Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Juin 2017

  •   Akram Belkaïd (Paris)
  • dimanche 1 janvier 2017 05:09

La chronique éco : 2016, année du pétrole et de l’uberisation (BLOG)

 

La fin d’année étant toujours propice au bilan, l’économie ne saurait donc échapper à cet exercice. Que faut-il alors retenir de 2016 ? A bien des égards, le pétrole et ses prix auront été l’un des points marquants de l’actualité.

 

 L’année avait commencé dans la déprime et dans les prévisions les plus pessimistes (on parlait d’un baril à moins de vingt dollars). Depuis fin novembre, accord de réduction de la production au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) oblige, on est passé à plus d’optimisme avec des cours à la hausse.

 Question d’importance : la tendance se maintiendra-t-elle pour 2017 ? Nombre d’experts en sont persuadés mais préviennent qu’un retournement est toujours possible pour peu que l’économie chinoise ralentisse encore.

 

La Chine se redéploie

 

Justement, parlons de l’ex-empire du milieu. En 2016, le monde s’est habitué à une idée qui peut paraître banale mais qui a longtemps été considérée comme inquiétante (impossible ?). Avec moins de 7%, voire moins de 6%, de croissance du Produit intérieur brut (PIB), l’économie chinoise ne fait plus d’étincelles.

 Le temps des taux à deux chiffres semble ainsi révolu. Cela influence la conjoncture mondiale, cela affecte les pays exportateurs de matières premières, notamment africains, mais cela amène une nouveauté.

 Pour les autorités de Pékin, l’heure est plus que jamais à la rationalisation et à la recherche de nouveaux débouchés à l’étranger grâce à d’importantes réserves de change : entreprises, infrastructures, notamment portuaires, terres arables, la Chine a été à l’offensive en 2016.

 Ses acquisitions via des conglomérats d’Etat inquiètent ici et là. Aux Etats-Unis, le président élu Donald Trump désigne ce pays comme un «ennemi» et menace de déclencher une guerre commerciale contre lui. En Europe, des voix s’élèvent pour mettre en garde contre les prises de contrôles des fleurons européens par des intérêts chinois. Un dossier à suivre en 2017.

 L’année 2016 restera aussi marquée par l’émergence d’un nouveau terme, celui d’«uberisation ». Tiré du nom de l’entreprise de transport pour particuliers Uber, ce mot résume une tendance de fond d’une partie de l’économie de service. C’est la combinaison des nouvelles technologies de l’information alliée aux nouveaux modes de consommation.

 Grâce aux « applis » (applications, c’est-à-dire des programmes informatiques) des téléphones mobiles dits intelligents, le client se met directement en contact avec son fournisseur de service. Les coûts sont réduits et le nombre d’intermédiaires sont diminués.

 Dans de nombreuses activités, le ticket d’entrée, autrement dit ce qu’il faut investir pour un nouveau venu dans le secteur, est lui aussi moins important. Cela ouvre de nouvelles opportunités, cela avive la concurrence et cela bouscule les opérateurs traditionnels.

 Durant 2016, l’uberisation a été mise en accusation pour au moins deux raisons : la première, c’est qu’elle détruit des emplois ou bien alors qu’elle détruit de «bons» emplois pour les remplacer par des postes précaires. De nombreuses études mettent en garde contre la disparition de millions de postes de travail ce qui aurait des conséquences sociales et politiques graves.

 La seconde, c’est que cette mutation économique est orchestrée par des multinationales qui excellent dans «l’art» de payer le moins d’impôts possibles. Il ne fait nul doute que ces questions se poseront en 2017.

 

A quand, le revenu pour tous ?

 

  Autre thème très commenté en 2016, celui du revenu minimum universel. Le principe en est simple : une somme d’argent pour tout le monde et tous les mois. Une utopie ? Pas si sûr. Des pays scandinaves testent déjà des dispositifs comparables. L’objectif ? Faire sortir les gens de la précarité, offrir un revenu complémentaire à ceux qui travaillent déjà (et qui pourraient donc être tentés de moins travailler ce qui offrirait plus d’opportunités aux chômeurs).

 Très réticents à l’égard de ce thème longtemps porté par l’extrême-gauche, les grands partis politiques européens s’en sont finalement emparés. Cela débouchera certainement sur quelque chose. Espérons alors que l’Algérie et d’autres pays arabes se pencheront enfin, et dès 2017, sur cette question susceptible d’amoindrir nombre de tensions sociales.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Cette année 2016, pourrait être plutôt celle de la lutte contre le pétrole. Cette ressource qui nous vient d’un hasard ou d’un accident historico-géologique dans le sol algérien aurait dû nous permettre d’arranger au mieux nos vies et possiblement notre futur. En lisant presque tous les medias du pays en ligne, je suis forcé de croire que ce n’est pas le cas. Je voudrais conseiller en ce premier jour de la nouvelle année, qu’en plus de nos objectifs personnels, faisons une autre résolution de Nouvel An : pour faire de celle-ci celle qui nous fera vraiment « passer au Vert » comme ce très bon exemple qui nous vient de la vallée du M’zab et qui l'admiration mondiale. Soutenir les initiatives environnementales doit être une de nos priorités et doit être reflétées par le biais de notre engagement à protéger contre toutes les formes de pollution et à protéger nos ressources fragiles et finies. Selon notre âge, travail, emplacement etc., nos priorités peuvent différer, mais nos actions devraient être à l’unisson vers la protection de l’environnement.
    Nous devons comprendre que nous avons très imprudemment pillé ces ressources et dans un court laps de temps en causant beaucoup de malheurs et de catastrophes. Je suis convaincu qu’etant incapables de nous gouverner convenablement dans un Etat de Droit, ou nous octroyer un revenu minimum universel, ou nous assurer une retraite digne et honorable specifique a chaque citoyen, nous pouvons au moins chacun à son niveau personnel aider à prendre des mesures préventives pour éviter de potentielles catastrophes naturelles dans l’avenir. Nous pouvons nous commettre avec de sincères promesses et engagements sérieux pour la protection de notre environnement sinon laissez-nous, à tout le moins, essayez d’appuyer les activités et toutes les tâches à partir de cette année, chose que nous n’avons pas pratiqué plus tôt.
    Bonne Année a chacun et a tous et toutes.

    Rapporter Faro Laz dimanche 1 janvier 2017 13:23
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Bousaada se prend à rêver d'un nouvel age d'or du tourisme

Privilégiée par un potentiel naturel et culturel exceptionnel, Boussaâda nourrit la nostalgie de "l’âge d’or" de l’activité touristique des années soixante-dix du siècle dernier, tout en entretenant l’espoir d’une relance véritable et pérenne de celle-ci, à la faveur d’un retour, certes timide mais prometteur des touristes nationaux et étrangers.

Trump veut la "dominance mondiale" pour les Etats-Unis sur le marché de l’énergie

 Donald Trump a écœuré beaucoup de monde en décidant de retirer les Etats-Unis des accords de Paris sur le réchauffement climatique. Son tout-fossile risque cependant d’écœurer les autres pays producteurs qui tentent de rééquilibrer le marché.

Les géants de l’Internet à l’assaut de la "vieille économie" : le grand bond d’Amazon [Le BLOG ECO]

  Il fut un temps où la différenciation entre acteurs économiques de l’internet et acteurs traditionnels était évidente. Aujourd’hui, les frontières se brouillent et la convergence entre les deux est une réalité. Cette tendance lourde est parfaitement illustrée par le cas Amazon.