Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Maghreb Emergent avec TAP
  • samedi 31 décembre 2016 10:09

Les dépenses moyennes des Tunisiens ont augmenté de près de 50% en cinq ans (INS)

Les dépenses réservées au logement se sont taillé la part du lion des dépenses globales, soit 24,4%, selon l’INS.

 

 

Le niveau moyen de dépenses du Tunisien s’est amélioré de 48,8% pour atteindre 3871 en 2015, contre 2601 dinars en 2010, a indiqué le directeur général de l’Institut national de la statistique (INS) Hédi Saidi.

S’exprimant vendredi lors d’une conférence de presse sur les résultats de l’enquête nationale sur la consommation et le niveau de vie de la famille en 2015, M. Saidi a souligné que les dépenses réservées au logement ont représenté la part du lion des dépenses globales, soit 24,4%.

La part de ces dépenses consacrée à la sante, l’hygiène et les soins personnels s’est établie à 9,4% contre 8,8% en 2010, outre une hausse légère de la part des dépenses dédiées à l’enseignement et l’éducation de 2,1%, à 2,2%. Idem pour la part des dépenses dédiées au transport et aux vacances, restauration et café qui passent à respectivement 9,3% et 4% contre 9% et 3,2% auparavant.

Par contre, les dépenses moyennes du Tunisien consacrées à l’alimentation, à l’habillement, aux loisirs et à la culture ont baissé en 2015 à respectivement 28,9%, 7,6% et 1,1% contre respectivement 29,3%, 8,6% et 1,4% en 2010.

Les dépenses du transport ont pour leur part augmenté de 9% à 9,3% , alors que celles réservées à l’ameublement et l’électroménager ont décru pour ne représenter que 3,7% des dépenses en 2015 contre 4,5% en 2010. Viennent ensuite les dépenses pour les télécommunications qui ont baissé pour passer de 5,4% à 4,4%.

Evolution du mode de consommation alimentaire

L’étude révèle une évolution du mode de consommation alimentaire du Tunisien et son intérêt pour la consommation des légumes, des fruits, du lait et ses dérivés ainsi que certaines viandes contre la régression de la consommation des céréales.

Le tunisien a consommé environ 80,8 kg de fruits en 2015, 85,3 kg de légumes frais, 32,5 kg de viandes et 186,6 œufs. La moyenne de la consommation de céréales a régressé de 180,7 kg en 2010 à 174 kg en 2015. Quant à la consommation des poissons, elle est passée de 9,7 kg à 8,5 kg et celle de la viande ovine a dégringolé de 9,4 kg à 7,1 kg au cours de la même période.

Les résultats ont montré que la classe sociale aisée adhère davantage aux fonds sociaux, soit une adhésion de 40,3% en comparaison avec la catégorie pauvre, dont le taux est de 19%.

Le taux d’adhésion à la couverture sanitaire ne diffère pas entre la catégorie pauvre (18,1%) et la catégorie au-dessus du seuil de pauvreté (16,5%).


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le gouvernement en quête de stratégie pour les banques publiques

  Les banques publiques algériennes qui représentent toujours près de 90% des actifs du secteur bancaire national sont réduites au rôle d’exécutant passif de choix gouvernementaux dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils manquent de clarté.

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Algérie - L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie avec l’Ansej ».