Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Octobre 2017

  •   APS
  • lundi 24 juillet 2017 12:27

L'application de l'accord OPEP-non OPEP "globalement excellente" (Guitouni)

Le ministre a exprimé la volonté de l'Algérie de coopérer avec les pays OPEP et non OPEP « dans un esprit de continuité ».

 

La mise en œuvre de l'accord de coopération entre les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et non OPEP est "globalement excellente", a affirmé, lundi à Saint-Pétersbourg (Russie), le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, qui a également réitéré que l'Algérie continuerait à œuvrer à la recherche de solutions  qui soient satisfaisantes pour tous.

"C'est pour moi une réelle satisfaction que de constater que la mise en œuvre de l'accord de coopération est globalement excellente, affichant un taux de conformité historiquement élevé. C'est indéniablement un signe de  réussite dont nous devons être fiers", a déclaré M. Guitouni lors de la 4ème réunion du Comité ministériel de Monitoring conjoint OPEP et non OPEP (JMMC), indique un communiqué du ministère de l'Energie.

Il a, en outre, témoigné de la volonté de l'Algérie de coopérer avec les pays OPEP et non OPEP "dans un esprit de continuité " et "dans le but commun de stabiliser le marché pétrolier et préserver ainsi les intérêts mutuels de nos pays", soulignant que l'Algérie "continuera à œuvrer à la recherche de solutions qui soient satisfaisantes pour tous".

Par ailleurs, il a remercié ses homologues membres du JMMC et le pays hôte (Russie) pour "les efforts engagés" pour la mise en œuvre de la déclaration de coopération du 30 décembre 2016.

A la veille de cette réunion, M. Guitouni s'était entretenu avec le président de l'OPEP, Khalid Al-Falih (ministre saoudien de pétrole), le SG de cette organisation, Mohamed Barkindo, ainsi que plusieurs de ses homologues de pays OPEP et non OPEP.

Ces entretiens ont porté sur plusieurs sujets, notamment l'évolution des marchés pétroliers, les conditions de production ainsi que la mise en œuvre de la déclaration de coopération signée lors de la conférence ministérielle  OPEP-non OPEP en décembre 2016.

Ils ont également évoqué les efforts déployés et maintenus par les pays OPEP-non OPEP et de leur volonté de stabiliser les marchés pétroliers sur le moyen et long terme.

Pour rappel, l'OPEP et onze pays producteurs non OPEP se sont engagés dans une réduction de leur production devant durer jusqu'en mars 2018 afin de réduire l'excès d'offre qui pèse sur les cours de l'or noir.

Cette rencontre du JMMC permettra d'évaluer le niveau d'application de l'accord de réduction de la production et d'élaborer éventuellement des recommandations en vue d'apporter des ajustements pour mieux stabiliser le  marché pétrolier.

Ces recommandations seront ensuite soumises à la prochaine réunion de l'OPEP.

Le JMMC a été créé à la suite de la 171ème Conférence ministérielle de l'OPEP tenue en novembre 2016 et de la Déclaration de coopération ultérieure faite lors de la réunion ministérielle conjointe OPEP-non OPEP tenue en décembre 2016 à Vienne.

Le JMMC est composé de trois pays membres de l'OPEP (Algérie, Koweït et Venezuela) et de deux pays non membres de l'OPEP (Russie et Oman).

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • L'application de l'accord OPEP-non OPEP jugée "globalement excellente" par l’auteur n’est en vérité qu’une alliance entre l’Arabie Saoudite et la Russie. Celle-ci (alliance) a été une fois impensable mais est qu'un partenariat de circonstance face à leur adversaire commun qui est l’offre excédentaire créé par l’essor de l’industrie américaine du schiste. Cette alliance aussi unorthodoxe qu’elle soit explique bien ce jeu dangereux lié aux énergies fossiles et aux revenues faciles mais combien éphémères qu’on en tire.
    L’Algérie se trouvant comme toujours du mauvais côté n’a qu’un intérêt d’ordre mineur dans cette alliance. Elle la soutient néanmoins mais seulement pour une poignée de Dollars. Ces quelques Dollars peuvent facilement être remplacés ou du moins minorés par une production diversifiée, variée et basée sur un système national socio politique équitable et juste . . . . .

    Rapporter Faro Laz mardi 25 juillet 2017 11:53
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- A l'horizon 2020, "le Trésor public n'aura besoin de recourir à aucun financement" (ministre)

Le déficit du Trésor public devrait baisser à 55 milliards de dinars en 2019 grâce au recours au financement non conventionnel, a indiqué dimanche le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l’aventure algérienne (2ème partie)

  Dans la première partie de cette contribution sur le gaz de schiste, l’auteur a dressé le panorama de l’industrie des hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis. Qu’en est il de l’Algérie ?       II.            Et l’Algérie dans tous ça ! quel exemple ? Prédisposition géologique, vers une pétrolisation du schiste Les bassins d’hydrocarbures algériens consistent dans deux formations de gaz et de pétrole, le schiste du Silurien...

Les réserves de change de l'Algérie devraient baisser à 85,2 milliards de dollars fin2018 (ministre)

Les importations devraient poursuivre une tendance baissière pour atteindre 43,6 mds usd en 2018, puis 41,4 mds usd en 2019 et 40,9 mds usd en 2020.