Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 24 Janvier 2017

  •   Samy Injar
  • mercredi 4 janvier 2017 07:49

La 2ème édition du prix Ali-Bey Boudoukha d’investigation de presse est lancée

 

La première édition du prix, institué en 2014 par Maghreb Emergent, du nom du journaliste disparu était restée sans lendemain en 2015 et en 2016. L’Investigation de presse est un enjeu clé du droit de savoir pour choisir en connaissance. 

 

 Le prix Ali-Bey Boudoukha revient. Il va récompenser les meilleures enquêtes journalistiques de l’année 2016 dans les journaux papiers ou électroniques. Les articles parus durant le mois de janvier 2017 seront également pris en compte par le jury.

 Les journalistes algériens ou étrangers travaillant dans des médias algériens, ou publiant en free-lance en Algérie, auront jusqu’au 28 février prochain pour envoyer leurs articles à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Le prix Ali-Bey Boudoukha encourage l’enquête de presse sur l’ensemble des sujets de la vie publique et de l’actualité. Il veut mettre en valeur l’effort propre des journalistes pour faire éclater la vérité sur des affaires cachées (corruption, trafic d’influence) concernant le bien commun ou pour aider à comprendre des phénomènes de sociétés (exemple filière de la harga).

 Le prix peut également récompenser des portraits fouillés sur des personnalités publiques dont la connaissance de l’itinéraire aide à la clairvoyance des opinions. Le 27 avril 2014, le jury avait primé trois travaux portant l’un sur les migrants algériens à Malte (Hacène Ouali), le second sur le trafic de sable (Meziane Abane) et le troisième sur le chômage (Mohamed Koursi). 

 

 Les articles d’investigation plus fréquents

 

Le prix Ali-Bey Boudoukha a sans doute eu tort de faire l’impasse sur l’année 2015. Son objet a enflé depuis deux ans. Les affaires ont été nombreuses et leur traitement dans la presse algérienne s’est quelque peu rapproché des règles de l’article d’investigation. Les sources pour déclencher des enquêtes s’ouvrent.

 

En donnant libre accès à des données habituellement tenues secrètes aux citoyens, les lanceurs d’alerte dans le monde ont permis aux journalistes de se lancer sur des dizaines de filières de toute sortes, le plus souvent liées à l’évasion fiscale et aux pots de vins (Wikileaks, SwissLeaks, Panama Papers).

 Plusieurs personnalités algériennes dont la fille du premier ministre Abdelmalek Sellal, ou le ministre de l’industrie et des mines Abdeslam Bouchouareb, ont été citées dans les données mises à jour.  Les enquêtes de presse qui ont tenté d’accompagner ces citations pour les rendre intelligibles au grand public ont connu des fortunes diverses dans le contexte algérien.

 

Plus que jamais, l’investigation de presse a besoin de soutien et de protection. A l’intérieur des rédactions, mais aussi par les lecteurs et les citoyens. A ce titre, les investigations sur le réseau de couverture des pots de vins partant de l’Italien Saipem pour parvenir à Chakib Khelil, l’ancien ministre algérien de l’énergie, via plusieurs sociétés écrans mériteraient de concourir à la 2e édition du prix Ali-Bey Boudoukha. 

 

Un prix qui sera encore mieux doté qu’en 2014

 

En 2014, les trois lauréats s’étaient partagé les 300 000 dinars destinés à récompenser le meilleur article. Le jury présidé par Lotfi Madani, comme pour cette seconde édition, avait jugé qu’aucun article ne se détachait pour obéir tout à fait au cahier des charges de l’investigation de presse. D’où le partage sur trois lauréats. 

 Maghreb Emergent compte mobiliser une dotation plus forte et susciter un lauréat totalement en phase avec l’esprit du prix Ali-Bey Boudoukha. Il pourrait pour cela recourir à une levée de fonds sur le web. Le crowdfunding de 2014 avait permis au prix de disposer de 3450 euros auprès de 34 donateurs sur la plateforme kisskissbankbank.  Un règlement intérieur du Prix sera publié dans les prochains jours. En attendant, les confrères peuvent commencer à envoyer leurs articles à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Maghreb Emergent va se rapprocher des directions des journaux et sites algériens afin qu’ils encouragent la participation de leur journalistes au Prix Ali-Bey Boudoukha. En 2014, El Watan, El Watan Week end et El Moudjahid étaient les journaux honorés par la distinction des trois lauréats. 

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Après lecture de cet article que je trouve fort intéressant, j’avoue que c’est pour la première fois que je découverts le nom d’Ali Bey BOUDOUKHA, lacune que je mettrais à mon corps défendant en partie sur le compte d’un exile qui a duré plusieurs décennies

    Je trouve également fort intéressant le principe d’associer à ce prix les candidatures de journalistes d’investigation étrangers travaillant en Algérie, car les lanceurs d’alertes sont d’utilité publique et ce d’où qu’ils viennent et quelques soit leurs nationalités ou religions.

    D’autre part, cet article me rappelle une petite anecdote quelque peu en rapport avec l’investigation et que voici :
    Au mois de juillet 1998, j’avais appris par la presse économique française qu’une commission d’enquête parlementaire sur les défaillances et dépassements des tribunaux de commerce a été instituée à l’Assemblé National sous la présidence de François COLCOMBET et du rapporteur Arnaud MONTEBOURG

    Cette information m’avait donné l’idée de rendre visite à Maître François BLISTEIN, qui fut l’avocat du banquier Bernard LHERMITTE, lequel avait joué un rôle négatif dans la liquidation judiciaire de mon entreprise d’ingénierie informatique prononcée, à mon insu, le 17 février 1992 par le Tribunal de commerce de Paris.

    Dans cette scabreuse affaire l’unique but de la liquidation de mon entreprise était de permettre à la Société Française Financière de Développement et de Participation (SFFDP) représentée par Bernard LHERMITTE de prendre le contrôle à vil prix sur mon entreprise, ma personne et mes inventions.

    C’est en rencontrant Maître BLISTEIN que j’avais eu confirmation que dans l’affaire de la liquidation judiciaire de mon entreprise n’était pas seulement impliqué François de GROSSOUVRE, l’ami du Président François Mitterrand, qui s’était suicidé, un 7 avril 1994, dans son bureau du Palais de l’Elysée, mais tout le gotha de la banque-industrie française.

    C’est également par lui que j’ai eu confirmation que contrairement aux déclarations que m’avait faites LHERMITTE, les américains n’étaient pas associés via CITIBANK dans sa financière la SFFDP

    Au fil de la conversation, Maître BLISTEIN, m’avait recommandé de prendre attache avec le député socialiste Arnaud MONTBOURG et pour ce faire il m’avait communiqué son numéro de téléphone à l’Assemblé Nationale, ce que j’ai fait.

    N’ayant eu au téléphone que sa collaboratrice Mme Sylvie GUITAR, je lui ai demandé de faire part à Mr MONTBOURG de mon appel et de lui faire savoir que j’allais lui faire parvenir un courrier dans lequel je lui exposerais mes attentes.

    Dans mon courrier à Mr Arnaud MONTBOUR, je lui ai résumé en deux phrases l’illégale affaire de liquidation judiciaire de mon entreprise qui fut prononcée à mon insu, et ce bien que mon entreprise n’avait pas de dettes, était viable, bénéficiaire et disposant de solides actifs financiers(1.700.000 Francs) en banque et postes-clients et d’actifs matériels et immatériels estimés au bas mot à 50 Millions de Francs (10 Millions d’Euros en 1992)

    Et pour finir ma lettre, j’ai ajouté un court chapitre dans lequel je lui proposais l’écriture d’un livre à deux ; lui comme député et homme de loi français et moi l’algérien victime de jugements illégaux rendus à mon encontre par le tribunal de commerce de Paris. Autrement dit, je lui proposais un sujet en or, qui constitue un vrai cas d’école d’une justice consulaire qui fait défaut et fabrique de faux dossiers.

    Je n’attendais pas de lui qu’il m’aide à écrire un livre, mais qu’il aide son pays à devenir un réel Etat de droit ; et puis des vérités dites au Peuple français par un député et homme de loi français, cela fait moins mal que lorsqu’elles sont dites par un étranger et de surcroit algérien et inventeur des technologies de la biométrie

    Une semaine plus tard alors que je prenais comme tous les matins mon café au comptoir de la brasserie La Coupole à Montparnasse, voilà que débarque le jeune député Arnaud MONTBOUR et s’installe à une table me faisant face en compagnie de trois personnes

    Naturellement ayant compris qu’il ne s’agissait aucunement d’une simple coïncidence, aussi juste après avoir terminé mon café je suis passé le voir en salle. Après les présentations et les politises d’usages, il m’avait dit qu’il trouvait mon idée excellente et que d’ailleurs il s’apprêtait justement à m’écrire et sur ce nous nous sommes salués
    Arnaud MONTBOURG ne m’a jamais répondu et la vraie et seule raison de son silence, c’est que ni la gauche ni la droite ne voulait que mon affaire sorte. Trop de personnalités impliqués et trop d’enjeux financiers en jeu.

    J’espère que mon anecdote a été comprise par les lecteurs dans le bon sens

    Bravo à Maghreb Emergent pour son dynamisme et encore bonne année 2017

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE vendredi 6 janvier 2017 18:37
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

Vidéos

Le CPP offre "les droits TV pour les nuls" et, en bonus, un Oum Dourman virtuel

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

A ne pas manquer

Prev Next

En voulant réorganiser le monde, Donald Trump fait vaciller l’Europe

Donald Trump entame sa présidence en fanfare. Il préconise une nouvelle matrice pour fonder les relations internationales, et provoque déjà un séisme en Europe.

Algérie- L’aide publique pour la conversion des véhicules au GPL officialisée par un arrêté interministériel

Dans une récente déclaration à la presse, le P-DG de Naftal a fait état d’une augmentation de la consommation du GPL/C de 20% durant l’année 2016.

Algérie : Hausse inquiétante des décès provoqués par le monoxyde de carbone depuis le début de l’année

Le rythme des décès par le monoxyde de carbone en Algérie depuis le début du mois de janvier est devenu inquiétant. Au moins une vingtaine de morts, parfois des familles entières sont décimées, depuis le début de la vague de froid qui affecte les régions nord, est et ouest du pays. Où se situent les responsabilités ?