Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Avril 2018

  •   Boualem Alami
  • mardi 10 janvier 2017 13:07

Maroc: Pressé par Ankara, Rabat ferme le réseau d'écoles turques proches de Fethullah Gülen

Le roi Mohamed6 et le président turc Tayyip Erdogan

Les écoles du groupe turc ''Mohamed El Falih'', proche du leader du mouvement d'opposition ''Hizmet'' de Fethullah Gülen, installées depuis une vingtaine d’années au Maroc ont été sommées par le ministère de l’Intérieur de fermer leurs portes. Il semblerait qu’à Rabat, on veuille éviter une autre brouille diplomatique, cette fois-ci avec la Turquie, moins d’un mois après celle avec la Mauritanie.

 

Toutes ces écoles, installées dans les principales villes du pays, et qui totalisent un peu plus de 2.000 élèves, doivent fermer leurs portes dans un délai d'un mois. C'est la décision irrévocable des autorités marocaines. Dans son communiqué rendu public, le ministère de l’Intérieur marocain justifie sa décision par '' la propagation de l’idéologie du mouvement Hizmet à travers le réseau d’écoles, et la diffusion d’idées contraires aux principes du système éducatif et religieux marocain''. La décision du Maroc découlerait également de missions d’inspection, suivies ''d’avertissements non respectés''. Le réseau d'écoles du groupe scolaire turc ''Mohamed El Falih'' est présent au Maroc depuis 1994. Selon le ministère marocain de l'Education, il y a ''des écarts relevés entre le programme dispensé par le groupe et le curriculum marocain.'' Le même ministère marocain, cité par L'Economiste, et ''sans donner plus de précisions sur la nature de ces écarts'', relève également ''la présence de personnel et d’enseignants turcs non autorisés.'' La fermeture du groupe touchera 2000 élèves, qui vont se retrouver du jour au lendemain dans la rue. ''Nous n’avons pas du tout été avisés, nous avons appris la nouvelle à travers les médias'', confie à ‘’L'Economiste’’ Slimane Bouslimi, parent de trois enfants scolarisés dans l’une des trois écoles du groupe à Casablanca. Des sit-in de protestation ont été organisés dans toutes les villes où le réseau est implanté, trois écoles à Casablanca, une à Tanger, une à Tétouan et une à Fès.

Même scénario au Sénégal

Même scénario au Sénégal, où les écoles turques gérées par le groupe scolaire proche de l'opposant Fethullah Gülen ont été fermées et la gestion confiée à la fondation publique turque Maarif, fondée par le président Récep Téyip Erdogan. Sans conteste, Rabat, lié par un accord de libre échange et partenaire économique privilégié de la Turquie, ne veut pas de brouille avec Ankara, où une purge sans précédent dans tous les secteurs est menée dans le pays et en dehors après le coup d'état manqué du mois de juillet dernier. Le président turc Tayyip Recip Erdogan, chef de l'AKP, a accusé immédiatement après l'opposant Gülen, installé aux Etats-Unis, d'en être l'instigateur. Depuis, des dizaines de milliers d'arrestations sont effectuées parmi les enseignants, journalistes, militaires, fonctionnaires, et des écoles, des journaux et des TV fermées.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Le pétrole est actuellement au "juste prix", selon le P-DG de Sonatrach

  "Ceux qui disent que c'est la fin du pétrole sont loin de savoir la vérité et beaucoup de chemin reste à faire", selon le P-DG de Sonatrach.

Algérie : Plusieurs voix s’élèvent contre le projet de loi relatif à la santé

  Parallèlement à la présentation du projet de loi relatif à la Santé, par le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, hier à l’Assemblé populaire nationale (APN), plusieurs voix se sont élevés pour contester ledit projet de loi. Une véritable vague de protestation menée par des syndicalistes, des praticiens de la santé et...

Algérie : Le Batimatc 2018 ouvre ses portes sous le signe de la transition numérique

  L’édition de cette année accorde un intérêt particulier à la transition numérique dans la construction en Algérie.