Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 20 Septembre 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • samedi 31 décembre 2016 17:08

Maroc- L'Istiqlal en crise, des partis proches du Palais réclament son éviction du futur gouvernement

Hamid Chabat, le SG de l'Istiqlal a provoqué un séisme politique dans le royaume en attentant à la souveraineté de la Mauritanie

Le plus vieux parti nationaliste marocain, l'Istiqlal, est en pleine crise. Son Secrétaire général, le sulfureux maire de Fès,' Hamid Chabat, a provoqué un séisme politique dans le royaume en attentant à la souveraineté de la Mauritanie, et provoqué une crise diplomatique entre Rabat et Nouakchott. Mais, il aura surtout réussi la prouesse d'évincer son parti de la future majorité gouvernementale.

 

Le chef de gouvernement désigné Abdelilah Benkirane, qui a du mal à composer sa majorité du fait du refus de plusieurs partis de ''cohabiter'' avec l'Istiqlal drivé par Chabat au sein d'une coalition gouvernementale, est allé mercredi présenter les ''plates excuses'' du Maroc au président Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz. Cette fois-ci, après l'autre incartade de Chabat contre l'Algérie au mois de février de 2016, la dérive est de trop. Suffisante pour mettre dans l'embarras le chef de gouvernement pour composer sa majorité.  Jeudi 29 décembre dans la villa ''gouvernementale'' de Benkirane au quartier des ''Orangers'' à Rabat, tout près de la vieille médina, le leader du Rassemblement national des indépendants (RNI) Aziz Akhannouch a signifié au chef de gouvernement, appuyé par le chef du Mouvement Populaire (MP) Ahmed Laenser qui l'accompagnait, qu'il ne pouvait rejoindre la majorité avec la présence de l'Istiqlal. En clair, le RNI conditionne son ''accord'' à son intégration à la majorité gouvernementale par l'éviction de l'Istiqlal. Au sortir jeudi soir de la rencontre avec Benkirane, Akhannouch avait notamment relevé que ''vous avez suivi les déclarations non respectueuses à l’égard des pays voisins (…) si l’on doit s’associer à ces gens, ce serait dérangeant.''

 

Terminus politique pour Chabat ?

 

Il a également ajouté qu'il a, avec Laenser, tenté de convaincre Benkirane de l'impossibilité de constituer un gouvernement homogène avec la présence de Hamid Chabat, surtout après ses dernières déclarations. Les déclarations de Chabat contre la Mauritanie ont définitivement mis un terme à sa carrière politique. Déjà, les figures historiques du parti demandent son départ, et une pétition signée par 40 personnalités de l'Istiqlal, dont M'hamed Boucetta et Abbas el Fassi, demande le départ de Chabat. Ces leaders de l'Istiqlal estiment que Hamid Chabat "n'est plus capable de poursuivre sa responsabilité en tant que secrétaire général du parti". Pour ces deux anciens secrétaires généraux de l'Istiqlal,  ainsi qu'une quarantaine de dirigeants du parti,  ''les déclarations irresponsables de chabat sur la Mauritannie ont un caractère personnel, n'engagent nullement le parti et n'ont aucune relation avec ses orientations et ses principes.''

 

L'Istiqlal ne fera pas partie du prochain gouvernement

 

Dans l'immédiat, et avant qu'il ne soit ''poussé'' à la porte de sortie du parti, Chabat a facilité la tâche à Benkirane de ne plus le considérer comme composante du futur gouvernement. Selon le secrétaire général du PPS, Nabil Benabdallah, proche de Benkirane, les récentes déclarations du SG de l'Istiqlal sur la Mauritanie ont rendu ''très difficile, voire impossible, la participation du parti au prochain gouvernement.'' Après avoir rencontré le chef de gouvernement jeudi soir, Benabdallah a souligné que le contexte des tractations pour la formation du gouvernement a changé. "Nous étions dans une situation déterminée depuis des semaines et aujourd'hui nous sommes dans une autre situation" après les déclarations de Chabat sur la Mauritanie.  "Eu égard aux propos de Chabat sur la Mauritanie, la présence de l'Istiqlal dans le prochain gouvernement pourrait prêter à des spéculations et interprétations", explique encore le leader du PPS, un des rares alliés du chef de gouvernement. Le dilemme entre la raison d'Etat et le respect de sa promesse faite à Chabat d'intégrer l'Istiqlal dans le prochain gouvernement est vite résolu: Benkirane va trancher pour la raison d'Etat. Il ne peut se désavouer pour un ''suicidé politique''.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Le décès quotidien des femmes des et enfants d'imilchil ne déstabilise pas aucun responsable, une phrase sortie se son contexte cependant peut faire un séisme et mettre pas à des carrières !!!?? Quel honte?????!!!!!!

    Rapporter LHOU samedi 31 décembre 2016 23:40
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La saison 5 du CPP démarre sur la promesse d’une année politique décisive

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Le montant de la masse monétaire dans le circuit informel est surévalué, selon Ferhat Aït Ali (VIDEO)

Pour l'économiste Ferhat Aït Ali, le montant de la masse monétaire circulant dans les circuits informels ou thésaurisée est ''surévalué''. Au mieux, il ne s'agit que de 40 milliards de dinars, ''c'est ce que nous avons dans nos poches actuellement''.

Algérie-Emploi - "Les besoins du marché prennent l’ascenseur, les formations prennent l’escalier" - Mohamed Ali Deyahi (BIT) – Audio-

  Mohamed Ali Deyahi, Directeur Régional Afrique du Nord du Bureau International du Travail (BIT) a fait le constat ce mercredi  sur Radio M d’une évolution «préoccupante » du chômage des jeunes en Algérie qui atteint les 29% en 2017 contre 24% en 2016. La grande faille est dans l'écart entre le marché de l'emploi et la formation.

Tunisie: L'homme d’affaires Slim Riahi interdit de voyager (juge)

Une décision d’interdiction de voyage a été émise mardi par le juge d’instruction près le pôle judiciaire financier contre le président de l’Union patriotique libre (UPL) et homme d’affaires Slim Riahi, a annoncé mercredi le porte-parole du pôle financier, Sofiène Selliti.