Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 23 Février 2018

  •   Karim Sabeur
  • jeudi 24 novembre 2016 14:26

L’Afrique a besoin de 30 milliards USD/an pour réussir sa transformation agricole (BAD)



La Banque africaine de développement a annoncé vouloir contribuer à hauteur de 2,4 milliards de dollars par an pour les dix prochaines années, afin de combler le déficit de financement du secteur agricole.

 

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a lancé sa Stratégie « Nourrir l’Afrique - la Transformation Agricole en Afrique 2016-2025 » dans un atelier organisé à Tunis. Selon des informations parvenant de la Banque, l'objectif de cet atelier régional était de sensibiliser toutes les parties prenantes de la région de l'Afrique du nord et d'obtenir leur soutien et adhésion aux orientations de la Stratégie pour « Nourrir l’Afrique ».
L'événement a réuni près de 100 participants des secteurs public et privé dont des représentants d’organisations de la société civile, des jeunes entrepreneurs, des femmes, des universitaires, des partenaires du développement, des étudiants) de la région. C’est Abdallah Rabhi, secrétaire d’Etat aux Ressources hydrauliques et à la pêche de Tunisie, qui a été le premier à insister sur l’importance du secteur agricole dans le développement des pays africains et sur les défis à relever pour faire de ce secteur un vrai moteur de croissance économique inclusive. Le Secrétaire d’Etat à la production agricole, Omar El Behi, a décrit certains des programmes de développement de l’huile d’olive, des céréales et des dispositions prévues dans le nouveau code d’investissement pour encourager l’investissement dans le secteur agricole en Tunisie.
Dans son exposé, Chiji Ojukwu, directeur du département de l’Agriculture et de l’agro-industrie de la BAD a fait un diagnostic de la situation du secteur agricole en Afrique en quelques chiffres. Ojukwu a présenté les initiatives phares (agropoles, promotion de l’entreprenariat en faveur des jeunes, mécanisme de partage de risque pour booster le financement de l’agriculture, technologies, Développement des réseaux d’intrants agricoles, mécanisation…) que la Banque met en œuvre en appui à la stratégie « Nourrir l’Afrique ».
Contribuer au financement du secteur agricole
La Banque africaine de développement a annoncé vouloir contribuer à hauteur de 2,4 milliards de dollars par an pour les dix prochaines années, afin de combler le déficit de financement du secteur agricole. « Nous espérons que cela encouragera les autres partenaires au développement et les pays eux-mêmes à contribuer aux 30 milliards de dollars nécessaires chaque année pour une transformation agricole en Afrique », a-t-il conclu.
Selon la Banque qui a diffusé ces informations sur son site, un « panel de discussion » a abordé divers thèmes liés à la stratégie. L’atelier s’est terminé par une séance de discussion ouverte sur la stratégie « Nourrir l’Afrique ».
Elle permettra de contribuer à l'élimination de l'extrême pauvreté en Afrique d'ici à 2025, de mettre fin à la faim et à la malnutrition en Afrique d'ici à 2025, de faire de l'Afrique un exportateur net de denrées alimentaires. Elle devra aussi placer l'Afrique au sommet des chaînes de valeur mondiales orientées vers l'exportation des produits pour lesquels elle a un avantage comparatif, ajoute le Groupe de la Banque africaine de développement.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Nul n'ignore que l'Afrique est la proie des Etats qui manquent de terres riches: Arabie saoudite, japon, même la Chine achètent des terres aux paysans pauvres africains pour les exploiter intensivement et les appauvrissant.
    La BAD n'est pas étrangère à c opération de bradage des richesses africaines, elle l'avoue " Elle devra aussi placer l'Afrique au sommet des chaînes de valeur mondiales orientées vers l'exportation des produits pour lesquels elle a un avantage comparatif, ajoute le Groupe de la Banque africaine de développement. Un exemple: le cacao nourrit-il les pays producteurs? Ou Nestlé?
    La bauxite de Guinée nourrit-elle les Guinéens ou Bolloré?

    Rapporter Larbi vendredi 25 novembre 2016 16:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le pain, le lait, le mini krach boursier de Wall Street et les paris de 2018

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite de la cacophonie sur les subventions et le sens du mini krach boursier qui menace le capitalisme mondial. 

Algérie : Des stations de péage de l’autoroute est-ouest seront livrées en octobre prochain

    Le gouvernement a réservé une rallonge financière pour la prise en charge des travaux supplémentaires du projet de l’accès entre Mascara et l’autoroute est-ouest.

Le Maroc fera partie des cinq pays d'investissement de la BERD

Le président de la BERD, Suma Chakrabarti a souligné que sa banque est engagée et prête à continuer à soutenir le Maroc.