Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

  •   Hamdi Baala
  • mardi 9 février 2016 13:03

Une cérémonie de deuil sera organisée en 2017 à l'occasion du 60e anniversaire de l'assassinat d'Abane Ramdane (audio)

Belaid Abane, neveu de l'

Une cérémonie de deuil sera organisée en 2017 pour commémorer le 60e anniversaire de l’assassinat d’Abane Ramdane “dans un esprit d’apaisement”, a annoncé lundi Belaid Abane, écrivain et neveu de “l’architecte” de la révolution algérienne.

 

“Nous allons organiser une cérémonie nationale de deuil définitif dans un esprit de pardon”, a déclaré Belaid Abane dans "L'Entretien" de Radio M, en rappelant que Abane Ramdane, chef du comité de coordination et d’exécution (CCE) de la révolution jusqu’à son assassinat en décembre 1957 sur fond de luttes de pouvoir au sein du FLN, n’a jamais été enterré et n’a pas eu de sépulture.

Belaid Abane, professeur en orthopédie, diplômé en sciences politiques et écrivain, est revenu sur son 3e ouvrage consacré à l’histoire du mouvement national et de la révolution algérienne, “Nuages sur la révolution. Abane au cœur de la tempête”.

Ce livre, paru fin 2015 aux éditions Koukou, retrace les problèmes au sein de la direction du FLN, “une tempête” qui a fini par emporter Abane Ramdane, oncle de l’auteur.

“Abane Ramdane est l’un des acteurs qui ont déclenché cette tempête”, a-t-il affirmé pour illustrer son objectivité à ce propos. Selon lui, il ne s’agit pas d’un “livre de neveu”, mais d’un ouvrage de chercheur avec une approche politique du mouvement national.

“Si ce n’était que le neveu, il y a longtemps que j’aurais perdu ma crédibilité”, a estimé M. Abane. “Les gens ont bien senti que je n’écrivais pas en tant que neveu, que j’avais une approche très distancée”, a-t-il ajouté.

Ould Kablia m'a fait surveiller H24

L’ancien premier ministre Dahou Ould Kablia a fait surveiller Belaid Abane depuis 2012 suite à la parution du premier livre de ce dernier, a affirmé l’écrivain en indiquant détenir des témoignages à ce propos.

“M. Ould Kablia m’a fait surveiller H24, même à six heures du matin!”, a-t-il déclaré. “C’est intolérable, je dénonce cette surveillance”, a-t-il ajouté.

“Il a détourné les moyens de l’Etat à des fins personnelles”, a estimé Belaid Abane au sujet de l’ancien responsable au sein du MALG (Ministère de l’armement et des liaisons générales) sous la direction d’Abdelhafid Boussouf durant la révolution.

Ce dernier fait partie, avec Krim Belkacem et Lakhdar Bentobal, du groupe dit “3B” à l'origine de l'assassinat d'Abane Ramdane en décembre 1957. “Dahou Ould Kablia se considère comme un gardien du temple [du MALG] et qu’il doit défendre la mémoire de Boussouf”, a conclu Belaid Abane.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

L’alerte de Brahim Hasnaoui : La moitié des entreprises privées algériennes du BTP en péril

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.