Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Algérie Presse Service
  • jeudi 5 janvier 2017 13:58

Libye- L'ONU appelle à éviter l'escalade

Le gouvernement de Fayez Al Sarradj a beau être reconnu par l’ONU et les grandes puissances, il ne fait pas l’unanimité en Libye.

Selon des médias libyens, des combattants des puissantes milices de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) qui ont rallié le GNA, et les forces de Haftar sont sur le qui-vive depuis une attaque lundi contre un avion militaire transportant des officiers et des dignitaires de Misrata se rendant à des obsèques dans le sud du pays.

 

 

L'émissaire de l'ONU en Libye, Martin Kobler, a appelé mercredi des factions armées rivales à éviter l'escalade après de fortes tensions et la mobilisation de  combattants dans le sud de ce pays plongé dans le chaos.

Deux autorités rivales se disputent actuellement le pouvoir: le gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, est basé à Tripoli tandis qu'une autorité rivale est installée dans l'Est, où une grande partie de la région est contrôlée par les forces du maréchal Khalifa Haftar.

Selon des médias libyens, des combattants des puissantes milices de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) qui ont rallié le GNA, et les forces de Haftar sont sur le qui-vive depuis une attaque lundi contre un avion militaire transportant des officiers et des dignitaires de Misrata se rendant à des obsèques dans le sud du pays.

L'appareil a été touché par des tirs provenant des forces du maréchal Haftar alors qu'il se trouvait sur la piste de la base aérienne de Joufra, selon ces médias. Plusieurs militaires ont été blessés et un civil tué dans l'attaque condamnée par le GNA.

Après l'attaque, les milices de Misrata ont dépêché des renforts dans la région de Joufra et celle proche de Sebha, à plus de 600 km au sud de Tripoli, avec l'objectif selon elles de "sécuriser la zone", ont précisé des chaînes de télévision. Les forces de Haftar disent vouloir combattre les "terroristes".

Craignant l'escalade, Martin Kobler a estimé sur son compte Twitter que "la tension dans le sud est source d'inquiétude" et exhorté "toutes les parties à faire preuve de retenue".

Dans un communiqué séparé, il a "mis en garde contre un risque d'escalade pouvant mener à un renouvellement du conflit en Libye" et appelé les Libyens "à résoudre leur différends par le dialogue (...)" . 

Issu d'un accord interlibyen, parrainé par l'ONU, le GNA dirigé par Fayez al-Sarraj n'est toujours pas parvenu à asseoir son autorité, n'ayant pas pu à ce jour obtenir la confiance du Parlement élu siégeant à Tobrouk (est). D'ailleurs Khalifa Haftar puise sa légitimité dans ce Parlement.

Les milices de Misrata avaient joué un rôle principal dans la reprise début décembre de la ville de Syrte (450 km à l'est de Tripoli) au groupe terroriste autoproclamé "Etat islamique" (Daech/EI).

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...