Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

  •   Rédaction du HuffPost Algérie | Par Malik Tahir
  • mardi 22 septembre 2015 19:24

Hocine Benhadid: Saïd Bouteflika œuvre à "déstructurer" toutes les institutions pour rester seul "maître à bord"

Algérie BenhadidIl ne reste que Gaïd Salah comme obstacle à l’ambition de Saïd Bouteflika.

 

Pour le général à la retraite Hocine Benhadid, Saïd Bouteflika a une ambition démesurée et dangereuse de pouvoir et depuis le début du 4ème mandat: il prépare le terrain pour "lui-même". Dans l’émission "l’Entretien" de la webradio Radio M, il assure que Saïd Bouteflika entreprend d’éliminer les "obstacles" à son ambition". Après avoir "éliminé" les généraux Toufik et Bousteila, il ne reste que Gaïd Salah comme obstacle à cette ambition.

Le chef d’état-major de l’armée qui s’est allié, selon lui, en 2014 avec Saïd Bouteflika contre Toufik va être la "prochaine cible". "Gaïd Salah est pour Abdelaziz Bouteflika pas pour Saïd Bouteflika. La prochaine cible de Saïd Bouteflika, ce sera Gaid Salah. Il faut qu'il élimine tous les opposants". Ni Athmane Tartag, ni les nouveaux responsables désignés à la tête des corps de sécurité n’ont le "poids de Toufik ou de Bousteila" et ils ne peuvent constituer de ce fait un frein aux ambitions qu’il juge dangereuses de Saïd Bouteflika.

"Il n'y a plus personne, c'est là le problème"

Hocine Benhadid doute de la possibilité de voir l’armée intervenir dans le choix du futur président car il n’existe plus de 'commandement soudé". "Je parle de commandement, pas de l’armée", précise-t-il. Selon lui, il n’existe plus un "chef de file" capable de réunir les chefs de régions militaires et de prendre une décision. "Gaïd-Salah ne le fera pas. Avant il y avait des décideurs, Khaled Nezzar, Lamari… des gens qui prennent des décisions, maintenant il n'y a plus personne, c'est là le problème... ".

Saïd Bouteflika et les milieux d’affaires qui gravitent autour de la présidence sont-ils en mesure de décider ? "Ils pensent pouvoir le faire mais ils ne réussiront pas » en les accusant d’être une bande qui « pille les richesses du pays". "Ils ont investi l'argent du peuple dans les pays du Golfe, en Espagne, maintenant ils sont entrain de transférer l'argent vers le Maroc pour s'y installer au cas où… ".

Hocine Benhadid se dit convaincu que le "peuple n’acceptera pas un coup de force "de Saïd Bouteflika. Il y aura sûrement des réactions de certains officiers et de l’élite algérienne. Mais, souligne-t-il, le DRS ne peut plus parler au nom de l’armée dans le domaine politique.

"Il n'y a plus d'homogénéité et de cohésion au sein des services, Il n'y a pas de chef de file. Avant c'était Toufik, mais maintenant ce n'est pas Tartag qui va être un chef de file. Du fait de son passé. Il a été choisi pour expédier les affaires courantes, après ils trouveront un autre".

Déstructurer toutes les institutions

Selon lui, le but de Saïd Bouteflika est de "déstructurer toutes les institutions pour rester seul maître à bord. Il l'est déjà, il ne lui qu’à éliminer Gaïd Salah... pour faire ce qu'il veut… ".

Pour Hocine Benhadid, Ouyahia et Sellal ne constituent pas une relève crédible: " Saïd Bouteflika est un conseiller comme les autres? Comment se fait-il alors que Sellal accepte de recevoir des ordres de Saïd Bouteflika? Comment se fait-il qu'Ouyahia l’accepte ? Il fallait refuser… Comment se fait-il que Saïd Bouteflika impose Ali Haddad à la tête du FCE qui se permet de donner des ordres aux ministres et au gouvernement sans que personne ne bouge. Comment voulez-vous que Sellal ou Ouyahia devienne président... Ils sont soumis à cette mafia... la soumission totale".

Saïd Bouteflika, affirme-t-il, ne transmet pas des ordres de Bouteflika mais donne des ordres directement, donne des ordres à l'état-major, à la présidence, aux ministres, aux ambassadeurs, aux walis... L’Algérie, estime-t-il, "navigue dans le flou. Il n'y a plus personne, plus aucun décideur, Ouyahia ne peut rien faire, Sellal aussi.". Il ne reste, que Gaïd Salah qui peut s’opposer car, "lui aussi caresse l’ambition d’être président".

Un appel à Zeroual, Nezzar et les autres

Hocine Benhadid ne craint pas d’être poursuivi en justice par Saïd Bouteflika. "Qu'il le fasse, je m'attends à ça. J'ai déjà fait tous les tribunaux d'Alger, pour rien. C'était à l'époque Smail Lamari qui était derrière, il voulait me salir devant la justice. J'ai fait tous les tribunaux d'Alger, de Boumerdes, j'avais un très bon avocat, j'en suis sorti indemne. Khelifa Mahieddine est un très bon avocat. Je suis prêt à aller devant la justice".

Le général à la retraite se dit très sceptique sur le rôle de l’opposition. Il n’y a pas, dit-il, "d’opposition positive", la CNLTD (coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique) souffre d’un problème de "leadership", elle ne va pas "réussir".

Hocine Benhadid estime que la situation est grave et il appelle aussi bien les "caciques" du FLN, comme Yahiaoui ou Benhamoudi que le général Nezzar et l’ancien président Zeroual à "se prononcer pour sauver l’Algérie" et lui éviter d’être gouvernée par une "bande".

 

Extraits vidéo : http://bit.ly/1YAb7xP

 

 

 

Pour écouter l'émission :

 

 


Évaluer cet élément
(19 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

5 Commentaires

  • Connaissez-vous un seul pays au monde où des Généraux à la retraite se permettent d'analyser et de donner leur avis sur la politique de leurs dirigeants ?

    Cela démontre une chose évidente : ce pays est tenu par l'armée !

    Actif ou à la retraite, un Général reste un pilier du pouvoir politique au lieu de s’occuper de son métier de militaire.

    En désignant leurs adversaires du moment par " bandes" ou " maffia" ils oublient de préciser que ces "bandes" et ces "maffias" sont d'origine militaire, que les 1eres clans qui ont accaparé le pouvoir en Algérie sont des militaires et que le pouvoir a toujours été transmis de militaire en militaire en fabriquant une véritable caste et autres cabinets noirs informels qui dirigent en sous main le pays.

    Alors, PAR PITIÉ NE DEMANDEZ PAS AU PEUPLE DE CHOISIR entre le clan de Said Bouteflika et le Clan des Militaires de l'ombre !

    Si Toufik & Co avaient vraiment à cœur d'installer une véritable démocratie, ils en avaient les moyens et le pouvoir !

    SI Said Boutef et son clan avaient choisi de rendre le pouvoir au peuple ça fait 15 ans qu'ils auraient pu le faire sans profiter de toutes les fraudes.

    CONCLUSION : massacrez-vous, trucidez- vous les uns les autres, en espérant qu'il ne restera aucun de vous en vie . Le bon peuple attendra sagement son heure car il ne veut pas de nouveau servir de chair à canon pour un clan ou un autre...

    Rapporter MB mercredi 23 septembre 2015 13:16
  • s'il s'avère que le frérot est derrière de TOUTES ces manoeuvres contre les caciques des militaires qui ont dilapidé tout un pays, alors nous dirons BRAVO.Mais si des poursuites seront engagées alors un grand BRAVO.VIVE SAID...LE PHYSICIEN.....

    Rapporter sultan mercredi 23 septembre 2015 12:59
  • Les Hommes avec un grand H.
    Je pense que c'est trop tard. On va chanter ensemble: Kad Kana indi watanono fi kafaci min dhahabi.
    Bye Bye mon pays

    Rapporter adjissa mercredi 23 septembre 2015 06:38
  • Le cr.... le voilà enfermé dans des schémas d'un autre temps où l'armée faisait ce qu'elle voulait. Bon, bon elle n'a que très peu changé mais la peur du bâton occidental fait que celle-ci tente de rester à l'écart des manœuvres politiques.

    Il fait appel à des vieux briscards qui ont fait leur temps avec les problèmes que tout le monde connaît. Il ne trouve que le frère de l'hémiplégique pour succéder à ce dernier et implicitement il indique aux citoyens qu'il n'y aurait personne d'autre que lui. Il navigue donc pour Saïd le chikour d'Alger et veut trouver grâce à ses yeux.

    Les algériens ne sont plus ce qu'ils étaient, ils ont accès à l'information, véritable nerf de guerre et ne se laisseront pas dicter une politique qui en dernier ressort n'est pas bonne pour eux.

    Rapporter Nenuphar mardi 22 septembre 2015 22:41
  • C'était tellement mieux du temps des généraux. En faite, le plus grand problème de Said Bouteflika est qu'il n'est pas général...

    Je me marre de voir la débandade de ces grands patriotes et qu'ils réalisent que pour la première fois, la décisions va se faire sans eux...

    Rapporter Truc mardi 22 septembre 2015 20:23
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Le déficit de la balance courante s'est fortement aggravé et atteint 4,1% du PIB

  Le déficit commercial s’est aggravé, à fin avril 2017, pour se situer à 4,31 milliards de dinars, contre 3,30 milliards de dinars en avril 2016, selon le rapport de la Banque centrale de Tunisie sur les “évolutions économiques et monétaires”, publié en mai 2017.

Algérie - Les milliards de dollars d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.

Algém6rie - Les 15 milliards d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.