Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Octobre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • mercredi 5 juillet 2017 14:29

L’Arabie saoudite et ses alliés en réunion pour étudier les réponses du Qatar

La liste d'exigences "ne porte pas sur le terrorisme, elle appelle à mettre fin à la liberté d'expression", estime le Qatar.

 

C’est aujourd’hui que l'Arabie saoudite et ses alliés se réunissent afin de décider des mesures à prendre suite au rejet de leurs exigences par le Qatar.

La réunion qui se tient au Caire et à laquelle participeront  les chefs de la diplomatie de l'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de Bahreïn et d'Egypte s’annonce  cruciale, Doha ayant jugé "irréalistes" les treize exigences formulées par ses adversaires.

Ces derniers réclament, entre autres, la fermeture d'une base militaire turque et celle de la chaîne de télévision Al Jazeera. Ils exigent également que le Qatar réduise ses relations avec l’Iran.

Dans un message adressé au Koweït, qui joue le rôle de médiateur  entre le  Qatar et ses voisins, le ministre qatari des affaires étrangères, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani a déclaré que la liste "ne porte pas sur le terrorisme, elle appelle à mettre fin à la liberté d'expression".  Il a également estimé que les exigences de l’Arabie saoudite et de ses alliés portaient atteinte à la souveraineté de son pays.

"Nous sommes devant un tournant historique qui n'a rien à voir avec la question de souveraineté", a rétorqué mardi un ministre d'Etat émirati, Anwar Gargash, sur Twitter. Le Qatar doit choisir entre "préserver (ses liens avec ses voisins) ou divorcer", a-t-il ajouté.

En réponse, le Qatar avait annoncé, le jour même, sa volonté d’augmenter sa production de gaz de 30%.

Saad Al-Kaabi, P-DG du groupe public Qatar Petroleum (QP) avait déclaré, au cours d’une conférence de presse tenue à Doha, que son pays envisageait de produire 100 millions de tonnes de gaz naturel par an, à l'horizon de 2024. Il a ajouté que son pays comptait atteindre cet objectif même si ses adversaires réussissaient à l’empêcher de nouer des partenariats avec de grands groupes internationaux.

A partir du 5 juin dernier, les voisins du Qatar ont imposé des sanctions économiques à ce pays qu’ils accusent de soutenir le terrorisme en plus d’avoir des relations jugées « trop étroites » avec l’Iran.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Ils attendent une révélation que doit avoir leur nouveau Prophète Trump (Paix et bénédiction de Satan sur lui)
    De l'autre côté, Le Qatar n'est pas i100% nnocent.
    Comme l'on dit au Far West Algérien, le premier​ a égorgé le chien, l'autre l'a dépecé.

    Rapporter Derdour jeudi 6 juillet 2017 08:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- A l'horizon 2020, "le Trésor public n'aura besoin de recourir à aucun financement" (ministre)

Le déficit du Trésor public devrait baisser à 55 milliards de dinars en 2019 grâce au recours au financement non conventionnel, a indiqué dimanche le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l’aventure algérienne (2ème partie)

  Dans la première partie de cette contribution sur le gaz de schiste, l’auteur a dressé le panorama de l’industrie des hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis. Qu’en est il de l’Algérie ?       II.            Et l’Algérie dans tous ça ! quel exemple ? Prédisposition géologique, vers une pétrolisation du schiste Les bassins d’hydrocarbures algériens consistent dans deux formations de gaz et de pétrole, le schiste du Silurien...

Les réserves de change de l'Algérie devraient baisser à 85,2 milliards de dollars fin2018 (ministre)

Les importations devraient poursuivre une tendance baissière pour atteindre 43,6 mds usd en 2018, puis 41,4 mds usd en 2019 et 40,9 mds usd en 2020.