Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Maghreb Emergent
  • mercredi 4 janvier 2017 15:06

Evénements de Bejaia : Le FFS exprime son inquiétude et appelle la population à la vigilance

Le Front des forces socialistes (FFS) se dit inquiet de la situation qui prévaut à Bejaia depuis lundi, suite une grève des commerçants qui a dégénéré en émeutes et appelle la population à la vigilance.  

 

« Le FFS suit avec beaucoup d’attention l’évolution de cette situation porteuse de risques de développements chaotiques ainsi que les tentatives de faire basculer la wilaya dans la violence », indique un communiqué de la fédération de wilaya rendu public ce mercredi, fustigeant au passage, l’attitude d’un « pouvoir » qui « pousse certaines catégories de la population à recourir à la violence »

 « L’obstination du pouvoir à s’opposer à toute alternative politique démocratique et à une sortie de crise consensuelle ainsi que l’acharnement à détruire les cadres d’organisation et de débats citoyens pousse certaines catégories de la population à recourir à la violence », écrit le parti de feu Hocine Ait Ahmed qui se range du coté du droit à manifester pacifiquement : « Le FFS a milité, il milite et il militera pour le droit de grève et de la manifestation pacifique pour exprimer les doléances légitimes de la population. Il a toujours appelé les Algériennes et les Algériens à se mobiliser et à s’organiser pacifiquement pour revendiquer leurs droits tout en faisant preuve de lucidité, d’esprit de discernement et de rejet de la violence ». Et de conclure : « Le FFS appelle la population et particulièrement les jeunes de notre wilaya à la vigilance pour déjouer les manœuvres des apprentis sorciers. Le FFS renouvelle sa proposition de concertation et de dialogue en vue de réaliser un consensus national seule alternative à la dictature de la violence d’où qu’elle vienne ».


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Voilà un parti à un parcours et une histoire glorieuse qui tombe aussi bas pour quelques miettes politicardes. Son papier est d'une simplicité et d'un raccourci mercantile de minable épicier du coin. On voit bien qu'il a perdu son leader, sa ligne et la raison. Sauf s'ils font partie des manipulateurs qui ont laché la horde de bandits de grand chemin.

    Rapporter chtibe1609 jeudi 5 janvier 2017 21:43
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le gouvernement en quête de stratégie pour les banques publiques

  Les banques publiques algériennes qui représentent toujours près de 90% des actifs du secteur bancaire national sont réduites au rôle d’exécutant passif de choix gouvernementaux dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils manquent de clarté.

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Algérie - L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie avec l’Ansej ».