Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Ali Benchaabane
  • mardi 3 janvier 2017 18:13

Ahmed Eddabir, Amenokal des Touaregs : "Ce qui manque à Tam, c’est que les gens y viennent"

L'amenokal des Touaregs Ahmed Idabir -DR-  

«Tamanrasset est calme et sereine dieu merci, il nous manque juste que les gens viennent pour se rassurer et surtout que les touristes reviennent car ils font vivre beaucoup de familles » a déclaré à Maghreb Emergent, Ahmed Eddabir l’amenokal des Touaregs du Hoggar.

 

 

 Eddabir insiste sur le fait que la situation au niveau sécuritaire est très bonne. «Nos services de sécurité abattent un travail formidable et comme vous pouvez le constater on peut dormir dehors et se promener partout dans la wilaya sans crainte aucune » souligne-t-il.

 Cette insistance sur le climat de sécurité va de pair avec le souhait de voir l’activité touristique qui a pâti ces dernières années de la situation qui prévalait dans la région du Sahel et notamment au nord du Mali.

  Pour le successeur de Hadj Akhamok qui nous recevait dans sa maison sise dans un quartier populaire de Tamanrasset, les jeunes comme un «peu dans s tout le Sud les jeunes souffrent du chômage, un peu plus que dans le nord du pays » relève-t-il.

 Les jeunes du sud n’ont « pas beaucoup de chance jusque dans les examens et les concours de recrutement face aux jeunes du Nord » note-t-il.

 

Ahmed Eddabir qui a décidé de geler son appartenance au RND pour se présenter aux prochaines législatives en « candidat indépendant » minimise la gravité des incidents qui ont eu lieu l’été dernier.

 

 Venez au printemps...

 

«Des petites échauffourées entre mes clandestins et les forces de l’ordre mais les algériens se sont tenus à l’écart de ces troubles » indique-t-il.  L’amenokal rejette toute idée de xénophobie des habitants de la région.

 «Tam n’est pas xénophobe, loin de là, dans la région nous avons des algériens des 48 wilayas et au bas mot pas moins de dix-sept nationalités. Ces jours derniers les clandestins ont été regroupés dans un camp prés de Tamanrasset sur la route d’In Guezzam, ils seront rapatriés vers la frontière au fur et à mesure. En attendant ils sont pris en charge par la wilaya » explique-t-il.

 Ahmed Eddabir reste intarissable sur la beauté de la région et insiste que la situation sécuritaire est maîtrisée et propice au retour des touristes. « Je vous vous invite à revenir au printemps, vous serez mes invités. Vous verrez combien la région est belle durant cette saison ».

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.