Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent
  • vendredi 28 juillet 2017 14:30

Syrie : Le tiers des immeubles et la moitié des écoles endommagés par la guerre (BM)

 

Près de 538 000 emplois ont disparu en moyenne par an au cours des cinq premières années du conflit.

 

En Syrie, environ le tiers des immeubles et près de la moitié de tous les bâtiments scolaires et hospitaliers ont été endommagés ou totalement détruits par la guerre, estime un rapport de la Banque mondiale rendue public récemment.

Le même rapport établit que « l’effondrement des systèmes qui organisent la vie économique et sociale ainsi que la défiance qui s’est installée entre les citoyens du pays ont des répercussions économiques plus graves que les destructions matérielles ».

D’après la Banque mondiale, « près de 538 000 emplois ont été détruits en moyenne par an au cours des cinq premières années du conflit, les jeunes Syriens étant désormais confrontés à un taux de chômage de 78 %, ce qui ne leur laisse que peu d’options pour survivre ». De même que « le ciblage délibéré des infrastructures sanitaires a considérablement perturbé le système de santé, entraînant la réapparition de maladies transmissibles comme la polio. On estime à présent que le nombre de décès faute d’accès aux soins est supérieur à celui des morts directement imputables à la guerre ». Le rapport ajoute que « le système d’éducation est également mis à mal par les dommages matériels et les réquisitions d’écoles par les combattants tandis que, dans les grandes villes, le courant électrique ne fonctionne que deux heures par jour environ, à cause des pénuries d’essence, ce qui perturbe tout un éventail de services de base ».

« La guerre en Syrie est en train de disloquer le tissu économique et social du pays, constate Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Le nombre de victimes humaines est catastrophique mais la guerre détruit également les institutions et les systèmes indispensables au bon fonctionnement d’une société et leur remise en état sera éminemment plus délicate que la reconstruction des infrastructures. Et ce d’autant plus que le problème ne peut qu’empirer avec la poursuite du conflit».

« Nos résultats montrent que si la guerre s’achevait cette année, l’économie parviendrait à regagner, au cours des quatre années suivantes, 41 % de la déperdition enregistrée par rapport à son niveau d’avant le conflit, et que les pertes dues à la guerre sur deux décennies représenteraient 7,6 fois le PIB pré-conflit », explique Harun Onder, économiste senior à la Banque mondiale et auteur principal du rapport. Mais « dans la dixième année de conflit, moins d’un tiers de cet écart serait rattrapé en quatre ans après la fin du conflit et les pertes totales ressortiraient à 13 fois le PIB de 2010 en 20 ans. Nous estimons également que le nombre de Syriens fuyant leur pays pour se mettre à l’abri doublerait entre la sixième et la vingtième année du conflit», a-t-il ajouté.

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).

Algérie-La révision de la loi sur les hydrocarbures pourrait intervenir avant fin 2018

La révision de la loi sur les hydrocarbures prendra en charge non seulement" l’aspect fiscal mais aussi l’aspect légal, contractuel et tous les autres aspects relatifs à la loi", selon le P-dg de Sonatrach.