Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Akram Belkaïd, Paris
  • jeudi 14 septembre 2017 14:32

Les BRICS vous saluent bien: les messages de Xiamen [Le BLOG ECO]

 Leur étoile a certes pâli mais les BRICS sont encore là. Ces pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) affichent, pour certains, des performances économiques étincelantes (Chine et Inde, notamment) et contribuent au quart du produit intérieur brut mondial (PIB).

 

 On parle ici d’un regroupement qui pèse 40% de la population mondiale et dont la volonté n’est pas simplement de juste accompagner la mondialisation mais bien de l’influencer.

 La semaine dernière, le neuvième sommet de ces cinq pays, qui s’est tenu à Xiamen en Chine, a été l’occasion de démontrer que quelque chose d’important se passe à ce sujet.

 Le Mexique invité

 En effet, les cinq concernés ne se sont pas contentés de défendre l’ouverture commerciale à l’heure où les États-Unis de Donald Trump sont tentés par le protectionnisme et la remise en cause d’accords de libre-échange signés depuis longtemps.

 Sur le refus de la fermeture des frontières, la Chine, le Brésil, l’Afrique du sud et à un degré moindre, l’Inde, parlent d’une même voix. La Russie se sent, elle aussi, concernée puisque grande exportatrice de matières premières.

A lire les déclarations des responsables présents à Xiamen, il n’est pas difficile de décoder le message adressé à Washington : « En matière de globalisation, nous pouvons organiser quelque chose sans vous s’il le faut ».

 Autrement dit, l’idée que les progrès de l’ouverture commerciale puissent se faire sans le concours de l’Amérique est en train de faire son chemin.La présence du Mexique parmi les pays invités le démontre.

 On sait que Donald Trump veut la renégociation de l’accord de libre-échange nord-américain (Alena) qui lie son pays au Canada et à son voisin du Sud. En participant au sommet des BRICS, Mexico entend signifier qu’il existe pour lui des alternatives.

 Bien sûr, rien ne saurait remplacer pour lui le marché américain mais pour l’essentiel, dans la phase actuelle de négociations (très discrètes, au demeurant), les dirigeants mexicains veulent absolument prendre le train de la diversification des débouchés pour leurs exportations.

 Un contrepoids à l’influence américaine

 Mais il n’y a pas que l’économie qui concerne les BRICS. Le sommet de Xiamen a été l’occasion pour ces pays de se démarquer de la politique étrangère américaine sur plusieurs grands dossiers à commencer par celui de la Corée du Nord.

 S’ils ne rejettent pas l’idée de sanctions contre Pyongyang, ils refusent tout recours à la force et toute mesure par trop contraignante. En clair, les BRICS sont aussi l’expression du refus de l’unilatéralisme américain.

 Leur démarche est aussi un symptôme de l’insatisfaction de nombre de pays par rapport à l’immobilisme des grandes institutions internationales qui continent à être bâties selon un schéma hérité de la Seconde Guerre mondiale.

 Le Brésil, par exemple, plaide pour une refonte du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), dont les Etats-Unis ne veulent absolument pas entendre.

 On relèvera enfin la présence de deux pays africains lors de ce sommet. En invitant l’Égypte et la Guinée, les BRICS démontrent leur intérêt pour l’Afrique et son potentiel économique.

 C’est une manière de donner plus de visibilité et de considération à un continent qui demeure plus ou moins négligé en terme de fauteuils dans les grandes institutions internationales. Une manière aussi d’avancer ses pions dans une région où la compétition entre puissances économiques va aller en s’exacerbant.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Merci XIAMEN pour les conférences de presse

    Rapporter Oderoha vendredi 15 septembre 2017 14:28
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.