Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Karim Sabeur
  • jeudi 24 novembre 2016 14:26

L’Afrique a besoin de 30 milliards USD/an pour réussir sa transformation agricole (BAD)



La Banque africaine de développement a annoncé vouloir contribuer à hauteur de 2,4 milliards de dollars par an pour les dix prochaines années, afin de combler le déficit de financement du secteur agricole.

 

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a lancé sa Stratégie « Nourrir l’Afrique - la Transformation Agricole en Afrique 2016-2025 » dans un atelier organisé à Tunis. Selon des informations parvenant de la Banque, l'objectif de cet atelier régional était de sensibiliser toutes les parties prenantes de la région de l'Afrique du nord et d'obtenir leur soutien et adhésion aux orientations de la Stratégie pour « Nourrir l’Afrique ».
L'événement a réuni près de 100 participants des secteurs public et privé dont des représentants d’organisations de la société civile, des jeunes entrepreneurs, des femmes, des universitaires, des partenaires du développement, des étudiants) de la région. C’est Abdallah Rabhi, secrétaire d’Etat aux Ressources hydrauliques et à la pêche de Tunisie, qui a été le premier à insister sur l’importance du secteur agricole dans le développement des pays africains et sur les défis à relever pour faire de ce secteur un vrai moteur de croissance économique inclusive. Le Secrétaire d’Etat à la production agricole, Omar El Behi, a décrit certains des programmes de développement de l’huile d’olive, des céréales et des dispositions prévues dans le nouveau code d’investissement pour encourager l’investissement dans le secteur agricole en Tunisie.
Dans son exposé, Chiji Ojukwu, directeur du département de l’Agriculture et de l’agro-industrie de la BAD a fait un diagnostic de la situation du secteur agricole en Afrique en quelques chiffres. Ojukwu a présenté les initiatives phares (agropoles, promotion de l’entreprenariat en faveur des jeunes, mécanisme de partage de risque pour booster le financement de l’agriculture, technologies, Développement des réseaux d’intrants agricoles, mécanisation…) que la Banque met en œuvre en appui à la stratégie « Nourrir l’Afrique ».
Contribuer au financement du secteur agricole
La Banque africaine de développement a annoncé vouloir contribuer à hauteur de 2,4 milliards de dollars par an pour les dix prochaines années, afin de combler le déficit de financement du secteur agricole. « Nous espérons que cela encouragera les autres partenaires au développement et les pays eux-mêmes à contribuer aux 30 milliards de dollars nécessaires chaque année pour une transformation agricole en Afrique », a-t-il conclu.
Selon la Banque qui a diffusé ces informations sur son site, un « panel de discussion » a abordé divers thèmes liés à la stratégie. L’atelier s’est terminé par une séance de discussion ouverte sur la stratégie « Nourrir l’Afrique ».
Elle permettra de contribuer à l'élimination de l'extrême pauvreté en Afrique d'ici à 2025, de mettre fin à la faim et à la malnutrition en Afrique d'ici à 2025, de faire de l'Afrique un exportateur net de denrées alimentaires. Elle devra aussi placer l'Afrique au sommet des chaînes de valeur mondiales orientées vers l'exportation des produits pour lesquels elle a un avantage comparatif, ajoute le Groupe de la Banque africaine de développement.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Nul n'ignore que l'Afrique est la proie des Etats qui manquent de terres riches: Arabie saoudite, japon, même la Chine achètent des terres aux paysans pauvres africains pour les exploiter intensivement et les appauvrissant.
    La BAD n'est pas étrangère à c opération de bradage des richesses africaines, elle l'avoue " Elle devra aussi placer l'Afrique au sommet des chaînes de valeur mondiales orientées vers l'exportation des produits pour lesquels elle a un avantage comparatif, ajoute le Groupe de la Banque africaine de développement. Un exemple: le cacao nourrit-il les pays producteurs? Ou Nestlé?
    La bauxite de Guinée nourrit-elle les Guinéens ou Bolloré?

    Rapporter Larbi vendredi 25 novembre 2016 16:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.