Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 21 Juillet 2017

  •   Akram Belkaïd (Paris)
  • vendredi 31 mars 2017 09:32

L’économie mondiale parasitée : paradis fiscaux, le vol organisé [Le BLOG ECO]

  

Rien ne change ou presque. Malgré les déclarations catégoriques des politiques, les paradis fiscaux demeurent un outil idéal pour diminuer l’imposition sur les bénéfices et pour priver les Etats de précieuses ressources.

C’est ce qui ressort d’une étude que viennent de publier l’organisation non-gouvernementale Oxfam et le réseau Fair Finance Guide International (*)

Le document s’intéresse à 20 grandes banques européennes et analyse leurs résultats pays par pays. Et le constat est édifiant : ces établissements, note Oxfam, «déclarent 1 euro sur 4 de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, soit un total de 25 milliards d’euros pour l’année 2015. Un montant en déconnexion complète avec la réalité économique de ces territoires, qui ne représentent que 5 % du PIB mondial et 1 % de la population mondiale. »

 

Parasites

 

En réalité, il n’est nul besoin de grandes démonstrations pour prouver que les paradis fiscaux opèrent un parasitage de l’économie mondiale.  A preuve, Oxfam indique que les « plus grandes banques européennes déclarent 26 % de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux (…) mais seulement 12 % de leur chiffre d’affaires et 7 % de leurs employés. »

En d’autres termes, «le décalage est flagrant entre la part de leurs bénéfices déclarés dans les paradis fiscaux et celle des autres indicateurs d’activités que sont le chiffre d’affaires et la main-d’œuvre.»

Plus important encore, l’un des enseignements de l’étude est que «les activités des 20 banques européennes sont plus de deux fois plus lucratives dans les paradis fiscaux que dans les autres pays.»

 Ainsi, pour 100 euros de chiffre d’affaires, ces établissements déclarent 42 euros de bénéfices dans les paradis fiscaux, contre 19 euros en moyenne. Et Oxfam de relever des exemples pour le moins étonnants : «certains cas, tels que celui des Iles Caïmans, mettent en lumière le caractère atypique de ces juridictions, où les banques atteignent des sommets de rentabilité : pour 100 euros de chiffre d’affaires, ce sont 167 euros de bénéfices qui y sont en moyenne récoltés.»

 En clair, non seulement, il y a optimisation fiscale mais aussi maximisation des bénéfices. Et cela, en toute légalité, du moins pour le moment. Que faire devant ces pratiques abusives ? La question est d’importance d’autant que l’étude ne concerne que les banques européennes lesquelles sont obligées par une directive européenne de faire preuve de transparence.

 D’autres secteurs ne sont donc pas concernés et il serait utile de connaître leurs chiffres dans ces paradis fiscaux. Car, à l’heure où les inégalités se creusent en Europe et où les partis populistes ont le vent en poupe, la nécessité de défendre une redistribution équitable des bénéfices est une priorité. Car cette fuite des ressources fiscales dont sont privés les Etats a pour conséquence immédiate d’affaiblir ces derniers.

 

 Manque de solidarité

 

Pour autant, l’impunité demeure totale. Prompts à s’écharper sur les questions identitaires, les différents courants politiques évitent – à quelques exceptions près – d’aborder de front la nécessité de lutter sérieusement contre les paradis fiscaux. 

Certes, le problème est épineux ne serait-ce que parce que certains d’entre eux sont membres de l’Union européenne. C’est le cas de l’Irlande et du Luxembourg dont les dirigeants refusent la convergence communautaire en matière de législation fiscale.Mais dans un contexte de raréfaction des ressources budgétaires et d’aggravation des déficits et de l’endettement public, récupérer ne serait-ce qu’une partie des sommes détournées de l’impôt grâce aux paradis fiscaux serait un progrès énorme.

 

 (*) « Banques en exil : comment les grandes banques européennes profitent des paradis fiscaux », 27 mars 2017.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Facebook, lanceur d'alerte ou tribunal populaire? (les éclairages d'Akram Kharief)

Vidéos

Société Générale Algérie a réalisé un résultat net de 5,6 milliards DA en 2016

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc : La marche d’Al Hoceima violemment empêchée par les forces de sécurité, un militant grièvement blessé

La manifestation de jeudi 20 juillet à Al Hoceima pour la libération des militants du mouvement rifain ''Hirak'' et la fin de la répression dans le Rif, empêchée de se tenir par les forces de sécurité, a fait plusieurs blessés, dont un militant du Hirak, Imad El Attabi, dont le pronostic vital est engagé.

Tunisie- Les prix de voitures ont augmenté de 20% en quelques semaines, suite à la chute du dinar

Les concessionnaires prévoient une augmentation continue des prix de véhicules pour les prochaines semaines, tant le gouvernement « persiste » dans sa politique de réduction des importations.

Algérie- Le gouvernement veut assainir la situation des marchandises en souffrance au niveau des ports

    Le ministre du Commerce, Ahmed Abdelhafid Saci a appelé jeudi à Alger à trouver des solutions définitives aux marchandises en souffrance au niveau des ports maritimes et secs à travers un examen au cas par cas en fonction des priorités, mettent en avant l'impératif d'un contrôle total sur les produits soumis aux licences d'importation, indique  un communiqué du ministère.