Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   REUTERS
  • mardi 3 janvier 2017 14:14

Le général Khalifa Haftar ne viendra pas à Alger discuter avec Fayez al-Sarraj

 Le général Khalifa Haftar, l’homme fort de l'Est libyen, annonce dans un entretien à la presse italienne ne pas avoir l'intention de reprendre les discussions avec son rival de l'Ouest soutenu par les Nations unies.

 

 

 Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj, le Premier ministre qui tente de gouverner à Tripoli avec le soutien des Nations unies, devaient se rencontrer à Alger dans quelques jours, indique-t-on dans l'entourage du gouvernement algérien.  Les deux hommes devaient discuter de la possibilité de former un gouvernement d'union nationale, ajoute-t-on.  

 Mais le général Haftar fait valoir dans une interview au Corriere della Sera ce mardi que les discussions avec Fayez al-Sarraj, commencées il y a deux ans et demi, n'ont donné aucun résultat et que, compte tenu de la situation en Libye, l'heure est au combat plutôt qu'à la politique.

 "Une fois que les extrémistes seront vaincus, nous pourrons revenir aux discussions sur la démocratie et les élections. Mais pas maintenant", a déclaré Khalifa Haftar. 

 Le général Haftar, qui lutte contre les islamistes et autres opposants dans l'Est libyen depuis plus de deux ans, estime que ses forces contrôlent désormais 80% du pays, rapporte le Corriere. Il fait aussi valoir que ses forces assurent le respect du droit autour des ports pétroliers de Ras Lanouf, Brega et Es Sider.

 Il juge aussi que les Libyens "n'avaient aucune idée de ce que signifie la démocratie" quand les élections ont eu lieu en 2012, après 42 années de règne du colonel Kadhafi. "Ils n'étaient tout simplement pas prêts", dit-il.

LIRE AUSSI : En Libye, les enjeux pétroliers risquent de relancer la guerre entre l’Est et l’Ouest

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Les premières voitures ‘’Seat’’ sortiront de l’usine de Relizane au 2eme semestre de 2017

L'usine d'assemblage de voitures des marques du groupe Volkswagen, implantée à Relizane, sera supervisée par les responsables du constructeur espagnol Seat.

[Le BLOG ECO] Présidentielle française 2017 : It is the economy, stupid!

 Bien qu’ils soient très décriés, les sondages en période de campagne électorale offrent toujours des enseignements précieux. Concernant la présidentielle française, l’un d’eux revient sur les attentes des électeurs en matière d’économie (*). Et il s’avère que la majorité d’entre eux considère justement que les enjeux économiques sont leur principale priorité.

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.