Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • mardi 8 novembre 2016 08:34

Changements climatiques: lancée lundi, la COP22 de Marrakech ambitionne d’être celle de "l’action"

Salaheddine Mezouar, (Maroc) et Segolène Royal (France) au lancement de la COP 22 à Marrakech (Ph: UNFCCC) 

 La "COP de l'action". C'est le mot d'ordre et l'ambition de la 22eme conférence des Etats-parties sur le climat (Cop22), qui a débuté lundi à Marrakech, dans le sud du Maroc. Objectif: rendre effectives les décisions de l’Accord de Paris adopté en décembre 2015 pour la réduction du réchauffement climatique.

 

 

 Les experts de l’ONU expliquent que l’objectif primordial de la Cop22 est simple : en faire le « COP de l’action ». Les discussions des Etats-parties, qui vont se dérouler au niveau de la zone ‘’bleue’’ au village de Bab Ighli, doivent rendre peu à peu opérationnelles les décisions, parfois imprécises, de l'Accord de Paris, adopté en décembre 2015 et qui doit entrer en vigueur en 2020.

 La 22eme Conférence des Nations Unies sur le Climat (COP) aura pour thèmes l’atténuation aux effets du changement climatique et l’innovation en matière d’adaptation. La conférence fera l’état des lieux en matière de ratifications.

 A fin août dernier, l’Accord de Paris avait été signé par 180 des 197 ‘’parties’’ participant à la Convention Climat. Parmi les non-signataires (qui ont jusqu’à décembre 2016 pour le faire), figurent d’importants pays producteurs de pétrole (Arabie Saoudite, Nigeria), des pays en guerre (Syrie, Irak), ou d’autres comme le Chili. La Chine et les Etats-Unis ont signé l’accord, et présenté les instruments de ratification.

 Pour que l'Accord puisse entrer en vigueur, il faut que soient enregistrées les ratifications d’au moins 55 États responsables d’au moins 55 % des émissions de gaz à effet de serre. Les plans « climats nationaux » seront également au menu de la Cop22, avec l’engagement des Etats-parties à présenter des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre résultant d’une démarche volontaire.

 Le fonds vert pas encore alimenté

 

La question du ‘’fonds vert pour le climat’’ qui devrait être alimenté par les pays riches pour soutenir les pays les moins développés est posée. Depuis Copenhague, le principe d’un fonds vert de 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 a été acquis.

  ‘’Mais ce montant, qui n’est pas considérable comparé aux flux financiers mondiaux, n’est toujours pas atteint et de nombreux autres problèmes ne sont pas réglés’’, estiment des experts de l’ONU.

 Autre important dossier au menu de cette Cop22, celui du transfert de technologies entre le Nord et le Sud, en particulier pour l’accès aux technologies de production de l’énergie solaire. Enfin, il y aura les acteurs non-étatiques, avec les villes, les universités, et les entreprises dans les solutions alternatives, ainsi que la présentation des expériences réussies des technologies bas carbone. Les travaux se dérouleront exclusivement sur le site de Bab Ighli, dans la proche banlieue de la cité Ocre.

Le village est divisé en deux zones : la Zone Bleue, sous autorité des Nations Unies, qui abrite les travaux de la conférence des parties, et un espace ouvert aux partenaires, comprenant les zones "Innovation et Solution" et "Société Civile", favorisant par leur proximité les échanges entre les participants. Le coût de réalisation du village de la COP22, confié à une société française, GL Events, est de 35 millions d'euros. La dernière COP21, s'était déroulée au Bourget, près de Paris.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.