Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Juillet 2017

  •   Samir Amar-Khodja
  • vendredi 11 décembre 2015 09:23

Alain Rollat : "Les victoires du FN aux élections régionales n’auront aucun impact sur les relations entre la France et l’Algérie" (Vidéo)


L’ancien directeur adjoint du Monder, Alain Rollat, était l’invité de Radio M dans l’émission «l’entretien». Le journaliste, qui a écrit 3 ouvrages sur la montée du Front National (FN) en France, est revenu sur l’entre deux tours des élections régionales françaises et la montée en puissance du parti extrémiste.

 

De passage à Alger, le journaliste et ancien directeur adjoint du journal "le Monde" Alain Rollat est venu rendre visite à Radio M pour commenter l’actualité électorale française qu’il a jugé prévisible. Il rappelle ainsi que «les causes des premiers succès politiques du FN sont économiques et sociales» et que ces causes se sont «amplifiées» depuis les années 80. Au lendemain du premier tour des élections régionales, le journaliste constate que le FN apparaît désormais comme le premier parti de France. Il souligne néanmoins que si l’on compare le nombre de votants de ces élections avec ceux qui ont voté pour Marine Lepen lors de l’élection présidentielle de 2012, il y a «400 000 voix en moins», ce qui montre selon l’expert, que le parti extrémiste n’a pas réellement progressé. Il estime ainsi à 3 le nombre de régions qui vont être conquises par le FN, le Nord Pas de Calais, la Provence Cote d’Azur et l’Alsace-Lorraine. Pour lui, ces victoires n’auront aucun effet sur les relations entre l’Algérie et la France, car un conseil régional a des pouvoirs «très limités» et que Marine Lepen a tout intérêt à montrer un visage «aimable» dans l’optique des élections présidentielles françaises en 2017.

Certains jeunes pensent qu’ «après tout on a jamais essayé le front national. On a rien à perdre»

Le profil de l’électorat du FN regroupe un ensemble hétéroclite de gens selon Alain Rollat. Aux traditionnels «déçus du socialisme» apparus très tôt vers 1983 lors de la présidence de François Mitterrand, s’ajoute de manière surprenante une grande partie de jeunes. «La majorité des jeunes de 18 à 25 ans qui votent, le font pour le FN» déplore t-il, «ils n’ont plus aucune confiance ni dans les notables de gauche ni dans les notables de droite et se disent qu’après tout ils n'ont jamais essayé le front national et n' ont donc rien à perdre» ajoute l‘expert. L’ancien journaliste politique redoute aussi que les victoires du FN se transforme en troubles sociaux. «Je crains que certains jeunes désocialisés dans les banlieues de Marseille, Tourcoing, et ailleurs trouvent dans l’accession au pouvoir du Fn dans leur région, une occasion d’apparaître comme les premiers résistants politiques». Ce qui aurait pour effet de «justifier» le discours actuel du FN. De tels événements pourraient susciter des réactions «irrationnelles» rendant une arrivée au pouvoir du parti d’extrême-droite possible selon lui.

«Il manque environ 4 millions de voix à Marine Lepen pour être présidente de la République»

En se basant sur son expérience des élections françaises acquise au cours de sa carrière de journaliste politique, Alain Rollat calcule que: «depuis 1980 on ne peu pas être élu Président de la République si au premier tour on obtient moins de 10 millions de voix. Cela veut dire qu’il manque 4 millions de voix à Lepen». Même s’il appréhende le «facteur irrationnel» inhérent à toutes élections politiques, il souligne que «la France a déjà connu des retournements politiques, des mouvements d’extrême droite» au cours de son Histoire. Il reste persuadé que l’arrivée au pouvoir du FN dans certaines régions peut «mobiliser la gauche» qui sait qu'elle «est toujours battue lorsqu’elle est dispersée». L’ancien directeur-adjoint du Monde affirme de ce fait, que si François Hollande lui demandait un conseil politique il n’hésiterait pas à lui préconiser de "démissionner et de convoquer des élections anticipées". Même s’il reconnaît que cette décision serait impossible à prendre au vu de la situation sécuritaire du pays, il pense que cela clarifierait la situation. «Chacun prendrait ses responsabilités» analyse t-il, «on ferait l’économie d’un an et demi de chaos médiatique et je suis sur que le Fn ne gagnera pas».

Extraits vidéo : http://bit.ly/1TECxyd


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

3 Commentaires

  • on veut couper toutes relations avec l'ancien colonialistes, l'Algérie n'est pas sous protectorat ni francafrique ni membre de la francophonie!!
    pourquoi la France soit disant pays civilisé ne reconnaitra pas ces génocides en algerie, au Rwanda. et en l'Afrique de l'ouest...
    moi je dirais tout simplement, que leurs intentions sont aussi clairs que le jour... dans le domaine, ils nous inviteront jamais a chanter, savez vous planter les choux a la mode de francafrique de chez nous, ils ne nous prêteront jamais la plume de l'amie Pierrot pour écrire un mot magique, au clair de la lune... mon ami Pierrot!! ... au contraire, ils veulent que notre chandelle soit morte et qu'on n'ait plus de feu...
    et dites vous bien qu'a ce moment la, ils ne nous ouvriront pas la porte... même pour l'amour de Dieu... ailleurs ils nous demanderont bien de chanter haut et fort dormez-vous et pendant le long sommeil ils plumeront la tête, le bec, le dos, les pattes et enfin les ailes de la gentille alouette pour qu'elle ne puisse plus envoler...
    frère Jacques dormez-vous..... frère Ali réveillez-vous
    ding dang dong .....

    Rapporter abdelkader wahrani samedi 12 décembre 2015 12:57
  • Monsieur Alain Rollat veut rassurer les algériens mais sa vision d'une France éternelle qui résiste vaillamment au Front National est dépassée, pour ne pas dire chimérique. La France boulangiste, pétainiste, elle est déjà là, confortée par l’État d'urgence et les mesures prises dans la foulée, avec un déchainement islamophobe, pas tant dans la population, mais dans les médias et les institutions. Cela ne sert à rien de désigner les jeunes qui veulent en découdre ou les abstentionnistes. C'est une lame de fond plus profonde, la lente agonie d'une ex-puissance colonial qui n'a pas réussi à se reconvertir et se redéployer dans l'hexagone ou dans l'Europe, menée par un président belliqueux qui tel Don Quichotte veut rejouer les conquêtes coloniales.

    Rapporter Talahite vendredi 11 décembre 2015 18:43
  • De toute façon, avec le FN, les relations avec le France ne pourront jamais être pire! Bien au contraire, ce seront des relations apaisées et sereines. Contrairement à ce qui se passerait avec Sarkozy!

    Rapporter taghaste vendredi 11 décembre 2015 15:25
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

L'ambassadeur du Japon fait part de l'intérêt des constructeurs automobiles japonais à investir en Algérie

Le ministre de l’Industrie et des mines Mahdjoub Bedda s’est dit "ouvert" à toute proposition et négociation après la  finalisation du nouveau cahier des charges régissant cette activité.

Algérie- Tebboune va rencontrer dimanche le patronat et l’UGTA pour préparer la Tripartite

La rencontre intervient dans un contexte marqué par le bras de fer opposant Ali Haddad, patron de l’entreprise ETRHB Haddad et président du Forum des chefs d’entreprises (FCE) et le Premier ministre.

Dix étudiants algériens à Pékin pour le cycle de formation Huawei «Seeds for the Future»

Au cours de cette formation, les dix étudiants seront au contact direct avec les techniciens chinois qui élaborent des technologies de pointe.