Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mercredi 13 avril 2016 08:16

"Khalida Toumi a barbelé la Casbah au lieu de l’intégrer au plan ‘Alger 2030’" (Halim Faidi, urbaniste)

Photo : Ahmed Sahara/Mamghrb Emergent.

Halim Faidi, architecte, urbaniste, prix national d’architecture et prix du président de la République en 2012, fait bouger les lignes sur Radio M. ll propose de vider la Casbah des deux tiers de ses habitants pour lui redonner vie*.

 « Aucune ville moderne ne peut se permettre le luxe de ne pas penser l’intégration de sa ville ancienne dans la nouvelle », a affirmé, parlant de la Casbah d’Alger, l’architecte et urbaniste Halim Faidi lors de l'émission "L'invité du direct" du mardi 12 avril. « Le talon d’Achille du plan de développement d’Alger reste véritablement la Casbah », a-t-il ajouté : « La Casbah est le miroir de toute l’Algérie, dont elle concentre toutes ses cultures, donc son identité. »

Le plan de développement d’Alger 2030, initié en 2010-2011 par l’ancien wali d’Alger, Mohamed Kébir Addou, n’a pas pu intégrer la ville traditionnelle dans son organisation de l’espace projeté de la capitale. La faute est à l’absence de coordination des départements du gouvernement.

La Casbah d’Alger est classée patrimoine universel dépendant du ministère de la culture. « Khalida Toumi a dressé des barbelés autour de la Casbah dans le but de protéger ce patrimoine », a déclaré Halim Faidi, et cela a bloqué la possibilité d’intégrer la réhabilitation de la ville ancienne dans le plan d’ensemble du développement d’Alger : « Il ne peut pas y avoir de plan de développement stratégique si l’on n’intègre pas efficacement le problème du cœur historique de la ville. »

 

« 60.000 personnes vivent à la Casbah pour une capacité de 30.000 seulement »

 Pour Halim Faidi la Casbah d’Alger connaît un sérieux problème de surdensité de la population, avec 60.000 habitants pour une capacité d’environ 30.000 habitants. C’est ainsi que cet urbaniste préconise une solution radicale : vider la Casbah des deux tiers de sa population. Cependant, pour éviter qu’ils ne soient tenté de revenir, il faut « transposer leur tissu social », c'est-à-dire recréer un quartier dans lequel on pourra les reloger ensemble, « avec les mêmes codes de voisinage, les mêmes liens sociaux ». Il faudra ensuite laisser les projets privés redonner vie à la Casbah : « Etant initialement un territoire à 90% privé, il doit le redevenir. » Et de déplorer que le plan de sauvegarde permanent de la Casbah, mis en œuvre depuis deux ans, n’arrive toujours pas à créer cette dynamique de réhabilitation de la ville historique avec de nouveaux acteurs.


L’Amirauté : le lien entre la Casbah et la mer

Faut-il que l’Amirauté d’Alger, occupée par le commandement des forces navales algériennes, revienne à la ville afin de permettre de renouer le lien direct de la Casbah à la mer et développer le tourisme ? La question posée à Halim Faidi suscite de sa part une réponse de temporisation : « Tant qu’il n’existe pas un projet précis, la présence de l’Armée permet éventuellement de protéger ce patrimoine. Car la question se pose de ce que l’on fera de l’Amirauté au cas où l’Armée la cèderait ».

L’aménagement de la partie maritime de la vieille ville est encore un enjeu urbain « où chaque responsable y va de sa fantaisie. L’ancien gouverneur d’Alger voulait faire un musée de l’automobile dans les voûtes ! Ensuite, la rumeur circulait à la wilaya d’Alger qu’on allait en faire un centre commercial ! » La question de l’Amirauté est précisément le lien absent entre le plan stratégique de développement d’Alger et le plan dit permanent de sauvegarde de la Casbah.

 

(*) La photo de une est une capture vidéo Youtube (reportage AFP).

 

Pour écouter l'émission, cliquer i-dessous :

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

4 Commentaires

  • Pour abdoudz. Je signe de mon prénom et de mon nom. Je ne me cache pas derrière un pseudo pour insulter. C'est une attitude lâche et malhonnête.retirez votre cagoule et je debattrais publiquement avec vous et qui vous voudrez à propos de votre cliente. Vous êtes un très mauvais avocat monsieur...ou madame, on ne sais pas ce qui se cache derrière votre masque ni quel mal vous ronge. Je vous salue quand même.

    Rapporter Halim FAIDI jeudi 14 avril 2016 12:30
  • Madame la ministre Toumi a bien fait de barbeler la Casbah aux gens comme vous, vous n'êtes pas architecte spécialisé dans patrimoine, vous cherchez que du fric à n'importe quel prix puisque votre f.....................................donc il faut que l'Algérie paye voyons!
    Votre blabla ne prouve que votre malhonnêteté, et lâcheté!

    Rapporter AbdouDZ mercredi 13 avril 2016 20:11
  • Pas aussi facile que d'accuser sans connaitre. Je vous engage a relire toutes mes publications sur le thème du patrimoine et à réécouter mes interviews radio et télévision depuis dix ans si vous en avez la patience.

    Rapporter Halim FAIDI mercredi 13 avril 2016 16:32
  • "Khalida Toumi a barbelé la Casbah au lieu de l’intégrer au plan ‘Alger 2030’" (Halim Faidi, urbaniste) ..."

    C'est surtout courageux maintenant que Khalida Toumi n'est plus ministre...

    Rapporter Truc mercredi 13 avril 2016 13:56
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets

De révélation en fuite, le système Haddad apparait au grand jour : une immense nasse qui permet au patron du FCE de percevoir une dîme sur tous les grands marchés.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».