Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Reuters
  • jeudi 7 septembre 2017 09:01

L'Occident ferme les yeux sur la répression à Bahreïn - Amnesty International-

Les pays occidentaux, Etats-Unis et Grande-Bretagne en tête, ferment les yeux sur la répression à Bahreïn, royaume du Golfe où 169 opposants ont été arrêtés, torturés, menacés ou interdits de voyager entre juin 2016 et juin 2017, accuse Amnesty International dans un rapport publié jeudi.

 

Cette répression, estime l'organisation de défense des droits de l'homme, a coûté la vie à au moins six personnes, dont un enfant. Neuf cas d'opposants torturés en détention ont été transmis à l'ONG, dont huit pour le seul mois de mai 2017.


Amnesty déplore le silence des Etats-Unis et du Royaume-Uni. Les deux pays ont une forte capacité d'influence sur le royaume sunnite: la Ve flotte américaine y est basée et la marine britannique y dispose également d'importantes installations.


L'ONG relève que contrairement à l'ancien président Barack Obama, Donald Trump n'a pas dit un mot sur cette situation. "En mars 2017, le président Trump a déclaré au roi Hamad de Bahreïn: 'il n'y aura pas de pression avec cette administration.' Bahreïn semble avoir interprété cette déclaration comme un feu vert pour poursuivre la répression", commente Amnesty.
Bahreïn, dirigé par une dynastie sunnite, a une population majoritairement chiite qui réclame d'être mieux reconnue.

Le pays, en proie à des troubles depuis les printemps arabes de 2011, accuse l'Iran de radicaliser et d'armer des activistes pour tenter de renverser le gouvernement, ce que dément Téhéran. Les autorités bahreïnies n'ont pu être jointes dans l'immédiat. Le royaume réfute régulièrement toute violation des droits de l'homme.




Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.