Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Ahmed Bounour
  • mercredi 5 juillet 2017 14:29

L’Arabie saoudite et ses alliés en réunion pour étudier les réponses du Qatar

La liste d'exigences "ne porte pas sur le terrorisme, elle appelle à mettre fin à la liberté d'expression", estime le Qatar.

 

C’est aujourd’hui que l'Arabie saoudite et ses alliés se réunissent afin de décider des mesures à prendre suite au rejet de leurs exigences par le Qatar.

La réunion qui se tient au Caire et à laquelle participeront  les chefs de la diplomatie de l'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de Bahreïn et d'Egypte s’annonce  cruciale, Doha ayant jugé "irréalistes" les treize exigences formulées par ses adversaires.

Ces derniers réclament, entre autres, la fermeture d'une base militaire turque et celle de la chaîne de télévision Al Jazeera. Ils exigent également que le Qatar réduise ses relations avec l’Iran.

Dans un message adressé au Koweït, qui joue le rôle de médiateur  entre le  Qatar et ses voisins, le ministre qatari des affaires étrangères, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani a déclaré que la liste "ne porte pas sur le terrorisme, elle appelle à mettre fin à la liberté d'expression".  Il a également estimé que les exigences de l’Arabie saoudite et de ses alliés portaient atteinte à la souveraineté de son pays.

"Nous sommes devant un tournant historique qui n'a rien à voir avec la question de souveraineté", a rétorqué mardi un ministre d'Etat émirati, Anwar Gargash, sur Twitter. Le Qatar doit choisir entre "préserver (ses liens avec ses voisins) ou divorcer", a-t-il ajouté.

En réponse, le Qatar avait annoncé, le jour même, sa volonté d’augmenter sa production de gaz de 30%.

Saad Al-Kaabi, P-DG du groupe public Qatar Petroleum (QP) avait déclaré, au cours d’une conférence de presse tenue à Doha, que son pays envisageait de produire 100 millions de tonnes de gaz naturel par an, à l'horizon de 2024. Il a ajouté que son pays comptait atteindre cet objectif même si ses adversaires réussissaient à l’empêcher de nouer des partenariats avec de grands groupes internationaux.

A partir du 5 juin dernier, les voisins du Qatar ont imposé des sanctions économiques à ce pays qu’ils accusent de soutenir le terrorisme en plus d’avoir des relations jugées « trop étroites » avec l’Iran.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Ils attendent une révélation que doit avoir leur nouveau Prophète Trump (Paix et bénédiction de Satan sur lui)
    De l'autre côté, Le Qatar n'est pas i100% nnocent.
    Comme l'on dit au Far West Algérien, le premier​ a égorgé le chien, l'autre l'a dépecé.

    Rapporter Derdour jeudi 6 juillet 2017 08:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).

Algérie-La révision de la loi sur les hydrocarbures pourrait intervenir avant fin 2018

La révision de la loi sur les hydrocarbures prendra en charge non seulement" l’aspect fiscal mais aussi l’aspect légal, contractuel et tous les autres aspects relatifs à la loi", selon le P-dg de Sonatrach.