Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Reuters
  • mercredi 20 septembre 2017 07:55

Corée du nord, Iran, Venezuela: discours guerrier de Donald Trump à l'Onu

Pour son premier discours devant l‘Assemblée générale de l‘Onu, Donald Trump a adopté mardi une rhétorique guerrière à l’égard de la Corée du Nord, qu‘il a menacée de “détruire totalement”, et à l’égard de l‘Iran, qualifié d’“Etat voyou” promoteur de violences.

 

Le président américain, qui s‘est exprimé pendant 41 minutes à la tribune des Nations unies, a débuté son allocution par un panégyrique de l‘Amérique qui, a-t-il répété, demeurera toujours la priorité de sa politique.

Ces propos liminaires ont pu donner, dans un premier temps, le sentiment d‘un discours plus adressé à ses électeurs qu‘aux représentants des 193 Etats membres de l‘Onu.

Très attendu sur la question du programme nucléaire nord-coréen, Donald Trump a rapidement changé de ton et de registre dès qu‘il a évoqué le sujet.

“Les Etats-Unis ont une grande force et une grande patience, mais, s‘ils sont contraints de se défendre, nous n‘auront pas d‘autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord”, a-t-il déclaré.

Qualifiant Kim Jong-un de “rocket man”, comme il l‘avait fait récemment sur Twitter, Donald Trump a affirmé que le dirigeant nord-coréen “courait à sa perte et à celle de son régime”.

Il a alors appelé la communauté internationale à coopérer pour isoler le régime ermite communiste jusqu’à ce qu‘il cesse d‘avoir une attitude “hostile”.

Les programmes balistique et nucléaire menés par le gouvernement nord-coréen, en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l‘Onu, “menacent l‘ensemble du monde avec un coût inimaginable en vies humaines”, a-t-il affirmé.

Dans une attaque à peine voilée adressée à la Chine, principal partenaire économique et commercial de la Corée du Nord, Donald Trump a affirmé : “Il est scandaleux que certains pays fassent non seulement du commerce avec un tel régime mais qu‘ils arment, fournissent et soutiennent financièrement un Etat qui met en danger le monde avec un conflit nucléaire”.

La mission nord-coréenne à l‘Onu n‘a pas réagi aux demandes de commentaires qui lui ont été adressées par la presse. Un membre de la délégation nord-coréenne est demeuré assis dans l‘assemblée pendant toute l‘allocution du président américain.

ETAT-VOYOU

Égrenant les sujets, Donald Trump a ensuite évoqué l‘Iran, pays présenté comme l‘autre grand ennemi des Etats-Unis. Il a immédiatement visé l‘accord conclu en 2015, après douze années de longues et complexes négociations entre Téhéran et le groupe P5+1, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l‘Allemagne.

Le président américain a laissé entendre qu‘il pourrait le dénoncer à la mi-octobre lorsqu‘il s‘agira de certifier si Téhéran le respecte, ce que Washington a déjà fait à deux reprises depuis son investiture.

“Je ne crois pas que le dernier mot ait été dit”, a-t-il souligné, qualifiant la République islamique d’“Etat-voyou économiquement aux abois” qui exporte la violence.

A la même tribune des Nations unies, le président français Emmanuel Macron a pris le contrepied de Donald Trump sur l‘Iran, peu après, en estimant que dénoncer l‘accord serait une lourde erreur.

Pour le président français, il s‘agit d’“un accord solide, robuste et vérifiable, qui permet de garantir que l’Iran ne se dotera pas de l’arme nucléaire”.

“Le dénoncer aujourd’hui, sans rien proposer d’autre, serait une lourde erreur. Ne pas le respecter serait irresponsable”, a-t-il ajouté, le qualifiant d’“essentiel à la paix à l’heure où le risque d’une spirale infernale ne saurait être exclu”.

“Je souhaite que nous complétions cet accord par un travail qui permettra d‘encadrer l’activité balistique de l’Iran, par un travail qui permettra d’encadrer la situation après 2025 que ne couvre pas l’accord de 2015”, a-t-il poursuivi.

Dans son discours de 41 minutes, Donald Trump s’était aussi longuement attardé sur la question de la souveraineté des Etats, affirmant que son pays ne souhaitait pas imposer sa volonté à d‘autres et que le fonctionnement harmonieux de la communauté internationale exigeait un respect mutuel.

“Je défendrai plus que tout les intérêts de l‘Amérique. Mais, dans la mise en oeuvre de nos obligations à l’égard des autres nations, nous considérons également que l‘intérêt général est de faire en sorte que toutes les nations aient droit à la souveraineté, à la prospérité et à la sécurité”.

Il a précisé qu‘avec un budget de 700 milliards de dollars, l‘armée américaine serait bientôt plus puissante qu‘elle ne l‘a jamais été.Abordant enfin, la crise au Venezuela, Donald Trump a jugé “totalement inacceptable” les violences qui s‘y déroulent.“Nous ne pourrons pas nous contenter de regarder”, a-t-il prévenu.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.