Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Ahmed Bounour
  • lundi 24 juillet 2017 09:15

La Russie estime nécessaire l’implication du Nigeria et de la Libye dans l’accord pétrolier

Quelque 700.000 barils/jour supplémentaires ont été mis sur le marché par ces deux pays au cours de ces derniers mois.

 

Le ministre russe de l’Energie, Alexander Novak a  appelé le Nigeria et la Libye  à se joindre, dès que leur production se stabilise, à l’accord de réduction de production pétrolière qui réunit les membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et leurs partenaires.

Ces deux pays membres de l’Opep exemptés de l’accord en raison de la situation difficile qu’ils connaissent sont devenus, depuis quelques mois, un véritable casse-tête pour les signataires de l’accord en raison de l’augmentation inattendue et continue de leurs productions pétrolière respectives.

« Je pense que ces pays (Le Nigeria et la Libye) devraient joindre leurs efforts à ceux des pays producteurs de pétrole ayant fait preuve de responsabilité, dès qu’ils auront atteint un niveau stable de production, en vue de participer au réequilibrage du marché », a déclaré le ministre russe au Financial Times. « Nous pensons qu’à partir du moment où la production libyenne et nigériane se stabilise, il y aura moins d’incertitude au niveau du marché», a-t-il ajouté.

L’augmentation de la production nigériane et libyenne inquiète tout particulièrement l’Opep dont un délégué a déclaré, sous couvert d’anonymat il y a quelques semaines, qu’il n’était pas exclu de fixer une limite de production à ces deux pays.

D’après l’Agence internationale de l’Energie (AIE), 700.000 barils/jour supplémentaires ont été mis sur le marché par ces deux pays au cours de ces derniers mois.

Dans son dernier rapport, l’AIE a révélé que le taux de conformité des membres de l’Opep avec l’accord de réduction de la production pétrolière a été particulièrement bas en juin dernier comparativement aux six mois précédents, passant de 95%, au mois de mai, à 78% le mois dernier.

Sans l’AIE l’Algérie figure parmi les pays n’ayant pas respecté la limite fixée par l’accord de réduction de la production, aux côtés de l’Equateur, du Gabon, de l’Irak et des Emirats arabes unis. L’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar et l’Angola ont respecté rigoureusement l’accord, quant à eux, mais sans pouvoir équilibrer la situation, poursuit la même source.

L’accord prévoit, rappelons-le, une réduction de 1,8 millions de barils par jour et devrait s’étaler jusqu’au mois de mars de l’année prochaine.

 

 

 

n


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).

Algérie-La révision de la loi sur les hydrocarbures pourrait intervenir avant fin 2018

La révision de la loi sur les hydrocarbures prendra en charge non seulement" l’aspect fiscal mais aussi l’aspect légal, contractuel et tous les autres aspects relatifs à la loi", selon le P-dg de Sonatrach.