Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Maghreb Emergent avec TAP
  • samedi 31 décembre 2016 10:09

Les dépenses moyennes des Tunisiens ont augmenté de près de 50% en cinq ans (INS)

Les dépenses réservées au logement se sont taillé la part du lion des dépenses globales, soit 24,4%, selon l’INS.

 

 

Le niveau moyen de dépenses du Tunisien s’est amélioré de 48,8% pour atteindre 3871 en 2015, contre 2601 dinars en 2010, a indiqué le directeur général de l’Institut national de la statistique (INS) Hédi Saidi.

S’exprimant vendredi lors d’une conférence de presse sur les résultats de l’enquête nationale sur la consommation et le niveau de vie de la famille en 2015, M. Saidi a souligné que les dépenses réservées au logement ont représenté la part du lion des dépenses globales, soit 24,4%.

La part de ces dépenses consacrée à la sante, l’hygiène et les soins personnels s’est établie à 9,4% contre 8,8% en 2010, outre une hausse légère de la part des dépenses dédiées à l’enseignement et l’éducation de 2,1%, à 2,2%. Idem pour la part des dépenses dédiées au transport et aux vacances, restauration et café qui passent à respectivement 9,3% et 4% contre 9% et 3,2% auparavant.

Par contre, les dépenses moyennes du Tunisien consacrées à l’alimentation, à l’habillement, aux loisirs et à la culture ont baissé en 2015 à respectivement 28,9%, 7,6% et 1,1% contre respectivement 29,3%, 8,6% et 1,4% en 2010.

Les dépenses du transport ont pour leur part augmenté de 9% à 9,3% , alors que celles réservées à l’ameublement et l’électroménager ont décru pour ne représenter que 3,7% des dépenses en 2015 contre 4,5% en 2010. Viennent ensuite les dépenses pour les télécommunications qui ont baissé pour passer de 5,4% à 4,4%.

Evolution du mode de consommation alimentaire

L’étude révèle une évolution du mode de consommation alimentaire du Tunisien et son intérêt pour la consommation des légumes, des fruits, du lait et ses dérivés ainsi que certaines viandes contre la régression de la consommation des céréales.

Le tunisien a consommé environ 80,8 kg de fruits en 2015, 85,3 kg de légumes frais, 32,5 kg de viandes et 186,6 œufs. La moyenne de la consommation de céréales a régressé de 180,7 kg en 2010 à 174 kg en 2015. Quant à la consommation des poissons, elle est passée de 9,7 kg à 8,5 kg et celle de la viande ovine a dégringolé de 9,4 kg à 7,1 kg au cours de la même période.

Les résultats ont montré que la classe sociale aisée adhère davantage aux fonds sociaux, soit une adhésion de 40,3% en comparaison avec la catégorie pauvre, dont le taux est de 19%.

Le taux d’adhésion à la couverture sanitaire ne diffère pas entre la catégorie pauvre (18,1%) et la catégorie au-dessus du seuil de pauvreté (16,5%).


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.