Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 26 Avril 2018

Pour l'ex-directeur du FBI Comey, Trump est "moralement inapte" à présider les Etats-Unis

Donald Trump a proféré dimanche une nouvelle bordée d'insultes à l'endroit de l'ancien directeur du FBI James Comey, qui dans une interview diffusée dans la soirée sur la chaîne de télévision ABC, a estimé que le président américain était "moralement inapte" à exercer ses fonctions.
L'ex-patron du FBI, que Trump a limogé en mai 2017, est revenu au centre de l'actualité politique américaine depuis la publication, la semaine passée, d'extraits de ses mémoires à paraître mardi.
Dans "A Higher Loyalty, Truth, Lies and Leadership" ("Mensonges et vérités: Une loyauté à toute épreuve" dans sa version française), il compare notamment le président américain à un chef de clan mafieux.
Dans une longue interview accordée à la chaîne ABC et diffusée dans son intégralité dimanche soir, l'ancien patron du FBI affirme que Trump est "moralement inapte" à exercer la fonction présidentielle et qu'il inflige des "dégâts considérables" aux normes institutionnelles américaines.
"Je n'accorde aucun crédit à la thèse selon laquelle il serait mentalement incompétent ou aux premiers stade de la démence", dit-il, évoquant un homme "d'une intelligence supérieure à la moyenne".
"Je ne pense pas qu'il soit médicalement inapte à être président, je pense qu'il est moralement inapte à être président", insiste Comey.
"Une personne qui voit des équivalences morales à Charlottesville, qui parle des femmes et les traite comme si elles étaient un morceau de viande, qui ment constamment sur des sujets majeurs ou mineurs et affirme que le peuple américain le croit, cette personne-là n'est pas apte, sur des bases morales, à être président des Etats-Unis. Et ce n'est pas une déclaration politique", dit-il encore.
Avant même la diffusion de cette interview enregistrée, dont de premiers extraits avaient été portés à la connaissance du public, Trump avait pris les devants en se livrant à une nouvelle charge contre Comey sous la forme d'une volée de tweets.
"Le fuyant James Comey, un homme qui finit toujours mal et détraqué (il n'est pas intelligent!), restera comme LE PIRE directeur de l'histoire du FBI, de loin!", écrit-il ainsi dans l'un de ses cinq messages dominicaux visant directement l'ancien directeur du FBI.
Vendredi déjà, au lendemain de la publication des premiers extraits du livre, il s'en était violemment pris à lui, le qualifiant d'"ordure" et de "menteur".

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-Pétrole: Mékidèche appelle à la prudence face à la hausse des prix et à la poursuite des réformes

    Selon l’expert, « les variations actuelles à la hausse que l’on observe obéissent aux éléments de conjoncture, y compris géopolitiques. Pour le temps long, il faudra revenir aux fondamentaux de l’économie mondiale ».

France: Vincent Bolloré mis en examen, annonce son groupe

  Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi, sans contrôle judiciaire, dans l’enquête sur l’obtention de concessions en Afrique, a annoncé son groupe dans un communiqué.

Un vaccin indisponible dans un centre médical d’Alger, à quelques kilomètres du point d’approvisionnement

  Le ministre de la Santé a déclaré, lors de son passage devant le Conseil de la nation, que l’épidémie de rougeole qui a frappé le sud du pays était due « au refus des parents de vacciner leurs enfants ».