Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 20 Août 2017

  •   Ahmed Bounour
  • mercredi 5 juillet 2017 14:29

L’Arabie saoudite et ses alliés en réunion pour étudier les réponses du Qatar

La liste d'exigences "ne porte pas sur le terrorisme, elle appelle à mettre fin à la liberté d'expression", estime le Qatar.

 

C’est aujourd’hui que l'Arabie saoudite et ses alliés se réunissent afin de décider des mesures à prendre suite au rejet de leurs exigences par le Qatar.

La réunion qui se tient au Caire et à laquelle participeront  les chefs de la diplomatie de l'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de Bahreïn et d'Egypte s’annonce  cruciale, Doha ayant jugé "irréalistes" les treize exigences formulées par ses adversaires.

Ces derniers réclament, entre autres, la fermeture d'une base militaire turque et celle de la chaîne de télévision Al Jazeera. Ils exigent également que le Qatar réduise ses relations avec l’Iran.

Dans un message adressé au Koweït, qui joue le rôle de médiateur  entre le  Qatar et ses voisins, le ministre qatari des affaires étrangères, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani a déclaré que la liste "ne porte pas sur le terrorisme, elle appelle à mettre fin à la liberté d'expression".  Il a également estimé que les exigences de l’Arabie saoudite et de ses alliés portaient atteinte à la souveraineté de son pays.

"Nous sommes devant un tournant historique qui n'a rien à voir avec la question de souveraineté", a rétorqué mardi un ministre d'Etat émirati, Anwar Gargash, sur Twitter. Le Qatar doit choisir entre "préserver (ses liens avec ses voisins) ou divorcer", a-t-il ajouté.

En réponse, le Qatar avait annoncé, le jour même, sa volonté d’augmenter sa production de gaz de 30%.

Saad Al-Kaabi, P-DG du groupe public Qatar Petroleum (QP) avait déclaré, au cours d’une conférence de presse tenue à Doha, que son pays envisageait de produire 100 millions de tonnes de gaz naturel par an, à l'horizon de 2024. Il a ajouté que son pays comptait atteindre cet objectif même si ses adversaires réussissaient à l’empêcher de nouer des partenariats avec de grands groupes internationaux.

A partir du 5 juin dernier, les voisins du Qatar ont imposé des sanctions économiques à ce pays qu’ils accusent de soutenir le terrorisme en plus d’avoir des relations jugées « trop étroites » avec l’Iran.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Ils attendent une révélation que doit avoir leur nouveau Prophète Trump (Paix et bénédiction de Satan sur lui)
    De l'autre côté, Le Qatar n'est pas i100% nnocent.
    Comme l'on dit au Far West Algérien, le premier​ a égorgé le chien, l'autre l'a dépecé.

    Rapporter Derdour jeudi 6 juillet 2017 08:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Lahouari Addi:"Dire que le Président Bouteflika et son frère décident de tout est une légende"

Pour professeur de sociologie à Sciences Po Lyon, Lahouari Addi, l’Algérie est toujours dirigé par des appareils clandestins qui fonctionnent selon la logique hérités du Mouvement national et Ouyahia « est le haut fonctionnaire qui applique les compromis entre les différents centres de décision »

Opep : Une nouvelle réunion pour s’assurer du respect de l’accord pétrolier

  La production des membres de l’OPEP avait atteint au mois de juillet son niveau le plus élevé depuis sept mois.

Maroc: Le gouvernement El Othmani prépare la rentrée sociale en revoyant les conditions d'accès à l'IPE

Le gouvernement marocain veut simplifier l'accès à l'indemnité de perte d'emploi (IPE) pour les salariés du secteur privé, une catégorie de personnels la plus touchée par les licenciements. Le chef de gouvernement ''PJD'iste'' Sad Eddine El Othmani, qui prépare une difficile rentrée sociale, veut mettre en place un dispositif social plus juste.