Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 12 janvier 2017 13:15

Algérie - Le ministère de la Justice propose de criminaliser la fraude aux examens

La fraude, tout un système de ruses qu'on ne peut démanteler par la seule coercition.

Une proposition d’amendement du Code pénal allant dans ce sens est en cours d’élaboration. Actuellement, la période d'exclusion du baccalauréat en cas de fraude est de cinq ans pour les candidats scolarisés et de dix ans pour les candidats non scolarisés.

 

 

Un avant-projet de loi portant code pénal criminalisant la fraude aux examens et reconsidérant les peines prévues est en cours d’élaboration au ministère de la Justice, rapporte l’agence Algérie Presse Service (APS) citant un document officiel, qui, toutefois, ne précise pas de quelle nature seraient les dispositions de ce nouveau texte.

Actuellement, rappelle l’APS, la période d'exclusion de l'examen du baccalauréat en cas de fraude est de 5 ans pour les candidats scolarisés et de 10 ans pour les candidats non scolarisés.

L’élaboration de ce nouveau texte amendant le Code pénal vient en réponse à l’aggravation des actes de fraude, notamment, au baccalauréat, ces dernières années.

Lors de la session de 2016, qui a eu lieu entre le 30 mai et le 2 juin, quelque 1.000 candidats ont été exclus suite à des  tentatives de fraude, en utilisant leurs téléphones portables.

Plus grave encore, plusieurs sujets ont été publiés avant les examens sur les réseaux sociaux, ce qui a amené le ministère de l’Education nationale à réorganiser certaines épreuves.

Ces fuites, qualifiées par le Premier ministre Abdelmalek Sellal d’« atteinte à la sécurité de l’Etat », ont donné lieu à plusieurs dizaines d’interpellations.

 

(*) La photo de Une est publiée sur www.caf.fr.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Cet article nous apprend, d’une part, que notre Ministre de la Justice, Mr TAYEB LOUH, propose de criminaliser la fraude aux examens, d’autre part, que notre Premier Ministre Abdelmalek SELLAL qualifie cette fraude d’ « attente à la sécurité de l’Etat »

    Tout le monde sait que dans notre pays la fraude est un sport national prisé par toutes les couches sociales:

    - Fraude électorale endémiques à tous les étages politiques (communale, législative et présidentielle)
    - Fraude aux attestations d’ancien Moudjahid
    - Fraude aux diplômes du secondaire et universitaire
    - Fraude aux examens
    - Fraude bancaire
    - Fraude fiscale
    - Fraude aux brevets d’Inventions
    - Fraude aux technologies
    - Fraude aux documents d’identités
    - Fraude aux déclarations sur l’honneur
    - Fraude aux compteurs d’électricités
    - Fraude aux compteurs d’eaux

    Alors quel crédit peut-on accorder à la proposition de notre Ministre de la Justice, Mr TAYEB LOUH, lorsque l’on sait que depuis l’indépendance l’Algérie fut et demeure gouvernée (grâce à la fraude électorale) par le vieux et anachronique parti politique qu’est le FLN dont est issu TAYEB LOUH et que chapote le vieux faux Moudjahid de DJAMEL OULD ABBES ?!!!

    Quel crédit peut-on accorder à Mr TAYEB LOUH, lorsque l’on sait qu’en novembre 2006, alors qu’il était Ministre de tutelle de la Caisse Nationale d’Assurances Sociales il a imposé à la CNAS d’acquérir auprès de GEMALTO la solution technologique de la carte CHIFA, alors même qu’il savait parfaitement que la solution fut inventé par un algérien (ma personne) et qu’elle fut volée en 1990 par le groupe Thomson (actuel SAFRAN) ???!!!

    Quel crédit peut-on accorder à Mr TAYEB LOU, lorsque l’on sait qu’en matière de recel de technologies volées, il a récidivé en 2016, en instaurant les cartes professionnelles biométriques aux profits des magistrats, alors même qu’il savait parfaitement que les technologies de la biométrie ont été inventé par un algérien de souche et de nationalité et non par SAGEM et encore moins par les escrocs de receleurs patentés de la société HB TECHNOLOGIES ???!!!

    Quel crédit peut-on accorder à Mr TAYEB LOUH, lorsque l’on sait qu’il a arbitrairement et en total violation du droit pénal et constitutionnel ordonné l’emprisonnement du journaliste MOHAMED TAMALT qui a trouver la mort dans les geôles de la République ???!!!

    Quel crédit peut-on accorder à notre Premier Ministre qui assimile la fraude aux examens à une atteinte à la sécurité de l’Etat, lorsque l’on sait que le 4 Juillet 2015, Mr SELLAL accompagné d’une brochette de Ministres s’était à rendue au siège de la société privée HB TECHNOLOGIES pour applaudir sous les projecteurs les receleurs des technologies de la biométrie, je vous le demande ???

    Je vais m’arrêter là, parce ce que je sens que la moutarde commence à me monter au nez, et si je continue je risque d’être blessant, cassant, sans toutefois en être diffamant, ce qui est un grand luxe de nos jours.

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, authentique inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE vendredi 13 janvier 2017 10:59
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Aucune victime dans l’incendie de l’usine Cevital, selon le groupe

Cevital « rassure tous les consommateurs que les stocks de sucre à disposition permettront de servir le marché national sans aucune perturbation ».  

Algérie : Création d'un poste de diplomate chargé d'aider les investisseurs à l’étranger

Messahel a évoqué d’une nouvelle dynamique marquée par l’actualisation du cadre juridique afin de permettre aux opérateurs algériens d’investir les marchés étrangers.

Tunisie : Les pièces de rechange, habits et cosmétiques à 80% contrefaits (OTIC)

Le chiffre d’affaires du marché des contrefaçons avoisine les 500 milliards de dollars annuellement et enregistre une évolution annuelle de 10%.