est rien d'autre le terrorisme d’État qui sert les intérêts européens ...

    Rapporter Rachid ELAÏDI mardi 14 mars 2017 07:40
  • Les gens ne prennent même pas le temps de lire et.... tirent. Il y a eu un accord de financement sur trois programmes pour un montant global de 40 millions d'euros. Voilà pour les faits. Oui l'Algérie n'a pas tiré profit de l'accord d'association mais ce n'est pas la faute des Européens. C'est chez nous que se trouve le problème...

    Rapporter Zloty mardi 14 mars 2017 06:39
  • 40 millions dollars c est de l arnaque un importateur la debourse dans l importation
    alors l eu a gagner des melliards de dollar 1 partenaires avec l algerie l algerie a perdu 7 melliards uniquement avec l europe comme taxe de douane on nous rembourse 40million nimporte quoi

    Rapporter djab lundi 13 mars 2017 23:30
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Le roi Salman d’Arabie a dépensé plus de 100 millions de dollars pour ses vacances d'été au Maroc

  Les vacances du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud au Maroc sont une bénédiction pour l’économie locale. Selon The Independent le souverain saoudien aurait dépensé l’équivalent de 100 millions de dollars pour ses vacances d’été annuelles au Maroc.

Pétrole - L’OPEP examinera en novembre l'accord sur la production

  L’OPEP fera le point en novembre sur l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l'année afin de décider s'il y a lieu de le prolonger ou d'y mettre un terme, a déclaré lundi Essam el Marzouk, le ministre du Pétrole koweïtien, à Kuwait TV.

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?