Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 25 Septembre 2017

  •   Sana Harb
  • dimanche 25 décembre 2016 08:18

Le président Al-Sissi minimise le poids de l’armée dans l’économie égyptienne

 Al Sissi: nous aurions aimé que l'armée ait 50% de l'économie! (dr)

La part de l’armée dans l’économie égyptienne se situe entre 1,5 et 2% a affirmé samedi le président égyptien Abdelafatah Al-Sissi qui démentait des évaluations faites par des observateurs situant la part des forces armées entre 20 à 50%.

 

 « J'aurais aimé que cela soit vrai, l’armée c’est l’Etat. Mais les forces armées égyptiennes ne détiennent pas 50% de l'économie. Le chiffre réel est de 1,5% à 2%" a-t-il déclaré à une cérémonie consacré à l’expansion d’une entreprise de l’armée. «Nous aurions aimé être à 50% » a-t-il dit car l’armée et l’Etat font «un ».

 Les forces armées se sont acquittées des taxes sur tous les projets et sont soumises aux normes et aux audits, a-t-il précisé. Selon lui, la différence entre les entreprises de l’armée et les autres sociétés réside dans le «niveau de discipline ».

 Le poids économique de l’armée égyptienne est – en l’absence de données chiffrées officielles – une source permanente de spéculation.  Mais le chiffre de 1,5% à 2% donné par Al-Sissi est très éloigné de l’estimation la plus basse donnée par les observateurs de 20%. Les estimations les plus élevées donnant une part de 45 à 50% de l’économie à l’armée.

 L’Egypte, sous Nasser, a suivi le modèle des pays socialistes dans sa politique d’industrialisation et certains ont évoqué la constitution d’un complexe «militaro-industriel ». L’armée égyptienne produit des armes mais également des produits alimentaires et d’autres marchandises «civiles » pour satisfaire ses propres besoins.

 Pourtant, le rôle économique de l’armée s’est davantage accru durant la période «libérale » de Hosni Moubarak avec des investissements dans pratiquement tous les secteurs. En 2012, la correspondante du journal Le Monde faisait le constat du grand poids de l’armée

 «Jouant sur tous les tableaux, les militaires tirent parti de leurs réseaux politiques pour obtenir des contrats juteux. Ils exploitent la main-d’œuvre gratuite que constituent les soldats dans des usines qui ne sont pas soumises au droit syndical ni au droit du travail. A ce régime, leurs affaires prospèrent. L'armée assure 18 % de la production alimentaire nationale. Les bénéfices se compteraient en milliards de dollars.»

 




Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "Le gouvernement Ouyahia n’a aucune intention de faire des réformes" - Abdesselam Ali-Rachedi

 L’ancien député Abdesselam Ali-Rachedi estime que l’impasse était prévisible depuis 2012.  Selon lui, le pouvoir cherche « plus à camoufler le déficit qu’à le juguler ».

Algérie- Au moins 600 000 postes d’emploi inoccupés dans l'agriculture (ministre)

Quelque 600 000 postes d’emploi se rapportant à l’agriculture sont encore inoccupés sur le territoire national faute de postulants, a affirmé dimanche à Sidi Lakhdar (Aïn Defla), le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki, appelant les jeunes à opter pour ce créneau d’activité porteur.

Tunisie : Le projet de loi de finances 2018 annonce des jours encore plus durs aux tunisiens

 L'augmentation des taux d'imposition et notamment des différents taux de la TVA, du droit de consommation et la création d’une Contribution Sociale Généralisée, semblent être les grandes orientations prévues dans le projet de loi de Finances 2018, commentées par l'expert comptable, Walid Ben Salah.